Menu
S'identifier
Marché

La croisière bat de nouveaux records


Publié le : 01.09.2013 I Dernière Mise à jour : 01.09.2013
{ element.images.0.titre }}
La croisière bat de nouveaux records I Crédit photo Didier Forray

Auteur

  • Didier Forray

Le marché français de la croisière affiche des chiffres de fréquentation à faire pâlir d’envie le reste de l’industrie du tourisme. Un dynamisme qui masque cependant de fortes tensions sur les marges…

Rien ne semble arrêter la croisière. Dans un contexte plombé par la crise économique en Europe, le marché français poursuit sa progression. Selon les données dévoilées par la Clia France (ex-AFCC), le nombre de croisiéristes tricolores s’est envolé de 9 % entre 2011 et 2012, atteignant les 481 000 passagers, sur un total de 6,1 millions de croisiéristes en Europe. Nouveaux records ! Sans vouloir livrer de chiffres, Costa Croisières se dit ainsi « en positif » et « en ligne avec le marché » pour 2012, malgré la catastrophe du Concordia en janvier et l’incident à bord de l’Allegra en février. « Les ventes sont revenues très rapidement. En mars et avril, nous enregistrions des taux de réservation supérieurs à la même période en 2011 », affirme Georges Azouze, Dg de la compagnie en France. Le challenger MSC Croisières fait pour sa part mieux que ses prévisions, en totalisant 130 000 passagers, soit une hausse de 31 % par rapport à 2011. Même euphorie chez Regent Seven Seas Cruises, avec une croissance de près de 35 % sur le marché français, ou chez Croisières de France qui a doublé ses capacités l’an dernier avec l’arrivée de l’Horizon en remplacement du Bleu de France et peut ainsi afficher une progression de 100 %, passant de quelque 26 000 passagers en 2011 à 52 000 l’an dernier.

EFFET CONCORDIA ET GUERRE DES PRIX

Mais 2012 est loin d’avoir été un océan de tranquillité. Le secteur n’échappe pas à la crise et certaines compagnies ont connu une mer plus agitée. C’est le cas de Royal Caribbean qui comptait prendre sa part du gâteau français en ouvrant un bureau à Paris et en positionnant trois navires au départ de France l’été dernier. Objectif affiché alors : séduire entre 40 000 et 45 000 passagers tricolores la première année. Pari perdu : d’après nos estimations, la compagnie n’aurait pas atteint les 25 000 croisiéristes, le bureau français a été réduit de 30 à 12 salariés et la direction générale confiée au bureau espagnol. Année compliquée aussi pour Compagnie internationale de Croisières, agent général notamment de Cunard, Seabourn et Holland America Line, qui revendique près de 3 600 passagers en 2012, contre 4 300 passagers l’année précédente.

Outre la crise économique, Hurtigruten et CroisiEurope pointent l’effet des élections présidentielles et législatives, qui ont bloqué la prise de réservations en mai. Christine Bois, directrice générale France d’Hurtigruten, insiste également sur les conséquences de la catastrophe du Concordia. « Les ventes se sont arrêtées et, sur tout le premier trimestre 2012, la presse n’a parlé que de cela plutôt que de proposer les beaux dossiers croisières habituels », se souvient-elle. Un effet Concordia que d’autres compagnies ne partagent pas, notamment Erminio Eschena, Dg de MSC Croisières France, pour qui « les clients ont fait la part des choses ».

Surtout, le marché a encore vu ses bénéfices s’éroder, du fait d’une guerre des prix féroce liée à toujours plus de capacités et de pression commerciale. Georges Azouze n’hésite pas à reconnaître que « cela a été plus dur sur les marges, d’autant que nous avons vu une attaque assez forte de Royal Caribbean en terme de pricing pour s’installer sur le marché. Et puis, après la catastrophe du Concordia, il a bien fallu revenir dans l’arène et se battre avec des prix plus agressifs ». Rémy Arca, président de Compagnie internationale de Croisières, résume ainsi la situation : « Tout le monde souffre car tout le monde a vu ses tarifs baisser énormément ; remplir des cabines c’est une chose, mais la rentabilité en est une autre ».

