Menu
S'identifier
Aérien

Air France-KLM : les 18 dates-clés pour (mieux) comprendre la crise actuelle


Publié le : 08.03.2019 I Dernière Mise à jour : 08.03.2019
{ element.images.0.titre }}
En 2018, le groupe Air France-KLM a enregistré le chiffre record de 101,4 millions de passagers. I Crédit photo Skyteam

Auteur

  • Didier Forray

Depuis la fusion d'Air France et de KLM, les relations franco-néerlandaises n'ont jamais été simples. Retour sur les principaux événements qui ont marqué l'histoire du groupe entre 2004 et mars 2019.

La création du groupe

5 avril 2004 : Air France annonce le rachat de KLM via une offre publique d'échange sur les actions de KLM. La compagnie hollandaise n'est alors pas au mieux de sa forme : elle renoue tout juste avec les bénéfices après avoir enregistré une perte historique de 416 millions d'euros sur son exercice 2002-2003. De son côté, Air France enchaîne les bons résultats, avec un résultat net de 93 millions d'euros en 2003-2004. Un déséquilibre originel qui va peser sur les relations entre les deux compagnies.

19 avril 2004 : Air France et KLM fusionnent, donnant naissance au groupe Air France-KLM. Cette fusion provoque une privatisation de fait d'Air France, la part de l'État français étant alors réduite à 44,1%. Mais l'État français garde la haute main sur la compagnie. En tant qu'actionnaire principal du groupe, c'est lui qui choisit et nomme le PDG de la compagnie. Air France et KLM restent toutefois deux compagnies à part avec leur propre management. Un système de gouvernance original est mis en place : tous les 15 jours, le PDG du groupe, Jean-Cyril Spinetta, préside un comité exécutif commun. Le but est de passer en revue les différents chantiers de synergies présentés par des tandems de managers issus de chaque compagnie. Mais pas question d'une fusion de la gouvernance ni des marques.

Décembre 2004 : le gouvernement français annonce son intention de réduire sa participation dans Air France-KLM. Fin 2004, la part de l'État français dans Air France-KLM s'abaisse à 18,35% avant d'atteindre son niveau actuel, à 14,3%.

 

Les premiers projets communs

6 juin 2005 : le programme de fidélité d’Air France (Fréquence Plus) et celui de KLM (Flying Dutchman) sont réunis au sein d'un programme unique baptisé Flying Blue. Cela reste à ce jour la seule fusion de marques entre Air France et KLM.

22 novembre 2006 : Air France et Transavia Hollande donnent naissance à Transavia, une nouvelle low-cost indépendante au sein du groupe Air France-KLM. La nouvelle compagnie, sous pavillon français, est détenue à 95,51% par Air France et à 4,49% par Transavia Hollande. Les opérations sont lancées le 12 mai 2007.

19 mai 2009 : Air France-KLM enregistre sa première perte depuis la fusion. Le montant : 814 millions d'euros sur l'exercice 2008-2009. Environ 2 700 emplois sont supprimés sur l'exercice. La compagnie est victime de la crise financière mais aussi de la montée en puissance des low-cost en moyen-courrier et des compagnies du Golfe sur le long-courrier. Et les années suivantes ne sont guère plus fleurissantes : le groupe enregistre une perte record de 1,5 milliard d'euros en 2010 suivie de nouvelles pertes de 809 millions d'euros en 2011 et de près de 1,2 milliard d'euros en 2012.

 

Les plans de relance

Janvier 2012 : le PDG du groupe, Jean-Cyril Spinetta présente le plan "Transform 2015", destiné à économiser 2 milliards d'euros sur 3 ans. Le plan prévoit notamment un gel des embauches et des salaires et une réorganisation du réseau.

