Menu
S'identifier
Ferroviaire

Revendre ses billets SNCF, c'est terminé !


Publié le : 23.10.2018 I Dernière Mise à jour : 23.10.2018
{ element.images.0.titre }}
La moitié des billets proposés sur Troc des Trains sont des billets cartonnés. I Crédit photo DR

Auteur

  • Didier Forray

Les billets Prem's et les billets 100% Eco sont désormais dématérialisés, sans possibilité de changer le nom indiqué dessus, empêchant leur revente. Tempête chez certains usagers !

Depuis le 27 septembre, la SNCF a supprimé les billets en version cartonnée pour les tarifs non échangeables et non remboursables. Désormais, les clients réservant un billet TGV Prem's ou un billet Intercités 100% Eco n'ont donc pas d'autre choix que d'opter pour un billet dématérialisé, à présenter sur leur smartphone. Le changement se voulait discret, sans annonce ni communiqué de presse, mais il a été révélé par le quotidien Le Parisien.

Pourquoi cette évolution ? En supprimant le billet papier, la SNCF affirme réaliser des économies tout en apportant un meilleur service aux voyageurs. "Nous répondons à une demande, dans la mesure où 90% des billets Prem's était déjà des e-billets", affirme la SNCF. "Le e-billet nominatif présente d'ailleurs l'intérêt de pouvoir contacter la personne, alors qu'on nous reproche bien souvent le manque d'informations."

La revente d'un billet devient impossible

Reste que le changement a une conséquence directe : le nouveau système ne permet plus de céder son billet ou de le revendre sur des plateformes comme Trocdestrains ou KelBillet. Les billets électroniques sont effectivement nominatifs, contrairement aux billets cartonnés. Et pas question de se faire passer pour un autre : un passager contrôlé avec un billet qui n'est pas à son nom est considéré comme un voyageur sans titre de transport et risque une amende fixée à 150 euros, en plus du prix du billet. "L'impossibilité de la revente n'était absolument pas l'objectif premier du passage au e-billet", se défend la SNCF, qui précise que, "compte tenu du nombre de billets électroniques achetés au format Prem's, cela pénalise peu de personnes".

Mais les usagers et les plateformes de revente sont pris de court et la colère monte. Une habituée du TGV a même lancé une pétition pour demander à la SNCF de permettre la modification du nom sur les billets Prem's. "Nous ne pourrons plus donner ou revendre nos billets Prem's en cas d'erreur de réservation, d'empêchement ou encore d'annulation de notre voyage", lance Nadine Borges, qui cite en exemple la souplesse de Ouigo, qui autorise le changement de nom sur un billet électronique, moyennant des frais supplémentaires.

Les platesformes de revente s'organisent

La pétition est sur les rails, avec plus de 3 200 signatures aujourd'hui à midi. Et les commentaires affluent ! "C'est lamentable car la SNCF veut être gagnante sur toute la ligne", ironise un signataire. "Vous ne pouvez plus vendre votre billet que vous perdez et pourtant vous l'avez payé et l'ex-acheteur potentiel ne peut plus vous l'acheter et donc il va lui aussi payer son billet bien plus cher !!!"

Les plateformes de revente s'organisent. "Nous étudions tous les moyens nous permettant de continuer à rendre service à nos utilisateurs qui pensent, à juste titre, que la SNCF fait un mauvais calcul en voulant tuer notre modèle qui ne lui coûte rien", confie Bernard Thomas, fondateur de Troc des Trains, qui encourage ses utilisateurs à signer la pétition. La revente de billets cartonnés représente la moitié de l'activité du site. Yann Raoul, PDG de KelBillet, se dit quant à lui dans l'attente : "Nous avons commencé à échanger avec la SNCF à propos de l'impact de la mise en place du e-billet et nous attendons plus d'informations sur les conditions d'utilisation."

Yann Raoul souligne toutefois l'intérêt du e-billet : "La dématérialisation du billet va dans le sens de l'histoire car cela apporte une souplesse et nombre de services intéressants et cela est distinct de la capacité de revendre le billet", fait-il remarquer. "La vraie question aujourd'hui est celle de la possibilité ou non du changement de nom." Les relations entre les usagers et la SNCF prennent en tout cas un mauvais coup… Ironie du calendrier : SNCF Réseau a diffusé hier un communiqué affirmant "qu'une relation client de qualité est le socle de la nouvelle dynamique de SNCF Réseau". "Elle est fondée sur la confiance, la transparence, l'équité et la réactivité", écrit l'entreprise.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format