Menu
S'identifier
Marché

Des parcs toujours plus attractifs


Publié le : 01.07.2015 I Dernière Mise à jour : 01.07.2015
{ element.images.0.titre }}
Des parcs toujours plus attractifs I Crédit photo Thierry Beaurepère

Auteur

  • Thierry Beaurepère

Devenus de véritables destinations, les parcs de loisirs ont trouvé leur place dans les agences de voyages. Et Les projets de développement vont bon train. De quoi booster l’offre et la demande…

Ratatouille à Disneyland Paris, Les Lapins crétins au Futuroscope, Arthur et les Minimoys à Europa-Park… 2014 avait vu les personnages de dessins animés envahir les parcs d’attractions. L’année 2015 est plus sage, placée sous le signe des spectacles. Rien d’étonnant puisque le cycle des nouveautés est désormais rodé, avec une grosse attraction tous les deux ans en moyenne. « En totalisant 1,9 million de visiteurs en 2014, un chiffre en hausse de 10 % par rapport à 2013, le Puy du Fou est désormais le second parc de France. Le taux de revisite sur trois ans atteint 65 %. Les nouveautés sont un moteur essentiel pour faire revenir les visiteurs », explique Étienne Guilmineau, le directeur commercial du parc vendéen.

Parallèlement, les parcs cherchent à relever un autre défi : allonger le temps de visite pour développer le chiffre d’affaires. Cela passe en particulier par des spectacles nocturnes, qui incitent les visiteurs à rester sur place le soir, et le développement d’un parc hôtelier. « 60 % de nos visiteurs séjournent désormais deux jours, notamment dans l’un des dix hôtels du site », rappelle Pierre Watrelot, chef de ventes du Futuroscope. Le resort de la Vienne a séduit 1,65 million de visiteurs l’an dernier (200 000 de plus qu’en 2013). « Un tiers de nos visiteurs restent deux jours, et 130 000 ont séjourné dans l’un des quatre hôtels du parc en 2014, soit 40 % de plus qu’en 2013. Nous nous présentons de plus en plus comme une destination de court séjour », complète Étienne Guilmineau, au Puy du Fou.

LES AGV EN QUÊTE D’OFFRES DIFFÉRENCIANTES

Les agences profitent pleinement de cette évolution, même si les parcs susceptibles d’attirer les visiteurs plusieurs jours se comptent encore sur les doigts des deux mains. « Les distributeurs considèrent désormais les parcs comme une réelle opportunité », se félicite Ariane Counta, directrice générale déléguée du tour-opérateur spécialisé Nouvelles Destinations, qui annonce une croissance des réservations de 10 % en 2015. Son chiffre d’affaires de 2013 (dernier communiqué) atteignait 7,5 M€ (+ 30 % par rapport à 2012) pour un bénéfice de 255 000 €. L’offre du TO, composée à 70 % de parcs (une cinquantaine de sites dans le monde) et à 30 % d’activités de loisirs ou sportives (grands prix de F1 ou de moto, matchs de football), est distribuée par 3 000 agences. « Nous intégrons sans cesse de nouveaux sites, comme Legoland près de Londres, Movie Park en Allemagne ou le ZooParc de Beauval dans le Loir-et-Cher. Le nouveau Parc du Petit Prince en Alsace a suscité aussi pas mal de curiosité », détaille Ariane Counta.

« Les parcs français représentent 11 % de notre volume d’affaires sur l’Hexagone, soit 5 000 clients par an », estime Sophie Le Guyon, responsable des partenariats loisirs chez Havas Voyages, qui se félicite d’une croissance de 9 % depuis le début de l’année. « C’est un produit rassurant, facile à vendre et qui contribue à faire entrer des clients dans les agences. À nous ensuite de les convaincre d’acheter des prestations complémentaires, un transport, de la restauration, un transfert. Dans 80 % des cas, les prestations que nous vendons incluent d’ailleurs un transport. » Le distributeur référence deux partenaires : Nouvelles Destinations et Disneyland Paris, qui « couvrent 80 % des besoins » et lui permettent aussi de vendre les parcs étrangers, « même si la demande est encore modeste ».

Chez Selectour Afat, après une année 2014 qui avait vu les ventes chuter de 19 %, le début de l’année 2015 se traduit par une hausse de 2 % à période comparable. « Les clients viennent de plus en plus chercher le conseil d’une agence, même pour ce type d’achat. C’est très positif », nous précise le réseau. À travers le portail Selectour Afat Activités, le vendeur accède à une offre complète, aussi bien en France qu’à l’étranger. Pour autant, il aimerait pouvoir faire mieux, par exemple avec des produits exclusifs qui lui permettraient de se différencier. « Nous avons également besoin de plus d’éductours, notamment à l’étranger. L’e-learning ne suffit pas », ajoute Sophie Le Guyon, chez Havas Voyages. Sans oublier des commissions jugées trop faibles… Les opérateurs entendront-ils le message ?

