Menu
S'identifier
Aérien

Les 3 atouts d'Air France-KLM pour réussir en 2019


Publié le : 20.02.2019 I Dernière Mise à jour : 20.02.2019
{ element.images.0.titre }}
Le groupe a enregistré une forte hausse de son bénéfice en 2018. I Crédit photo Air France-KLM

Auteur

  • Manon Gayet (avec AFP)

Le groupe aérien franco-hollandais a présenté ce matin ses résultats annuels 2018, après avoir signé un accord important avec les syndicats de pilotes.

1- Le groupe a enregistré de bons résultats en 2018 malgré les grèves

Benjamin Smith peut avoir le sourire. L’horizon semble s’éclaircir pour Air France-KLM, dont il a repris la direction générale à l’automne dernier. Le groupe a dévoilé ce matin ses résultats financiers. Principale conclusion : le bénéfice est en forte hausse à 409 millions d’euros (contre 163 millions en 2017). Et ce, en dépit des 15 jours de grève menés par le personnel, dont l’impact négatif est estimé à 335 millions d’euros, et de la hausse du prix du carburant. Air France-KLM a également franchi la barre des 100 millions de passagers transportés en 2018. Transavia continue d’être un moteur de croissance très dynamique puisque la low cost du groupe a transporté 15,8 millions de voyageurs l’an dernier (+7,8%).

 

2- Les pilotes et la direction d’Air France se sont mis d'accord

C’était le caillou dans la chaussure de Ben Smith depuis son arrivée. Les pilotes d’Air France et la direction ne s’étaient toujours pas mis d’accord sur un accord catégoriel… jusqu’à hier. Les pilotes se sont prononcés à plus de 85% en faveur de l’accord proposé par la direction. Cette consultation a été organisée par le SNPL, syndicat majoritaire des pilotes d’Air France. L’accord intercatégoriel sur la hausse des salaires a également été signé dans la foulée. « Par ce vote, les pilotes soutiennent le projet stratégique de montée en gamme initié par Benjamin Smith et acceptent les revalorisations salariales, mettant ainsi un terme à près de 12 mois de conflit », se targue le syndicat.

 

3- La gouvernance se simplifie… et s’apaise

Les salariés de KLM s’inquiétaient du sort de Pieter Elbers, le président du directoire de leur compagnie, sur la sellette. Finalement, le conseil d’administration d’Air France-KLM, en accord avec le conseil de surveillance de KLM, a proposé sa reconduction à son poste, mardi. Il est aussi nommé directeur général adjoint d’Air France-KLM, tout comme Anne Rigail, directrice générale d’Air France. Dans le même temps, Benjamin Smith fait son entrée au conseil de surveillance de KLM. Une mesure qui faisait polémique aux Pays-Bas. Mais l’heure est à l’apaisement !

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format