Menu
S'identifier
Production

TUI France : vers une cession des marques spécialistes ?


Publié le : 04.04.2019 I Dernière Mise à jour : 04.04.2019
{ element.images.0.titre }}
Les marques spécialistes Nouvelles Frontières et Passion des îles pourraient ainsi être concernées. I Crédit photo DR

Auteur

  • Pascale Filliâtre

La cession de marques et/ou d’activités et la recherche de partenariats font partie des options qui seraient actuellement à étude pour alléger TUI France.

Après la direction des ressources humaines avant-hier, ce sont les représentants des salariés de TUI France qui ont été reçus ce matin par le cabinet de la ministre du travail, Nicole Penicaud. « Une rencontre très intéressante qui nous a permis d’en apprendre beaucoup sur la stratégie future de TUI France », constate Lazare Razkallah secrétaire général du Conseil Social et Economique de TUI France.

Nouvelles Frontières et Passion des îles sur la sellette ?

Patrice Ivon, conseiller en charge des mutations économiques et de la santé au travail, et Valérie Guern, chef de mission auprès de la ministre du Travail, leur auraient en effet confié quelques-unes des pistes de réflexion du groupe.  

Figureraient ainsi « la cession de marques et/ou l’arrêt de certaines activités de TUI France ». Les marques spécialistes Nouvelles Frontières et Passion des îles pourraient ainsi être concernées, décrypte Lazare Razkallah.

« On s’acheminerait vers une vente par appartement, TUI France ne conservant à terme que ses activités mainstream. Ce qui n’empêchera pas forcément un PSE et des suppressions de postes », estime le secrétaire du CSE. « La direction de TUI France semble décidée à prendre le temps de la réflexion, nous a précisé Patrice Ivon,et aucun schéma n’est arrêté », ajoute-t-il. Une annonce, quelle qu’elle soit, ne serait pas prévue avant juin, voire septembre.

Contactée, la direction de TUI France se dit « étonnée » de cette communication du Ministère du travail ou de la traduction qu’en ont fait les représentants des salariés. « A ce stade, le groupe TUI étudie toutes les pistes pour préserver au mieux les intérêts de l’entreprise et éviter un PSE. Rien n’a été décidé. Il est donc tout à fait prématuré d’évoquer évoquer une piste plus qu’une autre », commente la direction de la communication.

Renouer le dialogue social

En attendant, les représentants des salariés ont d’ores et déjà fait savoir au ministère qu’ils souhaiteraient la nomination d’un médiateur pour animer le dialogue social. « Nous n’avons plus d’interlocuteur depuis le départ de la présidence de Pascal de Izaguirre et une direction fantôme belge », déplore Lazare Razkallah. « Aujourd’hui, nous bénéficions d’un soutien réel et visible du gouvernement, pour nous c’est extrêmement positif ».

L’ordre du jour du prochain CSE prévu le 18 avril, porte sur les « forecast », soit la présentation par la direction de TUI France des prévisions pour l’exercice en cours. L’occasion de faire un point sur la santé financière de l’entreprise. Le ministère aurait évoqué ce matin devant les représentants des salariés un « dérapage de 50 M€ l’an dernier ».

 

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format