Menu
S'identifier
Ferroviaire

Découvrez la nouvelle offre InOui de la SNCF en 1'30


Publié le : 21.09.2018 I Dernière Mise à jour : 21.09.2018
{ element.images.0.titre }}
Rachel Picard, la directrice générale de Voyages SNCF, a présenté le concept InOui hier à la Gare de Lyon (Paris 12e). I Crédit photo ©T.Beaurepère

Auteur

  • Thierry Beaurepère

La nouvelle offre commerciale de la SNCF est désormais accessible sur un tiers du réseau, en attendant son déploiement sur la totalité des lignes TGV d’ici à 2020.

C’est quoi, InOui ?

En parallèle de son offre low cost OuiGo (13 millions de voyageurs en 2017 et 25 destinations) qui se généralise progressivement au départ des grandes gares parisiennes, la SNCF développe son nouveau service "Premium" InOui basé sur le concept du "confort et du service". Annoncée en 2017 et testée durant un an sur l’axe Paris-Bordeaux-Toulouse, cette nouvelle offre commerciale entend relancer la fréquentation des TGV, avec des prestations améliorées, et surtout sans augmentation de prix. "Nos coûts de production baissent de 5% par an et nos prix affichent une diminution annuelle de 2% depuis 2016", affirme Rachel Picard, la directrice générale de Voyages SNCF, qui présentait hier l’offre InOui sur un quai de la gare de Lyon, à Paris.

 

Où roulent les TGV InOui ?

Dès la semaine prochaine, l’offre InOui de la SNCF sera déployée sur un tiers du territoire, à savoir le sud-ouest, et dorénavant la ligne Paris-Lyon ainsi que le réseau Est, vers Metz-Nancy et Strasbourg. "Cette fois, c’est vraiment le lancement national du TGV InOui", s’est félicité Rachel Picard. Suivront les dessertes de Lille, Marseille et Nice en décembre. Puis c’est l’ensemble du réseau TGV qui proposera cette nouvelle offre à l’horizon 2020.

Pour cela, la SNCF a dépensé 1,5 milliard d’euros dans l’achat de 55 nouvelles rames qui circulent sur l’axe Sud-Ouest, alors que 224 autres rames vont être rénovées d’ici à deux ans (une cinquantaine l’est déjà). "A mon arrivée, on me prédisait la mort du TGV. Les résultats prouvent le contraire, avec 10 millions de voyageurs supplémentaires sur le réseau TGV en 2017. De 100 millions de passagers en 2016, nous ambitionnons de passer à 125 millions en 2020", poursuit Rachel Picard.  

 

Quelle est l’offre à bord ?

Les TGV InOui arborent une nouvelle livrée commune, blanche et rouge. En revanche, les intérieurs sont inchangés, même s’ils sont rénovés. Ainsi, les fauteuils peuvent être différents, selon les axes et l’âge des rames. Points communs : tous les trains InOui disposent de prises électriques (à partager entre deux fauteuils pour la 2ème classe de certaines rames) et surtout, sont équipés du wifi gratuit (connexion avec le nom du passager et le numéro de réservation). Coût de la modernisation : 300 millions d'euros.

Une fois connectés au portail TGV InOui, les clients peuvent suivre en temps réel le parcours du train, tchater d’un fauteuil à l’autre, accéder à des informations sur leurs destinations, commander un repas en ligne, avec file prioritaire au bar pour le retirer. "56 000 passagers se connectent déjà chaque jour à notre wifi", assure Rachel Picard. Les passagers de Première Classe se voient quant à eux offrir un journal et une boisson, sur le quai.    

 

Quelles relations avec le personnel ?

"InOui est une véritable révolution culturelle des métiers", insiste Rachel Picard. Avec l’installation de portillons automatiques d’accès au quai (dix gares sont équipées à ce jour), plus besoin de contrôleur. Ce dernier devient un chef de bord qui a pour vocation d’accompagner et d’informer le passager tout au long du voyage, d’assurer aussi la sécurité. 8 000 salariés ont été formés à la nouvelle relation-client, avec l’objectif d’une plus grande proximité. A bord, des "hôtes propreté" ont parallèlement pour mission de vider les poubelles au fur et à mesure du trajet.

La satisfaction des voyageurs sur l’axe Paris-Bordeaux (testé depuis un an) aurait progressé de 10 points selon la SNCF. Reste aux agences (qui génèrent 23% des ventes longues distances) à s’approprier cette nouvelle offre. Elles attendent aussi de savoir à quelle sauce elles seront mangées, alors qu’un nouveau contrat entre la SNCF et la distribution, qui fixe notamment le niveau de rémunération, doit entrer en vigueur en 2019.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format