Menu
S'identifier
Destination

Maroc : les professionnels du tourisme veulent lancer "un SOS" sur le marché français


Publié le : 14.12.2015 I Dernière Mise à jour : 02.01.2018
{ element.images.0.titre }}
I Crédit photo Parmi les destinations touristiques marocaines, Marrakech aussi est à la peine en 2015 ©DR

Lors d’un forum de la Confédération Nationale du Tourisme marocaine, les professionnels ont appelé à la mobilisation. Le tourisme émetteur français a reculé d'un million de nuitées en 2015.

Les chiffres du tourisme marocain à fin octobre 2015 sont sans appel : "il y a un SOS à lancer sur le marché français", a souligné le président de l’Observatoire National du Tourisme, Saïd Mouhid, en présentant les statistiques le 12 décembre lors d’un forum de la Confédération Nationale du Tourisme à Marrakech.

Alors que la baisse des arrivées est de 5% sur le marché français sur les 10 premiers mois de l’année par rapport à la même période en 2014 (-0,70% au global, à 8 845 865), la chute est rude en termes de nuitées.

Avec un total de 3,31 millions de nuitées à fin octobre (sur 15 857 109 au global, -6,9%), le marché français accuse un retard de 22% par rapport à 2014 (soit une perte de 960 000 nuitées) et de 35% par rapport à 2010 l’année de référence (soit -1,8 million). De quoi évoquer une véritable "hémorragie". Car si le tourisme interne compense la défection de certains marchés étrangers, on est loin des grandes ambitions de la vision 2020. Et le Maroc ne semble pas non plus bénéficier de reports liés à la baisse de régime de la Tunisie ou de l’Egypte notamment.

Une reprise espérée à partir de février 2016

"Cela fait mal au cœur de voir ce secteur lancé comme une fusée se dégonfler" a estimé Abdellatif Kabbaj, le président de la Confédération Nationale du Tourisme, regrettant notamment un "investissement en panne", l’insuffisance du budget de promotion et le fait, selon les professionnels, que le gouvernement "n’a pas encore donné au tourisme la priorité qu’il mérite". Pour 2016, Abdellatif Kabbaj se montre néanmoins confiant : "Nous espérons qu’il y aura une reprise à partir de février", a-t-il indiqué, "à condition que notre office du tourisme ainsi que le secteur public se mobilisent avec nous pour relancer la machine".

En termes de communication sur le marché français, les professionnels attendent notamment des retombées de la COP 21 pour laquelle le Maroc a été particulièrement actif, et, au-delà, de la COP 22 prévue en novembre 2016 à Marrakech. "Marrakech a toujours été un tremplin du tourisme français vers le Maroc, a souligné Saïd Mouhid, la COP 21 a été un succès et la France transmet le flambeau à Marrakech, il ne faut pas que la communication s’arrête là".

Marrakech a elle aussi besoin de redorer son blason. Avec un total de 5 375 876, les nuitées sont en baisse de 7% à fin octobre et le taux d’occupation en chute de 6 points, à 50%. Or de nouvelles capacités arrivent sur le marché : après le Mandarin Oriental et le Savoy à l’automne, on attend notamment en 2016 l’ouverture du Mövenpick Marrakech et du Radisson Blu.

Anne-Claire Delorme, à Marrakech

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format