LE FLUVIAL AU BEAU FIXE

Autre produit, autre destin : du côté de la croisière fluviale, on ne fanfaronne pas mais on reste dans le positif. Le leader CroisiEurope annonce un chiffre d’affaires de 127 millions d’euros en 2012, en légère croissance de 1 % par rapport à 2011, et environ 197 000 passagers, dont 60 % de Français. Le numéro 2, Rivages du Monde, est bien plus loin mais l’évolution est là aussi favorable avec 27,3 millions d’euros de chiffre d’affaires affiché, en très légère hausse par rapport à 2011, et 14 000 clients, alors même que la compagnie a supprimé de sa programmation deux bateaux qu’elle chartérisait. Et 2013 se présente plutôt bien pour les acteurs du fluvial : CroisiEurope fait part, à date, d’une avance de 14 % en terme de prises de commandes pour les individuels et de 12 % pour les groupes. « Surtout, nous avons décidé d’arrêter les promos, martèle Éric Collange, directeur commercial France. Faire des promos, c’est donner de mauvais signes au marché et aux partenaires. Aujourd’hui, nous voulons anticiper nos ventes et mieux communiquer ».

Les compagnies maritimes envisagent elles aussi 2013 avec optimisme. Revêtant sa casquette de président de la Clia France, Georges Azouze se réjouit d’une croissance du marché français « au-delà de 10 % » cette année, permettant de dépasser le cap des 500 000 passagers. Le sourire est de mise aussi chez Royal Caribbean. Emmanuel Joly, directeur commercial France, martèle les deux nouveaux maîtres mots de la compagnie – « réalisme et humilité » – et note une avance de 20 % en volume passagers par rapport à l’an dernier. La compagnie peut effectivement compter sur ses nouveaux référencements : AS Voyages, Thomas Cook, Nouvelles Frontières et Carrefour Voyages. Du côté de MSC Croisières, Erminio Eschena se veut toutefois modéré : « Le contexte économique, avec une France en récession, incite à la prudence », explique-t-il, en tablant sur une progression de 18 % en volume passagers cette année.

10,5 MILLIARDS D’EUROS D’INVESTISSEMENTS

À terme, tous les voyants semblent au vert pour la croisière. Selon Georges Azouze, le marché français devrait atteindre le million de croisiéristes à l’horizon 2017 ou 2018. Antoine Lacarrière, Dg de Croisières de France, a fait ses comptes : « Le taux de pénétration de la croisière est très faible en France, de l’ordre de 0,7 %, alors qu’il est de 1,4 % à 1,5 % en Allemagne et 3 % sur les marchés matures ; c’est dire le potentiel de la France, s’enthousiasme-t-il, la crise est avant tout dans la tête ».

Bravant la morosité ambiante, les compagnies de croisières n’en finissent d’ailleurs pas d’innover et d’investir. MSC Croisières vient de prendre livraison de son Preziosa. L’année prochaine, ce sera au tour de Costa Croisières d’accueillir le Diadema, pendant que Royal Caribbean lancera sa nouvelle classe Quantum. Au total, la Clia Europe précise qu’une vingtaine de nouveaux navires seront livrés par les chantiers européens sur les quatre prochaines années, avec une capacité combinée de 60 000 passagers et pour une valeur totale de plus de 10,5 milliards d’euros. Côté fluvial, les grandes manœuvres sont également en marche : CroisiEurope a mis à l’eau sa première péniche, fer de lance d’un nouveau concept, tandis que Viking Line, qui se concentre désormais totalement sur le marché anglophone, prépare son arrivée dans le maritime. Crise ou pas, les compagnies y croient !

QUOI DE NEUF ?

LA COMPAGNIE DU PONANT LANCE LE SOLÉAL

Début juillet, le croisiériste a mis à flot le Soléal, sistership de l’Austral et du Boréal (264 passagers). Le yacht de luxe vogue autour de l’Islande et du Groenland. La compagnie a par ailleurs commandé un cinquième navire livrable au printemps 2015.

COSTA CROISIÉRES PREND L’ACCENT ESPAGNOL

Dès le 10 novembre prochain, Costa commercialisera en France le Grand Holiday, de sa compagnie sœur Ibero Cruceros. Le navire de 726 cabines pour 1 860 passagers voguera tout l’hiver en Méditerranée avec des itinéraires de 11 à 12 jours.

MSC ACCUEILLE LE PREZIOSA

Baptisé en grande pompe à Gênes en mars, le MSC Preziosa a lancé sa saison. Doté de 1 751 cabines (4 345 pax), le quatrième navire de la classe Fantasia assure jusqu’en novembre des croisières de 7 j en Méditer-ranée au départ de Marseille. Autre nouveauté : sept itinéraires au départ du Havre.

