Menu
S'identifier
Production

Tour-operating : toute l'année 2018 en 7 chiffres-clés


Publié le : 12.12.2018 I Dernière Mise à jour : 13.12.2018
{ element.images.0.titre }}
La Tunisie a enregistré une très belle progression cette année : 82% du nombre de clients, avec 174 381 pax. I Crédit photo Adobe Stock

Auteur

  • Pascale Filliâtre, avec Céline Perronnet

Portés par le retour de destinations historiques comme la Tunisie, le Maroc et l’Égypte et le dynamisme de l’Asie et de l’Amérique du Nord, les voyagistes ont enregistré au cours de l’exercice 2017-2018 leurs meilleures performances depuis dix ans.

Après un exercice 2016-17 déjà placé sous le signe de la reprise, la période du 1er novembre 2017 au 31 octobre 2018 a renoué avec l’activité très positive des belles années antérieures aux printemps arabes et à la crise économique mondiale de 2008. "On n’avait pas vu ça depuis une décennie. On a battu notre record hiver comme été", confirme René-Marc Chikli, président du Seto, lors de la présentation du baromètre annuel des entreprises du tour-operating présenté à Deauville ce jeudi matin, dans le cadre du Forum du Seto.

 

 +8,6%

C’est la croissance record du nombre de forfaits vendus par rapport à l’exercice 2016-2017 (à périmètre comparable). Les TO ont fait voyager 4 354 422 clients entre le 1er novembre et le 31 octobre. Par comparaison, les exercices précédents s’étaient contentés de +1,8% en 2016-2017, de +2,7% en 2009-2010 et de +1% en 2007-2008, tous les autres exercices s’affichant en négatif.

 

4 489 M€

C’est le volume d’affaires généré par les ventes de voyages à forfaits en hausse de 7,4% pour une recette unitaire moyenne de 1 031 €, en retrait de 1,1% par rapport à N-1. "La hausse du prix du pétrole n'a pas été répercutée sur les tarifs. Le client ne l'a pas payée", note Patrice Caradec, président d'Alpitour France. Cette croissance record aussi bien en nombre de clients que de volume d’affaires s’explique par le bon maintien des destinations qui fonctionnaient déjà (Grèce, Espagne, Italie) et du retour des grandes destinations qui portaient l’activité avant les printemps arabes (Maroc, Tunisie, Egypte)

 

+10,8%

C’est la progression des ventes en moyen-courrier illustrée par le dynamisme retrouvé des destinations d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. La Tunisie (174 381 clients, +82%) engrange ainsi la plus belle progression et revient dans le Top 5. Le Maroc (195 292 clients, +14%), la Turquie (79 936, +66,9%) ont de même été porteurs quand, avec des volumes moindres, l'Égypte (+151%) et la Jordanie (+146%) sont sorties de leur long purgatoire. "Le grand gagnant est incontestablement l'Afrique du Nord avec le retour de la Tunisie", souligne René-Marc Chikli.

 

20%

C’est la proportion des ventes moyen-courrier qu’a représenté la zone ANMO (Afrique du Nord-Moyen-Orient) au cours de l’exercice. Elle était tombée à 11% en 2015-2016 après avoir culminé à 56% en 2007-2008. Malgré des problèmes de capacités sur la très haute saison, la plupart des grandes destinations de l’Europe de Sud ont poursuivi leur croissance : Sicile (+18%), Italie continentale (+10%), îles grecques (+7%).

 

885 181

C’est le nombre de forfaits long-courriers commercialisés par les TO au cours de la période soit une progression de 3,4%, tirée notamment par l’Asie (+12,3%). Dans le top 10, le Vietnam (+27 %), la Thaïlande (+8%) mais aussi la Chine (+ 44%) et le Japon (+43%) se sont particulièrement illustrés. La République dominicaine (98 929 clients,-3%) reste la première destination lointaine vendue devant les États-Unis (90 629 pax) en croissance remarquable de 16%. "Ça se confirme : Donald Trump ne fait pas peur aux touristes !", affirme René-Marc Chikli.

L'île Maurice (74 873 pax) et les Antilles françaises (64 422 pax), touchées en début d’exercice par les ouragans Maria et Irma, ont stagné. Parmi les flops de l’exercice, le Top 5 accueille le Mexique, le Cap Vert, les Seychelles, Cuba (-21%) et la Birmanie.

 

787 740 

C’est le nombre de forfaits écoulés en France (+7,2%) qui reste en première position des voyages commercialisés par les TO devant l’Espagne (726 394 clients, -2,6 %), toutes destinations confondues.

 

-12,3%

C’est la baisse des ventes de vols secs par rapport à N-1. Ils ne représentent plus que 27% de l’activité des tour-opérateurs, soit la proportion la plus faible de la décennie. Elle avait bondi à 42% en 2011-2012. Au global sur l’exercice, en cumulant forfaits et vols secs, les voyagistes généré un volume d’affaires de 4 965 M€, en hausse de +5,5%. "Il s'agit de la meilleure croissance de la décennie. Il faut arrêter de dire que les tour-opérateurs sont morts !", conclut fièrement le président du Seto.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format