Menu
S'identifier
Aérien

Après l’Irlande et la Grande-Bretagne, Ryanair fait face à deux autres grèves


Publié le : 21.08.2019 I Dernière Mise à jour : 21.08.2019
{ element.images.0.titre }}
Pendant 10 jours en septembre, les clients de Ryanair pourraient bien rester au sol. I Crédit photo Max Pixel

Auteur

  • Manon Gayet (avec AFP)

Les représentants du personnel de cabine espagnol de Ryanair appellent à la mobilisation en septembre.

Jamais deux sans... quatre. Après l’annonce de la mobilisation de ses pilotes irlandais et britanniques, Ryanair vient d’apprendre celle de ses PNC espagnols. Suite à une réunion « de plus de sept heures » avec les représentants de la compagnie low cost « qui s’est terminée sans accord, les syndicats USO et Sitcpla ont déposé le préavis de grève sur les treize bases de Ryanair en Espagne », explique un communiqué diffusé par USO.

Les représentants du personnel de cabine protestent contre de possibles fermetures de bases aéroportuaires sur les îles touristiques de Tenerife et Grande Canarie (en proie à d’importants incendies ces dernières semaines). Ils s'inquiètent aussi du « futur incertain » de celle de Gérone, en Catalogne.

Les PNC sont ainsi appelés à cesser le travail les 1er, 2, 6,8, 13, 15, 20, 22, 27 et 29 septembre prochains — la plupart de ces dates étant des vendredis et des dimanches. D’autres réunions de médiation entre direction et syndicats pourraient avoir lieu la semaine prochaine, affirme toutefois le syndicat USO.

Le personnel de cabine au Portugal est aussi en grève pour cinq jours depuis aujourd’hui. Seuls de légers retards ont été signalés pour le moment, après la mise en place d’un service minimum. Cette grève, voulue par le Syndicat national du personnel de vol de l'aviation civile (SNPVAC) exige que Ryanair respecte le code du travail portugais, notamment sur les questions des primes et des congés.

Concernant la grève prévue demain et vendredi par les pilotes irlandais, elle a été bloquée ce jour par la Haute Cour de Dublin au motif que la médiation entre direction et pilotes devait d'abord aller à son terme. Une décision qui donne raison à Ryanair, auteur de cette action en justice. La compagnie n'a donc pas dit son dernier mot.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format