Menu
S'identifier
Aérien

Comment Norwegian se bat pour sa survie


Publié le : 18.01.2019 I Dernière Mise à jour : 18.01.2019
{ element.images.0.titre }}
Norwegian fermera 5 bases à compter d'avril, 3 en Europe et 2 aux États-Unis.  I Crédit photo Wikipedia

Auteur

  • Didier Forray

L'année 2019 sera décisive pour l'avenir de la low-cost, minée par une dette de deux milliards d'euros. La compagnie a lancé un plan de réduction des coûts. Objectif : économiser 200 millions d'euros cette année. 

Alors que les nuages commençaient à s'accumuler, avec une perte de près de 31 millions d'euros en 2017, Norwegian a commencé par réduire la voilure. En septembre, la compagnie a ouvert des négociations pour la vente de 90 Airbus A320neo qui étaient encore en commande. Norwegian ne souhaite prendre livraison que d'une centaine d'appareils sur les 210 Airbus et Boeing commandés.

Parallèlement, la compagnie entend procéder à la vente de sa centaine de Boeing 737-800. Fin décembre, Norwegian a commenté le processus dans une note destinée aux investisseurs : "Nous constatons un intérêt significatif pour notre flotte existante ainsi que pour les livraisons futures." En pratique, deux appareils ont d'ores et déjà trouvé preneur.

La fermeture de cinq bases

Après la vente d'appareils, Norwegian vient d'annoncer la fermeture, à compter du mois d'avril, de trois bases en Europe (Rome, Palma de Majorque et Tenerife-Sud) et de deux bases aux États-Unis (Newburgh et Providence). Ces fermetures s'accompagnent logiquement de l'arrêt de plusieurs lignes au départ de ces aéroports. Norwegian indique que cela concerne quatre liaisons au départ de Newburgh et trois au départ de Providence.

En Europe, la compagnie ne communique pas encore les détails mais précise que la fermeture de la base de Rome-Fiumicino ne concerne que ses Boeing 737. Les vols au départ de Rome assurés en 787-Dreamliner seront conservés. Il s'agit de liaisons vers Fort Lauderdale, Los Angeles, Newark et Oakland. Norwegian maintient aussi l'ouverture d'une nouvelle route entre Rome et Boston. La compagnie n'indique pas si ces fermetures de bases entraîneront des suppressions de postes mais des transferts devraient se mettre en place vers d'autres bases.

Un accord avec Rolls Royce

Dans sa chasse aux millions, Norwegian est parvenu à mettre la pression sur Rolls Royce. La low cost a effectivement subi plusieurs soucis techniques avec les nouveaux moteurs Rolls Royce de ses 787-Dreamliner au cours de l'année écoulée, l'obligeant à louer des appareils et à payer des compensations aux passagers.

Le patron de Norwegian estime le montant de ces compensations à un peu plus de 100 millions d'euros. "Un accord a maintenant été trouvé avec Rolls Royce et il aura un effet positif sur les comptes du premier trimestre 2019", avance la compagnie.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format