ENTRE SITE BTOB ET TOUR-OPÉRATEUR INTÉGRÉ

Disneyland Paris réalise 40 % de ses ventes de séjours individuels en France via les professionnels du tourisme. Avec depuis quelques années un fort développement des réservations par le biais des sites BtoC des distributeurs (à travers la solution Orchestra), qui trouvent dans le parc de Marne-la-Vallée un produit d’appel pour doper la fréquentation de leurs sites Web. « Au-delà du Net, les agences apportent une vraie valeur ajoutée en conseillant les clients sur les options, les repas, les spectacles… » souligne Julien Munoz, le directeur marketing et ventes France de Disneyland Paris. Résultat : le panier moyen réalisé en agence est plus important qu’en direct. Pour accompagner les distributeurs, le resort multiplie les opérations. En plus de son site BtoB reconfiguré en octobre, il propose l’outil d’e-learning Disneystar.com, et organise chaque année un éductour géant, baptisé Disney Stars Live Experience. En 2014, quelque 515 agences européennes (dont une quarantaine de françaises) ont passé trois jours dans le parc. Autre opération organisée depuis deux ans : un road show dans six villes de France, où les vendeurs sont invités avec leurs enfants. Enfin, le parc vient d’intégrer Ouigo dans les forfaits proposés sur son site de réservation. L’ouverture des ventes de cette offre low cost de la SNCF serait visible dans les chiffres du TO en séduisant les clientèles de cette ligne qui relie Marne-la-Vallée à Lyon, Valence, Montpellier, Nîmes et Marseille.

Au Futuroscope, qui possède son tour-opérateur intégré, Futuroscope Destination, 30 % à 35 % des réservations sont intermédiées. « Nos ventes via les agences sont stables, même si nous sentons un intérêt grandissant, avec notamment une forte progression chez les CE, liée au besoin des clients de maîtriser leurs budgets », précise Pierre Watrelot. Le parc de loisirs est également distribué par plusieurs TO (Lagrange, Nouvelles Destinations, Jet tours) et développe les partenariats. Par exemple en créant un package avec le nouveau Center Parcs du Domaine du Bois aux Daims, qui ouvre cet été, à 45 minutes de route.

Le Puy du Fou s’appuie quant à lui sur les mêmes TO que le Futuroscope. « 18 % des séjours sont vendus via les agences, un chiffre qui progresse même si nous manquons de chambres, avec un taux de remplissage de 85 % dans nos quatre hôtels », précise Étienne Guilmineau. Le tour-opérateur intégré Puy du Fou Évasion se concentre pour sa part sur la vente directe, proposant notamment des hébergements dans une vingtaine d’hôtels de la région. « Il est impossible de commissionner les agences pour la revente de ces hôtels », justifie le directeur commercial. L’an dernier, Puy du Fou Évasion a ainsi revendu 7 000 chambres contre 4 800 en 2013.

Les principaux parcs étrangers ne sont pas en reste. Leurs ventes en agences sont certes encore faibles, mais d’autant plus intéressantes qu’elles s’accompagnent généralement d’un transport. Chez l’allemand Europa-Park, qui accueille 5 millions de visiteurs par an, 25 % des visiteurs sont français mais beaucoup viennent uniquement pour la journée. « Sur les 900 000 nuitées réalisées dans nos cinq hôtels, 10 % concernent des Français. Nous souhaitons augmenter cette proportion en surfant notamment sur Arthur, très populaire dans l’Hexagone », indique Alain Fettig, délégué commercial. Pour ce, le parc compte notamment sur trois TO partenaires : Nouvelles Destinations, Visit Europe et depuis peu Jet tours (dans la brochure « Mettre les voiles »).

Avec 4 millions de visiteurs par an dont 500 000 Français, le parc espagnol de PortAventura poursuit la même ambition, comptant notamment sur la récente arrivée du TGV à Barcelone (même s’il faut ensuite prendre un autre train pour rejoindre la gare du resort, à une heure). Il met en avant cinq hôtels sur le site et travaille avec Jet tours, Fram et Nouvelles Destinations. « Les agences sont essentielles à notre développement. Pour un séjour à l’étranger, les clients ont besoin de conseils et d’un transport », précise Montse Balmes, responsable des ventes internationales du parc.

