Menu
S'identifier
Billet d'humeur

Le clash / crush du mercredi : taxe sur les aides des CE, Airbnb, Ryanair... Et si on démêlait le vrai du faux ?


Publié le : 07.11.2018 I Dernière Mise à jour : 07.11.2018
{ element.images.0.titre }}
Les députés veulent taxer les aides sur les CE... Mais l'effet pourrait être moindre qu'attendu. I Crédit photo Adobe Stock

Auteur

  • Thierry Beaurepère

Mercredi, c'est permis ! Thierry Beaurepère est de retour pour vous faire part de son humeur du moment. Il revient cette semaine sur trois sujets qui agitent le tourisme : la taxe sur les aides des CE, l'assignation en justice d'Airbnb par les hôteliers et la situation délicate de Ryanair.

L’actualité touristique est polémique cette semaine !  On peut ainsi légitimement s’interroger quant au récent amendement déposé par un député (UDI) afin de fiscaliser les aides dont bénéficient les salariés à travers leurs comités d’entreprise (en particulier pour partir en vacances), au-delà de 331 € par personne et par an.

Je pourrais crier au loup avec la meute, m’insurger contre cette nouvelle disposition qui pénaliserait les moins lotis, signer la pétition (peut-être pourrait-on faire un paquet groupé avec celle contre la hausse des taxes sur le carburant ?) des Entreprises du Voyage…. Mais il convient de prendre du recul pour dépassionner le débat dans une période où l’hystérie collective l’emporte trop souvent sur la réflexion.

Les Entreprises du Voyage défendent indirectement les CE aux "comportements douteux"

Car rappelons que si quelques généreux CE (souvent ceux des entreprises publiques et des multinationales) peuvent verser à leurs employés plusieurs centaines d’euros sous forme de bons d’achats et ristournes en tout genre, la moyenne des avantages n’excède pas les 150 € par an. Paradoxalement, le syndicat se retrouve dans la situation de prendre la défense de CE quand il n’a eu de cesse de dénoncer dans le passé leur concurrence déloyale vis-à-vis des agences de voyages. Plutôt ironique !

La France, pays des contraintes administratives qui freinent le développement des entreprises ? Pas toujours si l’on en croit le sort réservé à Ryanair par nos pouvoirs publics.  Alors que 5 pays européens, pourtant réputés pour leurs législations moins contraignantes (Allemagne, Pays-Bas,  Luxembourg, Belgique…) ont récemment appelé conjointement (une première !) la compagnie à appliquer le droit du travail sous peine de s’exposer à des risques juridiques, la France est étrangement absente du débat… 

L'hypocrisie d'Airbnb et du tourisme collaboratif

Contrairement aux idées reçues, Airbnb aussi bénéficie d’un traitement de faveur dans l’Hexagone. Malgré la nouvelle législation en vigueur à Paris qui limite les locations à 120 jours par an, la plate-forme "viole sciemment" la réglementation en désactivant uniquement les annonces des quatre arrondissements centraux de la capitale vient de dénoncer le syndicat hôtelier UMIH, qui a assigné Airbnb pour "concurrence déloyale". Avec une extraordinaire mauvaise foi, la plate-forme rétorque que "les lobbies hôteliers continuent à protéger leurs intérêts et à tenter de restreindre les droits des Français de bénéficier également du tourisme". Il faut se pincer pour le croire !

Rappelons que les règles sont pourtant généralement plus strictes ailleurs, même si là aussi rarement respectées : 60 jours autorisés à Amsterdam et 90 à San Francisco, où est pourtant née la plateforme. Mieux, à Berlin, Barcelone et même à New York (pourtant la capitale du libéralisme !), seule la location d’une ou deux pièces, dans un logement par ailleurs occupé par son propriétaire, est théoriquement autorisée. N’est-ce pas ce qu’on appelle du "tourisme collaboratif" ?

Et si la solution - histoire de faire d’une pierre deux coups - était de contraindre Ryanair et Airbnb à accepter les chèques vacances ? Leur lénifiant discours sur la démocratisation des vacances en sortirait grandi. A moins qu’ils nous aient menti ?

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format