Menu
S'identifier
Destination

Les 3 chantiers de Hong Kong pour booster son tourisme


Publié le : 03.01.2019 I Dernière Mise à jour : 03.01.2019
{ element.images.0.titre }}
Hong Kong attiré près de 60 millions de visiteurs l'an dernier. I Crédit photo ©Hong Kong Tourism Board

Auteur

  • Brice Lahaye

L'Office de tourisme de Hong Kong et les autorités officielles ont organisé le 12 décembre une convention du tourisme international pour présenter les grands chantiers lancés dans la région et la politique mise en place pour attirer toujours plus de touristes. Le point sur les projets en cours.

Les annonces ont été faites en grande pompe. Au Centre des congrès et des expositions de Hong Kong, près d'un millier de professionnels du tourisme et journalistes ont été accueillis le 12 décembre pour découvrir les nouveaux projets touristiques de la région.

Avec une idée directrice : à l'Ouest toute ! La région administrative spéciale, au sud-est de la Chine, se rapproche en effet de son territoire voisin pour multiplier les chantiers et accroître le nombre de touristes. La "Perle de l'Orient" ne souhaite pas se reposer sur les 58,5 millions de visiteurs enregistrés en 2017 (+ 3,2% par rapport à 2016) et a développé pour cela trois grands projets.

 

1/ Développer l'offre culturelle

Premier projet important : le développement du district culturel de West Kowloon. Au pied de la tour Sky100, les ouvriers sont nombreux à travailler sur les différents sites prévus à cet effet. Un quartier en transformation où se multiplient les infrastructures dans le domaine culturel.

Parmi eux, le M+, un immense complexe qui accueillera un musée de la culture visuelle, un théâtre, un opéra, un parc artistique ou encore une nouvelle promenade de 2 kilomètres le long de Victoria Harbour. Encore en plein chantier, le quartier accueille depuis septembre 2018 la gare de Hong Kong-West Kowloon, point de départ (ou d'arrivée) d'un réseau de rails à grande vitesse de plus de 25 000 kilomètres qui dessert 44 destinations.

Son train grande vitesse de l'Express Rail Link (XRL) permet déjà de relier Hong Kong à Guangzhou en 50 minutes seulement. Si Hong Kong possède des grands sites de divertissements pour la jeunesse et la famille, la ville veut aussi miser sur la culture pour attirer les voyageurs. "Il y a besoin, non seulement de Disneyland et Ocean Park, mais aussi et surtout d'un pôle culturel bien présent et identifiable", estime Duncan Pescod, directeur général du District culturel de West Kowloon.

 

2/ Miser sur un espace touristique commun

"The Greater Bay Area est la plus vibrante et la plus ouverte des régions de Chine." C'est par ces mots que le ministre de la Culture et du Tourisme de Chine, Yu Qun, a présenté un autre grand chantier : le développement d'une grande baie, à l'instar de celle de San Francisco aux États-Unis, ou de Tokyo au Japon.

Les autorités hongkongaises et chinoises se sont ainsi associées pour créer un espace touristique commun avec le regroupement de Hong Kong, Macao et de neuf villes de la Chine continentale : Guangzhou, Shenzhen, Zhuhai, Foshan, Zhongshan, Dongguan, Huizhou, Jiangmen et Zhaoqing. Avec ce rapprochement, approuvé par un accord commun signé le 1er juillet 2017, les différentes cités espèrent augmenter leur croissance économique, mais aussi miser sur l'innovation et développer la culture, en regroupant des budgets touristiques qui étaient autrefois individuels.

Et l'objectif est clair pour les autorités : "Faire de la région Greater Bay Area l'une des destinations les plus connues, pour le voyage et pour le plaisir", a insisté de son côté Alexis Tam Chon-weng, secrétaire des Affaires sociales et de la Culture pour la région de Macao. Pour mener à bien ce projet, Hong Kong a d'ailleurs inauguré, en octobre dernier, son pont maritime Hong Kong-Zhuhai-Macao, le plus grand du monde, long de 55 kilomètres.

 

3/ Créer une route de la soie

Dernier objectif, et non des moindres, le développement de la "Belt and Road Initiative", une version moderne de la célèbre "route de la soie", avec pas moins d'une soixantaine de pays participants, d'Asie à l'Europe en passant par l'Afrique. Un projet qui prendra du temps, "une génération peut-être, avec une mise en place de 30 ans ou plus", selon John Slosar, président de Cathay Pacific.

Présenté dès 2013 par le président de la République populaire de Chine, Xi Jinping, ce projet espère être une réussite grâce au développement des infrastructures et des investissements pour connecter les villes (nouvelles lignes aériennes ou ferroviaires, tarifs incitatifs...) et à la mise en avant du savoir-faire, de la culture et des traditions locales de chaque cité.

L'objectif du projet, au-delà de son aspect économique, étant notamment d'améliorer la communication gouvernementale, les échanges d'étudiants et de culture, mais aussi d'accroître le tourisme.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format