11 au 28 septembre 2014 : arrivé en 2013, le PDG Alexandre de Juniac poursuit le plan Transform 2015 avec le plan Perform 2020, un nouveau plan de croissance qui prévoit notamment le développement de Transavia en Europe. L'objectif est de créer des bases dans plusieurs pays européens avec du personnel employé avec des contrats locaux. Les syndicats de pilotes, dont le SNPL, appellent à la grève, dénonçant une tentative de délocaliser les activités de Transavia. Les pilotes demandent également un contrat de travail unique pour tous les pilotes, sur le modèle de celui d'Air France. Le bras de fer durera 14 jours jusqu'à ce que le gouvernement français annonce l'abandon de Transavia Europe. Le conflit aura coûté 300 millions d'euros à Air France-KLM.

26 janvier 2015 : Air France-KLM procède à une recapitalisation de sa filiale Air France à hauteur de 760 millions d'euros, afin d'éponger ses pertes. L'opération hérisse les Hollandais, qui ont l'impression de payer pour les mauvais résultats d'Air France.

2 novembre 2016 : les conseils d’administration d’Air France-KLM et d’Air France décident de faire évoluer la gouvernance du groupe pour mettre en œuvre le nouveau plan stratégique Trust Together. Les fonctions de président et de directeur général d’Air France sont dissociées. Jean-Marc Janaillac, alors président d’Air France-KLM est aussi nommé président d’Air France et Franck Terner devient DG d'Air France.

 

L'année noire d'Air France

22 février 2018 : nouveau mouvement de grève chez Air France, pour obtenir une revalorisation des salaires. Le mouvement s'échelonne jusqu'au 24 avril et coûte encore 300 millions d'euros à la compagnie, selon la direction.

7 mai 2018 : nommé PDG en 2006, Jean-Marc Janaillac remet sa démission suite au rejet de l'accord salarial qu'il avait proposé au personnel d’Air France. La CFDT, non gréviste, parle d'une "grave crise de gouvernance dont Air France n’a pas les moyens, eu égard à l’environnement économique et concurrentiel".

Septembre 2018 : le Canadien Benjamin Smith, ex-numéro deux d'Air Canada, est nommé directeur général d'Air France-KLM. Dans la foulée, Anne Rigail est nommée directrice générale d'Air France. Pieter Elbers conserve son poste de président du directoire de KLM.

 

La crise de la gouvernance

7 février 2019 : les tensions entre Benjamin Smith, nouveau DG d'Air France-KLM, et Pieter Elbers, président du directoire de KLM, apparaissent au grand jour. Benjamin Smith plaide pour une réorganisation du groupe tandis que Pieter Elbers entend défendre l'autonomie de KLM. Le Néerlandais tient bon, grâce au soutien d'une majorité de salariés de KLM.

15 février 2019 : pour la première fois, le PDG d'Air France-KLM est convié à la réunion du conseil de surveillance de KLM.

19 février 2019 : le conseil d'administration d'Air France-KLM reconduit Pieter Elbers à son poste et le nomme également, à sa demande, directeur général adjoint du groupe. Anne Rigail, directrice générale d'Air France, devient elle aussi DG adjointe d'Air France-KLM. Benjamin Smith impose quant à lui l'idée d'une coopération plus étroite entre les deux compagnies.

 

L'opération "coup de poing" des Pays-Bas

27 février 2019 : le ministre néerlandais des Finances, Wopke Hoekstra, annonce l'entrée surprise de l'État néerlandais au capital d'Air France-KLM à hauteur de 12,7%. Une part portée à 14% dans la foulée. Objectif affiché : "assurer une place à la table", selon l'expression de Wopke Hoekstra. Le gouvernement néerlandais souhaite en effet que la voix hollandaise soit entendue au sein du groupe, notamment pour défendre l'avenir de l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol.

1er mars 2019 : Wopke Hoekstra est reçu à Bercy par son homologue français Bruno Le Maire. L'heure est à l'apaisement, les deux ministres assurant qu'ils "partagent le même objectif de renforcement du groupe Air France-KLM", selon les termes du communiqué publié à l'issue de la réunion. Un groupe de travail franco-hollandais est également mis en place afin de veiller à "la bonne gouvernance du groupe, son développement, sa croissance et l’amélioration des résultats".

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format