Menu
S'identifier
Transport

Autocars et covoiturage : les 2 grands gagnants de la grève SNCF


Publié le : 05.04.2018 I Dernière Mise à jour : 05.04.2018
{ element.images.0.titre }}
Les inscriptions sur les plateformes de covoiturage sont en forte progression depuis le début des grèves. I Crédit photo Adobe Stock

Auteur

  • Céline Perronnet (avec AFP)

Les voyageurs bloqués par les grèves se reportent massivement sur l'autocar et les plateformes de covoiturage qui enregistrent des records de fréquentation.

La grève à la SNCF n’est pas une mauvaise nouvelle pour tout le monde. Au sein des trois compagnies de "cars Macron" actives en France, Isilines, filiale du groupe Transdev, a vu ses réservations depuis le début des grèves à la SNCF "tripler par rapport à la normale, sur l'ensemble des lignes, tant pour les courtes distances que les Paris-Lyon ou Paris-Marseille", précise son directeur général, Hugo Roncal.

"Sur ces deux jours de grève (lundi et mardi derniers, ndlr), nous avons plusieurs dizaines de milliers de passagers en plus, c'est un niveau comparable à celui d'un 23 décembre ou une veille de 14 juillet", précise-t-il.

Isilines, qui exploite une centaine d'autocars au quotidien va doubler ou tripler son offre en mettant deux ou trois autocars au lieu d'un au départ de certains trajets.

"Mais il faut relativiser : 4,5 millions de personnes prennent le train tous les jours, et nous en transportons 8 millions...en un an !", note-t-il.

BlaBlaCar se lance dans l'autocar

Du côté du concurrent FlixBus, les réservations ont bondi de 60% pour la seule journée de mardi dernier. "Nous étions à + 40% jeudi soir, et là on a beaucoup, beaucoup, beaucoup de réservations de dernière minute", indique Yvan Lefranc-Morin, directeur général de FlixBus France.

La société a mis 300 cars en circulation mardi dernier, soit 50 de plus qu'en temps ordinaire et constate déjà des réservations en hausse de 30% pour les 8 et 9 avril, les deux prochains jours de grève.

Même ruée sur les plates-formes de covoiturage : BlaBlaCar constate "deux fois plus d'inscrits, ces derniers jours, qu'une semaine normale", déclare Robert Morel, porte-parole de Blablacar .

Et pour faire face à l'afflux de demandes, BlaBlaCar va expérimenter à partir de vendredi un service inédit de transport en autocar.

"La première idée, c'est d'offrir une solution de mobilité aux passagers qui sont en recherche d'alternative en ce moment", explique Nicolas Brusson, le cofondateur et directeur général de la plate-forme.

La start-up française va proposer des trajets aller-retour en autocar sur les trois axes "les plus prisés": Paris-Lille dès vendredi, Paris-Rouen à partir de lundi et enfin Paris-Rennes à partir de vendredi 13 avril.

Ces trajets seront proposés les vendredis, dimanches et jours de grèves, "à des prix fixes comparables à ceux du covoiturage". L'entreprise s'est associée à des compagnies de cars locales qui mettront à disposition leurs véhicules et chauffeurs aux membres de BlaBlaCar.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format