Menu
S'identifier
Édito

Chirac, le fisc prodigue


Publié le : 25.11.2005 I Dernière Mise à jour : 25.11.2005
{ element.images.0.titre }}
Chirac, le fisc prodigue I Crédit photo François-Xavier Izenic

Auteur

  • François-Xavier Izenic

On avait déjà la droite la plus bête du monde, la gauche la plus archaïque du monde, les spécialistes de la grève les plus mondialement connus, nous voici avec un président qui a eu l’idée de l’année la plus stupide du monde. Jacques Chirac est un homme généreux avec l’argent des autres qui a, comme tous ses collègues issus de l’Ena et de la haute fonction publique, une véritable passion réglementaire. Il est tellement généreux le bonhomme qu’il a donc décidé d’instaurer une taxe de solidarité sur les billets d’avion pour aider les pays pauvres. Taxe qui devrait être applicable dès juillet prochain (lire notre rubrique KO page 10). Et il n’en démord pas le Jacquot. Il est même parti en tournée dans le monde entier pour essayer de convaincre ses homologues, femmes et hommes d’Etat. Sauf que personne n’en veut de sa taxe. A part le Chili et la Grande-Bretagne. Et encore, cette dernière va seulement réaffecter le produit d’une taxe déjà existante à cette cause, par ailleurs noble et juste. Résultat : au lieu des 10 milliards d’euros de prévus, c’est à peine 200 millions d’euros qui seront récoltés. Autant dire des clopinettes. Les critiques ont beau fuser, la profession protester, les Français contester (seuls 49 % d’entre eux y sont favorables alors que 45 % sont contre), notre président n’en a cure. Dans une posture bien franchouillarde, celle qu’il affectionne, il a raison contre tout le monde, surtout contre ceux qui lui opposent des arguments solides et rationnels. Pierre-Henri Gourgeon, directeur général du groupe Air France, a fait mouche en disant : « espérer tirer des milliards d’une industrie qui perd des milliards est un non-sens économique ». Mais Jacques Chirac ne veut pas écouter, ne veut pas voir. On le savait sourd comme un pot, le voici myope comme une taupe. Il s’improvise même spécialiste du transport aérien et a déclaré mercredi dernier avec un incroyable aplomb : « la taxe a été conçue de façon à n’affecter ni la compétitivité des aéroports français ni l’emploi dans le secteur aéronautique ». Non mais de qui se moque-t-il ? Bref, des taxes, encore des taxes, toujours des taxes. Nous étions déjà des veaux, nous voici maintenant des vaches à lait. Et les agences de voyages dans tout ça ? A votre avis ? Elles vont devoir la collecter cette fameuse taxe. Et gratuitement en plus. Ben voyons ! Collecteur de taxes : c’est pas un beau métier ça ? Elle est pas belle ma valeur ajoutée ?

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format