Menu
S'identifier
Aérien

Bientôt la fin des vols entre Barcelone et Madrid ?


Publié le : 16.01.2020 I Dernière Mise à jour : 16.01.2020
{ element.images.0.titre }}
La ligne Barcelone-Madrid est aujourd'hui assurée à raison de 30 vols par jour. I Crédit photo Adobe Stock

Auteur

  • Didier Forray

La maire de Barcelone souhaite la suppression de tous les vols vers des destinations joignables en train à grande vitesse.

La "honte de prendre l'avion" gagne l'Espagne ! La maire de Barcelone, Ada Colau, a demandé à l'aéroport de Barcelone de mettre fin à tous les vols vers des destinations qui sont facilement reliées en train à grande vitesse. Le service de navettes entre Barcelone et Madrid est au cœur des critiques. Si le vol entre les deux villes est de seulement une heure, le temps réel de transport s'avère bien plus long que le train, en incluant les transferts entre les aéroports et les centres-villes, le passage de la sécurité et la nécessité de se présenter à l'avance à l'embarquement. Face à l'avion, le train à grande vitesse AVE effectue le trajet en 2h30, dans le cas d'un trajet sans arrêt, avec près de 20 allers-retours par jour.

Le nombre de vols entre Madrid-Barcelone a déjà considérablement baissé depuis le lancement du TGV espagnol en 2008. Plus de 4,1 millions de passagers ont emprunté l'AVE l'an dernier entre les 2 villes. Mais la ligne reste aujourd'hui opérée par 3 compagnies, Iberia, Vueling et Air Europa, à raison d'un total de 30 vols par jour. Principal argument des compagnies : les prix, qui peuvent être moins chers que les billets de train. Les compagnies mettent aussi en avant les possibilités de correspondance vers d'autres destinations.

La ligne Barcelone-Valence également dans le viseur

Le vol Madrid-Barcelone n'est pas la seule ligne dans le collimateur : le Barcelone-Valence est également sur la sellette. Reste à savoir maintenant comment la maire de Barcelone compte imposer sa vision. Au-delà de l'effet d'annonce, elle n'a pas le pouvoir de faire appliquer sa demande auprès de l'aéroport El Prat. Ada Colau s'est également prononcée en faveur de l'augmentation de la taxe sur les billets d'avion et de la réduction du nombre de navires de croisières pouvant faire escale à Barcelone.

En attendant que les mesures avancent, la maire subit la foudre de ses opposants. "La maire verte qui a parcouru 100 000 km en 19 mois, émettant 17 tonnes de CO², veut maintenant exiger moins de croisières et de vols", ironise le site d'informations Crónica Global. Et le magazine libéral de publier la liste de ses déplacements internationaux. "La maire affiche un passé qui n'a pas grand-chose à voir avec ce qu'elle demande maintenant aux citoyens", tempête le site. A suivre.

 

 

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format