Menu
S'identifier
Aérien

Lufthansa veut clouer les GDS au sol


Publié le : 15.03.2018 I Dernière Mise à jour : 15.03.2018
{ element.images.0.titre }}
Le groupe Lufthansa a investi 3 milliards d'euros en 2017, dont 900 millions dans la reprise des appareils d'Air Berlin. I Crédit photo ©MaxPixel

Auteur

  • Didier Forray

Le groupe Lufthansa va lancer en avril un tarif basique uniquement disponible sur ses sites et via les connections NDC. Les GDS en seront écartés.

Lufthansa poursuit son offensive contre les GDS. La compagnie aérienne allemande vient d'annoncer le lancement en avril d'un nouveau tarif qui sera accessible uniquement sur ses sites et via les connections NDC. Les clients bénéficieront alors d'un petit rabais de 5 € sur l'ensemble des vols long-courriers ainsi que sur les vols moyen-courriers au départ des hubs du groupe (Francfort, Munich, Zürich et Vienne). La remise est infime mais c'est l'intention qui compte puisque ce tarif ne sera pas accessible dans les GDS !

Avec ce petit incentive, Lufthansa entend ainsi développer ses ventes directes et habituer de plus en plus ses clients à réserver sur ses sites plutôt qu'à pousser la porte des agences de voyages. L'objectif est aussi de valoriser encore plus la norme NDC, le nouveau standard d'échange de données créé par IATA.

Une année 2017 record pour la compagnie

Une stratégie mûrement réfléchie : en septembre 2015, le groupe avait créé la polémique en imposant une surcharge de 16 € par réservation pour tout billet émis depuis un GDS. La levée de boucliers des GDS et des agences de voyages n'y avait rien fait. Tant pis si les professionnels du tourisme rappelaient l'apport du réseau de distribution, à l'image d'Emmanuel Bourgeat, DG de Travelport France. Ce dernier insistait sur le fait que "le montant des dossiers réalisés par les agences de voyages est en moyenne 25 à 30% supérieur au prix des billets vendus sur le site de la compagnie aérienne".

Mais Lufthansa est sûre de sa force et n'a visiblement besoin de personne. Pour preuve, la compagnie aérienne vient d'annoncer une année 2017 record, avec un chiffre d'affaires en hausse de 12,4%, à 35,6 milliards d'euros, et une marge opérationnelle de 3 milliards d'euros, en progression de 70%. "Nous avons réalisé les meilleurs résultats de l'histoire de l'entreprise", martèle Carsten Spohr, le PDG du groupe, qui met en avant une forte réduction des coûts. Et l'année 2018 devrait être sur la même ligne, malgré un impact plus fort du prix du carburant.

Le pire est-il à venir pour les GDS ? Le principe de la surcharge ayant été rapidement repris chez les compagnies concurrentes, notamment British Airways, Iberia et Air France, il n'y a pas de raison que ce nouveau tarif ne leur donne pas des idées...

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format