DES PROJETS EN CASCADE

Cette appétence des agences devrait encore s’accentuer dans les prochaines années. D’abord parce que de nouveaux sites renouvellent l’offre : après le Parc du Petit Prince, qui a séduit 90 000 visiteurs pour sa première saison et en espère 150 000 cette année, le Parc Spirou ouvrira ses portes pour l’été 2016 près d’Avignon. Ensuite parce que les grands parcs ont tous dans leurs cartons des plans de développement conséquents. Outre Disneyland Paris (voir encadré p. 74), le Futuroscope annonce la création d’un spectacle nocturne l’année prochaine, avec le Cirque du Soleil. Le Puy du Fou travaille sur un gros projet pour 2016 et réfléchit au développement de son offre hôtelière. De l’autre côté de nos frontières, PortAventura accueillera un Ferrari World (adaptation du parc d’Abu Dhabi) l’année prochaine, quand Europa-Park ouvrira un parc aquatique en 2018. Autant de développements qui vont doper un peu plus les ventes en agences…

QUOI DE NEUF ?

UN SECOND HÔTEL POUR LE ZOOPARC DE BEAUVAL

Collant à l’image de ses pandas, le ZooParc de Beauval (Loir-et-Cher) a ouvert fin avril Les Pagodes de Beauval, un hôtel thématisé autour de la culture chinoise. Celui-ci abrite 128 chambres dont 68 destinées aux familles (deux adultes et deux enfants), une piscine extérieure, un bar et un restaurant. Le ZooParc a aussi inauguré cette saison un spectacle d’otaries, L’Odyssée des lions de mer.

DORMIR PARMI LES ANIMAUX À PLANÈTE SAUVAGE

Situé près de Nantes, le parc animalier Planète Sauvage propose un séjour de 2 jours/1 nuit en bivouac dans deux univers originaux : dans la savane au milieu des zèbres, des antilopes et des gnous, le visiteur dormant sous la tente (cinq places); ou sous une yourte en Mongolie parmi les yacks, chameaux et cerfs. L’occasion de découvrir les coulisses du parc en participant à la rentrée des animaux avec les soigneurs.

LE PUY DU FOU DANS L’ENFER DE LA GUERRE

Le parc de Vendée poursuit son immersion dans notre histoire avec le spectacle Les Amoureux de Verdun, joué dans un espace couvert de 2 000 m2. Dix comédiens y font revivre les tranchées de la guerre de 1914-1918, dans l’enfer des bombardements. Parallèlement, le spectacle nocturne Les Orgues de Feu se pare de nouveaux effets scéniques.

MARINELAND INAUGURE SON PREMIER HÔTEL

Aux portes d’Antibes, le parc aquatique Marineland se dote d’un hôtel 3*. Ses 95 chambres sont réparties dans cinq bâtiments thématisés à l’effigie des animaux du parc (dauphin, tortue, otarie, ours polaire et orque). L’établissement est ouvert toute l’année. Le parc a aussi inauguré un nouveau restaurant, le Red d’Hippo.

EUROPA-PARK FÊTE SES 40 ANS…

Pour souffler ses 40 bougies, le parc allemand Europa-Park prépare un week-end de festivités les 11 et 12 juillet. Au-delà de l’événement, il innove avec une parade étoffée, le film 4D Le Carrousel du temps, le Dôme des rêves (avec projection d’un film) dans le quartier grec et la rénovation d’Euro-Tower (tour panoramique haute de 75 m) dans un style Belle Époque.

… ET PORTAVENTURA SON 20E ANNIVERSAIRE

PortAventura célèbre ses 20 ans avec des animations chaque jour et de nouveaux décors dans ses six mondes. Le Cirque du Soleil participe à la fête, avec le spectacle Amaluna, programmé en juillet et août. À noter enfin l’ouverture du boutique-hôtel 5* Mansion de Lucy (31 chambres), dans une aile de l’hôtel Gold River existant.

DE LA NEIGE ET DES ÉTOILES À DISNEYLAND PARIS

La Reine des Neiges investit un peu plus Disneyland Paris, avec un spectacle joué dans le cadre du théâtre Chaparral (Frontierland). L’héroïne du film, qui fait aussi son entrée dans la parade, partagera l’affiche avec la Jedi Training Academy, à compter du 11 juillet. Ce spectacle interactif permettra à des enfants de revivre La Guerre des étoiles dans la salle Vidéopolis.

