Menu
S'identifier
Tendances

Les 7 événements qui vont marquer l’année 2020


Publié le : 09.01.2020 I Dernière Mise à jour : 09.01.2020
{ element.images.0.titre }}
L'année 2020 sera le témoin de nombreux changements pour le secteur. I Crédit photo Adobe Stock

Auteur

  • Céline Perronnet

Après une année 2019 compliquée pour la profession, 2020 s’annonce également très chargée. Tour d’horizon de ce qui attend le secteur dans les prochains mois.

Qui va mettre la main sur la marque Jet tours ?

Les candidats intéressés par la reprise de la marque Jet tours et de ses déclinaisons avaient jusqu'au 20 décembre pour se faire connaître. Dès le mois d’octobre, le GIE Asha (détenu à 50/50 par Havas Voyages et par Selectour Entreprise) s’était montré intéressé en proposant le rachat des noms de domaine et sites web comprenant les termes « Jet tours » et la reprise de la marque Jet tours et des droits de propriété intellectuels attachés pour 450 000 euros. D’autres candidats sont-ils sur les rangs ? Réponse normalement d’ici fin janvier.

 

Marietton va-t-il s’emparer de TUI France ?

Le suspense continue alors que la direction du TO a annoncé il y a plusieurs mois déjà que le groupe TUI France cherchait un « partenaire » pour « conforter sa place sur le marché français en tant que N°1 du Tour-Operating ».  Le groupe Marietton Développement, dirigé par Laurent Abitbol, serait bien sur les rangs même si aucune communication officielle n’a encore eu lieu et que les négociations semblent en stand-by depuis quelques semaines. Le partenariat pourrait prendre la forme  d’une location-gérance dans laquelle Marietton monterait à hauteur de 45% au capital du TO. Le groupe TUI détiendrait le même niveau de participation, les salariés de TUI France se partageraient les 10% restants.

 

Les clients paieront 3 euros de plus pour un voyage à forfait

Afin de renflouer les caisses de l’APST suite à la défaillance de Thomas Cook France, l’association va demander une participation financière au consommateur lors de l’achat d’un forfait ou d’une prestation touristique garantie comme cela se fait déjà en Grande Bretagne, au Canada et en Hollande. Il s’agira d’une contribution qui figurera sur la facture du client, qui sera certainement de 3 euros, et qui devrait permettre à l’APST de récupérer plusieurs millions d’euros par an et de reconstituer le fonds de garantie en 3 ans. Le Seto et les Entreprises du Voyage ne se sont pas opposés au projet.

 

Les compagnies aériennes subissent une nouvelle écotaxe

Depuis le 1er janvier, les compagnies aériennes sont soumises à une nouvelle écotaxe, intégrée dans la taxe Chirac déjà existante, et qui vise à servir à financer des infrastructures de transport. Cette mesure se traduit par une hausse du prix du billet d'avion de 1,50 à 3€ en classe économique et de 9 à 18€ en classe affaires. Elle n’est cependant pas appliquée aux liaisons entre le continent et la Corse ou les collectivités d'outre-mer.

Une autre taxation pourrait également être mise en place en 2020, cette fois au niveau européen. Le ministre français de l'Économie Bruno Le Maire plaide pour l'instauration d'une taxation européenne sur le carburant des avions et des bateaux, exempté de toute taxe, contrairement à l'essence utilisée par les automobilistes.

 

Le Brexit devient une réalité

Le compte à rebours est lancé. Le Royaume-Uni devrait sortir de l'Union européenne le 31 janvier, un peu plus de 3 ans après le référendum de juin 2016. Les voyageurs européens pourront toutefois continuer à se rendre au Royaume-Uni munis de leur passeport ou de leur carte d'identité en cours de validité. Pour ceux qui partent en Grande-Bretagne avec leur voiture, les permis de conduire émis par les États membres de l'UE seront également toujours valides au Royaume-Uni. Une période de transition va s'ouvrir jusqu'au 31 décembre 2020 afin de permettre la tenue de négociations en vue de la signature d'un nouvel accord qui  définira la nouvelle relation entre l'UE et le Royaume-Uni. Cet accord doit notamment couvrir le volet des échanges commerciaux mais aussi la question de la circulation des personnes.

 

Le Boeing 737MAX va-t-il revoler ?

10 mois après l’immobilisation de l’ensemble de la flotte des Boeing 737 MAX suite aux crashs successifs d’un avion de Lion Air puis d’Ethiopian Airlines sur ce type d’appareil, l’avionneur suspend sa production à compter du mois de janvier. Le constructeur produisait encore 42 exemplaires chaque mois contre 52 en rythme de croisière. Résultat : après plus de neuf mois d’immobilisation, près de 500 B737 MAX s’entassent sur les parkings autour des usines de Boeing. Sans compter les 300 déjà livrés aux compagnies et alors qu’aucune date de remise en service de l’appareil n’a été avancée. L’Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) et l’Agence fédérale américaine de l'aviation (FAA) n’ont toujours pas établi de calendrier de reprise.

 

La France va peiner à attirer 100 millions de touristes étrangers en 2020

C’était l’objectif du gouvernement en 2015 : atteindre la barre symbolique des 100 millions de visiteurs étrangers en France 5 ans plus tard. Mais cela semble très mal engagé vu les dégâts causés par les manifestations répétitives des gilets jaunes en 2019 et le mouvement de grève sans fin à la SNCF depuis le 5 décembre. De quoi dégrader un peu plus l’image de la France ! Les prévisions, plus raisonnables, tablent désormais sur 94 millions de touristes en 2020. L’objectif des 100 millions de visiteurs pourrait être atteint en 2022.

 

 

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format