Menu
S'identifier
Production

Pourquoi les TO misent, de plus en plus, sur l’Asie balnéaire


Publié le : 22.02.2019 I Dernière Mise à jour : 22.02.2019
{ element.images.0.titre }}
Le dynamisme aérien explique les ouvertures en rafale de clubs de vacances, notamment au Vietnam. I Crédit photo DR

Auteur

  • Pascale Filliâtre

La Thaïlande et surtout le Vietnam deviennent un terrain de jeu prisé pour les séjours balnéaires, encouragés par des ouvertures de lignes et des spécialistes des clubs qui y voient l’opportunité de diversifier leur offre long-courrier.

Une tendance lourde

L’Asie est un continent au potentiel immense, aussi bien culturel que balnéaire. Le marché français y a cependant toujours plutôt privilégié la découverte itinérante et les circuits, éventuellement assortis d’extensions en bord de plages.

« Mais le balnéaire est une tendance lourde et qui se développe », confirme Virginie Gerbault, co-directrice de la production d’Asia. « Nous ne l’avons jamais négligé et constatons son poids grandissant, pouvant aujourd’hui représenter jusqu’à 40% de la durée d’un voyage contre 30% il y a 5 ans ». Le spécialiste reste donc actif sur le segment même si la production Plages d’Asie, un temps l’objet d’une brochure dédiée, a été réintégrée dans la brochure générale.

« Nous préférons miser sur le web et notre site asia.fr pour des réponses en temps réel prenant en compte la grande volatilité tarifaire de l’offre, aussi bien aérienne qu’hôtelière », précise Virginie Gerbault.

De son côté, Kuoni saisit « l’opportunité » d’une demande grandissante sur les combinés culture et plages, associant Péninsule arabique et Asie, pour se repositionner sur l’Asie balnéaire avec une offre sur-mesure originale. La nouvelle brochure « Séjours et combinés », présentée comme un tiré à part Série limitée, remet ainsi en avant les plages de la Thaïlande, de Bali et du Vietnam, destination balnéaire montante, que la production Sable avait abandonnées il y a 5 ans pour se concentrer sur l’Océan Indien.

« Les émirats et Oman se prêtent bien à des combinés avec l’Asie », constate Anne Daviaud, directrice de la BU Sable chez Kuoni. « Mais c’est vrai que nous pouvons aussi répondre avec cette production très flexible à des demandes de séjours 100% balnéaires en Asie, facilités par une offre aérienne dynamique ».  

Des opportunités aériennes

Après Hô-Chi-Minh-Ville et Hanoï, Qatar Airways se pose ainsi à Da Nang, ville côtière du Vietnam depuis décembre dernier à raison de 4 vols hebdomadaires depuis Doha. Turkish Airlines, qui vole vers Istanbul au départ de Paris CDG, Bordeaux, Lyon, Marseille, Nice et Toulouse, dessert depuis son hub du nouvel aéroport stambouliote,  Da Nang, Ho Chi Min, Phu Quoc au Vietnam et Pukhet et Krabi en Thailande.

« Pour les TO, ce sont autant de possibilités de rallier les zones balnéaires des deux pays avec des fréquences et du stock, ce qui n’était pas possible avec Air France », se réjouit Patrice Caradec, président d’Alpitour France qui ouvre un Bravo Club dans le sud du Vietnam près de Ho Chi Minh Ville, à Ho Tram, en octobre prochain (déjà présenté dans la brochure Eté) avant une installation confirmée à Phuket à la fin de l’année.

Ce dynamisme aérien explique les ouvertures en rafale de clubs, au Vietnam notamment. Boomerang qui voudrait y réitérer sa success story thaïlandaise (4 clubs) s’est lancé le premier cet hiver avec un Kappa Club à Phu Quoc. Il vient d’en ouvrir un deuxième ainsi qu’un Club Coralia, à Da Nang. « Nous revendiquons d’être un TO opportuniste. Quand Qatar Airways ouvre une nouvelle ligne, on y va », commente Olivier Kervella.

D’autres spécialistes des clubs suivront rapidement ainsi Ôvoyages qui a confirmé des ouvertures très prochaines de Ôclub au Vietnam et en Thaïlande.  De son côté, le Club Med devrait inaugurer un resort à  Ho Tram, près de Ho Chi Minh Ville, en 2021.

Une alternative aux Caraïbes

Cet intérêt des spécialistes des clubs pour l’Asie balnéaire est aussi dicté par la nécessité de trouver des relais de croissance et d’entretenir leur attractivité auprès d’une clientèle de fidèles. « Les Caraïbes sont arrivées à maturité sur le segment clubs, on ne progressera plus. Par ailleurs, l’Océan indien est beaucoup plus cher», commente Patrice Caradec.

 « L’Asie est un terrain de jeu très intéressant pour les clubs en long-courrier, accessible avec des compagnies aériennes de qualité et à des tarifs très abordables à partir de 1 290€ le séjour 7 nuits tout inclus au Vietnam chez Bravo Club. Les destinations présentent de plus un intérêt culturel certain favorisant les excursions, les combinés séjour-circuits. C’est aussi l’occasion de toucher une clientèle différente, un peu plus haut de gamme », indique-t-il.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format