Menu
S'identifier
Transport

Après l'Eurostar, les douaniers perturbent les aéroports parisiens


Publié le : 11.03.2019 I Dernière Mise à jour : 11.03.2019
{ element.images.0.titre }}
Les douaniers font du zèle pour montrer les conséquences du Brexit sur les délais de vérification de l'identité des passagers. I Crédit photo Adobe Stock

Auteur

  • Manon Gayet (avec AFP)

Les douaniers français organisent une "grève du zèle" depuis lundi dernier, manifestant contre les conséquences du Brexit. Parmi elles, un allongement des délais de vérification des passeports est à prévoir.

« Nous nous sommes adaptés à chaque réforme, souvent dans la douleur, sans jamais aucune reconnaissance, maintenant ça suffit. » L’intersyndicale (CFDT, CGT, Solidaires, Unsa, USD-FO) des douaniers est très remontée. Elle réclame davantage de moyens pour faire face aux nouvelles exigences liées au Brexit, prévu pour le 29 mars prochain.

Les douaniers continuent de travailler, mais prennent donc leur temps pour vérifier les identités de tous les passagers... comme l'exigeront les nouvelles règles. En effet, les vérifications supplémentaires requises pour circuler entre l'UE et le Royaume-Uni prendront 90 secondes de plus... soit 22 heures pour l'équivalent d'un Eurostar complet ! La compagnie ferroviaire continue d'ailleurs de subir des retards allant jusqu’à 2 heures au départ de la Gare du Nord et est contrainte d’annuler des trains jusqu’au 30 mars prochain.

Les aéroports parisiens, notamment celui d'Orly, ont eux aussi vu les délais d’attente s’allonger, notamment « en sortie d’aéroport » durant le week-end. La semaine dernière, les agents des douanes de Calais et de Dunkerque ralentissaient le trafic routier et ferroviaire pour montrer les conséquences futures du Brexit, sans aucun moyen supplémentaire. Prévenez vos clients de prendre de la marge : au moins 45 minutes pour une liaison Eurostar, et trois heures au minimum pour un vol international.

Les organisations syndicales doivent être reçues demain par le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin. « Le mouvement n’est absolument pas levé », assurait toutefois Vincent Thomazo, secrétaire général Unsa-Douanes dès vendredi dernier.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format