Menu
S'identifier
Aérien

Covid-19 : une étude rassure sur les risques de contamination en avion


Publié le : 25.08.2020 I Dernière Mise à jour : 25.08.2020
{ element.images.0.titre }}
Les professionnels de l'aérien restent très prudents et multiplient les mesures de précaution pour limiter au maximum les risques. I Crédit photo ©Adobe Stock

Auteur

  • Brice Lahaye (avec AFP)

Une étude réalisée par des virologues sur un vol effectué en mars dernier - avant l'obligation du port du masque - laisse penser que les risques de contamination à bord seraient plus faibles que prévu.

Est-ce une analyse propice à relancer plus fortement le trafic aérien ? Dans une étude publiée il y a quelques jours dans la revue américaine Jama Network Open, des chercheurs montrent que les passagers des avions se transmettraient faiblement le Covid-19 entre eux.

Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs ont analysé des cas survenus lors d'un vol effectué le 9 mars dernier entre Tel Aviv et Francfort. D’une durée de 4h40, le vol transportait 102 passagers à son bord, dont un groupe de 24 touristes. Ce groupe, qui avait été en contact avec un responsable hôtelier contaminé en Israël, a dû être testé à son arrivée en Allemagne. Sur les 24 membres, sept ont été testés positifs.

2 contaminés probables sur le vol

De quoi pousser les autorités à contacter les 78 autres passagers quelques semaines plus tard. Un total de 71 d'entre eux, qui avaient été exposés au groupe pendant le vol, ont répondu à l'appel. Résultat de toutes ces analyses : seuls deux passagers ont probablement été contaminés durant le vol. Mais une limite apparaît. Tous les passagers n'ont pas été testés, certains n'ayant pas répondu aux sollicitations, et l'équipage n'a pas transmis, non plus, d'informations aux chercheurs.

Reste que les auteurs de l'étude se veulent encourageants quant aux résultats. « Le flux d'air dans la cabine du plafond au plancher et de l'avant vers l'arrière peut avoir été associé à un taux de transmission réduit. On pourrait supposer que le taux aurait pu être encore réduit si les passagers portaient des masques », expliquent-ils. Le 9 mars, le masque n'était en effet pas encore obligatoire à bord des appareils. « Nous avons été surpris de ne trouver que deux transmissions », explique Sebastian Hoehl de l’institut de virologie médicale à Francfort. Plus étonnant encore, la personne assise dans la rangée immédiatement devant celle de deux touristes infectieux n’a pas été contaminée.

De nombreuses mesures de précautions

Encourageant, donc, mais les professionnels de l'aérien restent toujours très prudents, et multiplient les mesures de précautions pour limiter au maximum les risques. C'est le cas notamment de la compagnie aérienne Korean Air, qui a récemment procédé à une nouvelle inspection spéciale des filtres HEPA (High Efficiency Particulate Air) et des performances globales des systèmes de circulation d'air de ses appareils. Cette dernière assure ainsi que ces équipements permettent de minimiser la propagation des virus.

Outre les masques obligatoires à bord et la désinfection des cabines entre chaque vol par toutes les compagnies aériennes, American Airlines a de son côté annoncé pulvériser prochainement dans ses avions un revêtement censé créer une couche de protection tuant les virus. Une nouvelle mesure pour tenter de rassurer les voyageurs.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format