Menu
S'identifier
Transport

Réforme des retraites : les négociations sont au point mort, la grève se poursuit


Publié le : 10.01.2020 I Dernière Mise à jour : 10.01.2020
{ element.images.0.titre }}
Le principal point de blocage porte toujours sur l'âge pivot. Certains syndicats dénoncent également le système de retraite à points. I Crédit photo Adobe Stock

Auteur

  • Manon Gayet (avec AFP)

Les syndicats et le le Premier ministre Edouard Philippe ont repris les discussions aujourd'hui autour du projet de réforme des retraites. Mais chaque acteur campe sur ses positions.

Nouveau jour de grève, nouveau jour de négociations. Pour tenter de sortir de la crise qui paralyse les transports en commun tricolores depuis début décembre, le gouvernement et les syndicats se sont à nouveau rencontrés aujourd’hui, à Matignon, en présence du Premier ministre Édouard Philippe. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cela n’a pas vraiment avancé.

Peu avant son rendez-vous, le secrétaire général de Force Ouvrière (FO) déclarait avoir demandé « une pause du processus » au Premier ministre pour « examiner précisément les conséquences de telle ou telle disposition », sans succès. Ajoutant : « Alors, je le dis clairement, sur l'objet lui-même qui est celui du projet du gouvernement d'un régime unique par point, nous ne ferons pas non plus de pause quant à notre détermination à faire en sorte d'empêcher que ce projet de régime unique par point voit le jour. »

C’est le secrétaire général de l’Unsa Laurent Escure qui a ensuite été reçu par Édouard Philippe. A l’issue de cette rencontre, il a déclaré espérer un retrait de l’âge pivot du projet de loi sur la réforme « dans les prochaines heures ». Cette disposition du texte de loi est en effet le principal point de blocage. La CFE-CGC, représentée par son secrétaire général François Hommeril, a de son côté réitéré son opposition au projet du gouvernement, appelant à la sortie de sa réunion avec le Premier ministre à « amplifier la mobilisation et la grève pour gagner ». Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez a également « rappelé [son] désaccord avec le projet ».

Seul le Medef, présidé par Geoffroy Roux de Bézieux, également reçu aujourd'hui à Matignon, soutient la réforme et surtout l’âge pivot de départ en retraite. « On continue à penser qu’il faut une mesure d’âge. » Il souhaite également qu’une conférence sur le financement du déficit « à court, moyen et long terme » soit organisée.

Le taux de grévistes mesuré ce matin à la SNCF a atteint 10,2% avec près d’un conducteur sur deux concerné, selon les chiffres publiés par la direction à la mi-journée. Une mobilisation qui se maintient malgré les déclarations de Benjamin Raigneau, directeur des ressources humaines de la SNCF, dans le magazine Ville, Rail et Transports : « Avec le mécanisme retenu, et qui consiste à prendre la meilleure partie de rémunération et à intégrer dans le calcul les EVS (éléments variables de soldes, des primes qui peuvent représenter en moyenne 15% du salaire), on peut affirmer que les pensions seront équivalentes ou supérieures à celles du régime spécial. » Et d’ajouter : « Il y aura une prise en compte de la durée de service à la SNCF. » Une nouvelle journée de mobilisation est d'ores et déjà prévue demain dans les grandes villes de France.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format