Menu
S'identifier
Ferroviaire

Grève SNCF et RATP : la mobilisation baisse, les pertes se creusent


Publié le : 17.01.2020 I Dernière Mise à jour : 17.01.2020
{ element.images.0.titre }}
Le vendredi 17 janvier marque le 44e jour de grève dans les transports contre la réforme des retraites. I Crédit photo Adobe Stock

Auteur

  • Manon Gayet (avec AFP)

Après six semaines de conflit social, le trafic reprend progressivement. Et l’heure du bilan financier a sonné. De quoi créer de nouvelles tensions…

Mis à jour le 17 janvier à 16h40

La mobilisation a reflué jeudi dans la rue. Selon le ministère de l’Intérieur, 187 000 personnes ont manifesté jeudi en France contre la réforme des retraites, dont 23 000 à Paris, après 149 000 samedi dernier et 452 000 le 9 janvier. La CGT affirme elle que 250 000 personnes ont participé, 28 000 selon le comptage réalisé par le cabinet Occurrence pour un collectif de médias.

Dans les transports, à Paris vendredi, deux métros sur trois circulent en moyenne aux heures de pointe (mais seules trois lignes sur seize fonctionnent normalement). A la SNCF, la circulation s’améliore de jour en jour et le taux de grévistes est tombé aujourd'hui à 4,6%. Le trafic TGV était « quasi normal » aujourd’hui et 8 TER sur 10 étaient prévus. La situation sera également « quasi normale » ce week-end : le trafic TGV sera quasi normal, 9 TER sur 10 circuleront et le trafic Ouigo, Eurostar et Thalys sera normal.

L’entreprise ferroviaire est toutefois en mauvaise posture puisqu’elle approche le « milliard » d’euros de pertes depuis le début de la grève, selon Jean-Pierre Farandou, dont 600 millions d’euros de manque à gagner. Le nouveau PDG du groupe SNCF a d’ores et déjà annoncé qu’un plan d’économies sera mis en place en février.

 

Pas de mesures sociales à la SNCF

S’il n’a pas quantifié les mesures envisagées, Jean-Pierre Farandou a assuré qu’il « ne toucherai[t] pas aux emplois sur le terrain ». Et d’ajouter : « S’il n’y avait pas eu la grève, on aurait fait une très bonne année 2019. » La SNCF s’est engagée à atteindre un « équilibre économique » (c’est-à-dire assurer le fonctionnement du système ferroviaire français sans endettement supplémentaire) avant 2022. « Quand vous perdez un milliard, je ne sais pas comment vous financez des mesures sociales. C’est juste impossible. » De quoi raviver les tensions avec les syndicats.

Une nouvelle journée d’actions et de mobilisations est prévue vendredi 24 janvier prochain, jour de l’examen du projet de loi sur la réforme des retraites en conseil des ministres.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format