LE PARC ASTÉRIX À LA PUISSANCE TROIS

Trois nouveaux spectacles rythment la saison 2015 du Parc Astérix. Dans des Arènes rénovées, Gaulois et Romains s’affrontent en trois épreuves dans le match de l’année. Le théâtre de Panoramix accueille un show d’illusionnisme, avec moult effets spéciaux. Enfin, Lady Dagda partage ses connaissances dans Secrets de druides.

UN « KUBE » MAGIQUE POUR LE FUTUROSCOPE

Les Mystères du Kube est le nouveau spectacle du Futuroscope. Il associe technologies et performances vivantes, avec des artistes qui escaladent des écrans numériques, exécutent des voltiges… Deux autres nouveautés ponctuent la saison : des jeux familiaux à l’Arena et Futur l’Expo, un espace scénarisé autour des objets du futur.

LE PARC DU PETIT PRINCE PREND DE L’ALTITUDE

Ouvert le 1er juillet 2014 en Alsace, le Parc du Petit Prince inaugure quatre attractions pour sa seconde saison. Deux côté ciel (dont Questions astronomiques, un voyage immersif dans le système solaire) et deux côté terre, en particulier Le Food Plane, dans une ancienne carcasse d’avion.

LES DINOSAURES ENVAHISSENT VULCANIA

Les dinosaures sont les vedettes du parc auvergnat. Ils reprennent vie dans le majestueux paysage de la chaîne des Puys, à travers un parcours qui met en scène une dizaine de reptiles animés. À compléter par un survol des volcans d’Auvergne à bord de nacelles dynamiques, dans le film à 180° Premier Envol, projeté sur écran et au sol.

À BORD DU POUDLARD EXPRESS AU WARNER BROS. STUDIO TOUR

Le mythique train Poudlard Express de la saga Harry Potter fait son entrée au Warner Bros. Studio Tour de Londres, dans un espace de 2 000 m2. Les visiteurs peuvent monter à bord du wagon qui a été utilisé pendant le tournage des films, découvrir des accessoires, et poser devant le célèbre engin qui traverse les murs de la gare.

LE PAL CHOUCHOUTE SES CHIMPANZÉS

À la fois parc d’attractions et parc animalier, le Pal (département de l’Allier) propose un nouvel espace de 4 000 m2 dédié aux chimpanzés. Il permet aussi d’en découvrir les aménagements intérieurs. Pour profiter pleinement des animaux, sept nouveaux lodges sur pilotis (portant l’offre à 31) complètent l’offre d’hébergement.

DES REPTILES POUR LA FERME AUX CROCODILES

Deuxième site touristique de Rhône-Alpes avec 330 000 visiteurs par an, la Ferme aux Crocodiles (Drôme) s’agrandit d’une serre de 1 200 m2, qui accueillera progressivement des serpents, lézards, tortues aquatiques, oiseaux et poissons. Elle complète les installations qui abritent 10 des 23 espèces de crocodiles existant dans le monde.

LES PROJETS FOUS DE DISNEYLAND PARIS

Recapitalisé par The Walt Disney Company à hauteur de 1 milliard d’euros début 2015, Disneyland Paris se prépare à un plan d’investissements massif pour relancer sa fréquentation, qui a chuté à 14,2 millions de visiteurs en 2014 (contre 16 millions en 2012) ; et ce alors que le resort fêtera ses 25 ans en 2017. Si les responsables demeurent discrets, la blogosphère bruisse de rumeurs. Le parc Disneyland rénovera notamment plusieurs attractions majeures dans les deux ans. Après Space Mountain (réouverture en juillet), ce sera au tour de It’s a Small World, Peter Pan’s Flight, Pirates des Caraïbes ou le Phantom Manor. Sans oublier la montagne russe Big Thunder Mountain (avec même la vidange du lac). Parallèlement, un véritable « Star Wars Land » devrait voir le jour au sein de Discoveryland. Au programme : la modernisation de Star Tours et plusieurs nouvelles attractions. Le second parc, Walt Disney Studios, devrait quant à lui être réorganisé dans les cinq ans, afin de trouver enfin une identité. Parmi les projets : un Pixarland, avec notamment Toy Story Midway Mania (un parcours interactif sur le thème de la fête foraine) pour 2017. Un Marvel Land autour des super-héros pourrait aussi voir le jour à la place de la zone Backlot, avec pour commencer l’arrivée des Avengers à la place d’Armageddon. Enfin, à plus long terme, les rumeurs évoquent l’implantation d’un Avatar Land, à l’image de celui qui ouvrira à Walt Disney World d’Orlando en 2017.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format