LE BREAKAWAY, NOUVEAU GÉANT DE NCL

Vaisseau amiral de la flotte NCL, le Breakaway a pris ses quartiers en mai à New York, son port d’attache. Ce navire de 2 014 cabines (4 000 pax) propose des itinéraires de 7 j à destination des Bermudes.

PRINCESS CRUISES S’OFFRE LA FAMILLE ROYALE

Baptisé le 13 juin dernier, le Royal Princess peut s’enorgueillir d’avoir une marraine prestigieuse : Kate Middleton, duchesse de Cambridge. Le dernier-né de Princess Cruises, d’une capacité de 3 560 passagers, assure cet été des croisières de 12 jours en Méditerranée, entre Venise et Barcelone, avant de mettre le cap sur les Caraïbes en septembre.

CLUB MED CROISIÈRES MET LE CAP AU NORD

Le Club Med 2 s’est aventuré pour la première fois cet été en mer du Nord. Le voilier a fait escale en Irlande et en Écosse avant de rallier les fjords norvégiens et Copenhague.

CROISIEUROPE VOIT GRAND… ET PETIT

La compagnie fluviale a inauguré en mai à Bordeaux son nouveau fleuron, le MS Cyrano de Bergerac, un bateau de 120 passagers qui propose des croisières de 5 à 8 jours au fil de l’estuaire de la Gironde, de la Garonne et de la Dordogne. CroisiEurope a également lancé sa toute première péniche, le MS Jeanine, d’une capacité de 24 passagers. Un concept amené à se développer, trois autres péniches étant en construction. La compagnie regarde aussi du côté de l’Asie pour un futur développement.

STAR FLYER MET LE CAP SUR CUBA

Le voilier (170 passagers) de la compagnie Star Clippers croisera pour la première fois dans la zone en 2014 avec huit dates de départ. Le 2 février, le Flyer jettera l’ancre au Costa Rica pour rejoindre la plus grande île des Caraïbes. Les itinéraires suivants s’attarderont à Cuba dont un de 6 n entièrement dédié.

RSSC RENCHÉRIT SUR SON OFFRE

Regent Seven Seas Cruises, qui vient de confirmer la commande d’un bateau hyper-luxueux, inclut désormais une nuit d’hôtel avant la croisière dans tous ses ports d’embarquement. Les clients peuvent ainsi arriver sans stress et découvrir la ville. À défaut, une déduction sur le prix du forfait sera effectuée.

ET DE DEUX POUR ORIENT-EXPRESS AU MYANMAR

Dix-sept ans après la mise à flot du Road to Mandalay, le groupe Orient-Express Hotels s’offre un deuxième bateau au Myanmar, baptisé Orcaella. Un sistership de 25 cabines.

CROISIÈRES DE FRANCE BIENTÔT AU ZÉNITH

Après l’Horizon l’an dernier, CDF attend son prochain navire, le Zénith. Ce sistership de l’Horizon fera ses débuts sous le pavillon Croisières de France le 14 avril 2014 et croisera en Méditerranée.

SILVERSEA CRUISES S’ALLIE À LA ROYAL GEOGRAPHICAL SOCIETY

La compagnie haut de gamme a signé un partenariat avec l’honorable institution britannique fondée il y a près de deux cents ans. Objectif : enrichir le contenu des programmes des croisières d’exploration en fournissant aux passagers nombre d’informations scientifiques et historiques.

P&O CRUISES DANS LA COURSE AU GIGANTISME

Hull 6231… Voilà le nom de code du navire actuellement en construction dans les chantiers de Fincantieri pour le compte de P&O Cruises. Il est annoncé par l’armateur comme le plus grand navire de croisières jamais construit pour le marché britannique. Ce dérivé des Royal Princess et Regal Princess aura une capacité maximale de 3 600 passagers. La mise à l’eau est prévue au printemps 2015.

WINDSTAR S’ENRICHIT D’UN NOUVEAU YACHT

Après les Wind Spirit, Wind Star et Wind Surf, la compagnie de croisières haut de gamme attend un nouveau yacht, le Star Pride, pour mai 2014. Il pourra accueillir 212 passagers dans 106 suites. Premier départ le 11 mai 2014 de Rome pour une croisière inaugurale via notamment Malte et la Sicile.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format