Menu
S'identifier
Production

La chute de Thomas Cook en 10 dates


Publié le : 23.09.2019 I Dernière Mise à jour : 23.09.2019
{ element.images.0.titre }}
Thomas Cook a lancé sa propre compagnie aérienne en 2003. I Crédit photo Adobe Stock

Auteur

  • Didier Forray

Alors que Thomas Cook vient d'annoncer sa faillite, Tour Hebdo vous invite à remonter le temps. Grandeur et décadence du tout premier TO de l'histoire du tourisme.

1841 : le premier voyage organisé au monde

Le groupe Thomas Cook porte le nom de son fondateur, Thomas Cook. Cet homme d'affaires britannique est le premier à organiser un voyage de groupe, le 5 juillet 1841. Ce voyage en train rassemble 500 clients, de Leicester à Loughborough.

1992 : le voyagiste devient allemand

Pendant 150 ans, le voyagiste change plusieurs fois de mains, passant notamment sous la houlette de la compagnie nationale de chemins de fer British Railways. Le groupe sera aussi repris un temps par l'Automobile Association et le groupe hôtelier Trust House Forte. En 1992, l'entreprise est reprise par une banque allemande et la compagnie aérienne allemande LTU. Thomas Cook passe sous pavillon allemand ! Cinq ans plus tard, en 1997, l'entreprise fusionne avec le TO allemand NUR et la compagnie Condor.

2003 : le lancement de la compagnie aérienne Thomas Cook

En 2003, Thomas Cook lance sa propre compagnie aérienne. Thomas Cook Airlines alignait l'été dernier une flotte de 42 appareils et opérait au départ de 7 aéroports au Royaume-Uni à destination d'une soixantaine de destinations.

2007 : la fusion avec MyTravel

En plein essor, Thomas Cook rachète au prix fort le voyagiste britannique MyTravel, qui emploie plus de 14 000 personnes à travers le monde. Le nouvel ensemble est rebaptisé Thomas Cook Group et est basé au Royaume-Uni.

2008 : Thomas Cook rachète Jet tours

Autre opération remarquable : en 2008, Thomas Cook France rachète Jet tours au Club Med. Denis Wathier, le patron de Thomas Cook France, souhaite ainsi monter en gamme. Cette acquisition permet également au TO de prendre la 3ème place sur le marché français, derrière TUI et le Club Med mais devant Fram.

2011 : les problèmes financiers éclatent au grand jour

Après avoir lancé 3 avertissements sur résultats pendant l'année, Thomas Cook annonce, le 22 novembre, un report de la publication de ses résultats, suite à des discussions avec ses créanciers. Sanction immédiate en bourse : le titre Thomas Cook perd plus de 75% de sa valeur en une seule journée ! En France, la situation de Thomas Cook n'est guère plus brillante : Denis Wathier a démissionné et l'entreprise doit se restructurer.

2013 : l'heure des ventes

Pour revenir à l'équilibre, Thomas Cook France vend ses marques Austral Lagons et Secrets. Un plan social est également annoncé en France, avec 168 suppressions d'emploi. Le groupe ne va guère mieux, soumis à la concurrence venue du Web.

2014 : les pertes s'accumulent

Harriet Green, directrice générale du groupe, démissionne en novembre 2014, alors que les pertes s'accumulent. Entre octobre 2013 et septembre 2014, le TO a perdu près de 150 millions d'euros ! Elle est remplacée par le suisse Peter Fankhauser en novembre 2014. Si le nouveau PDG parvient à inverser la vapeur en 2015, le retour aux chiffres positifs est de courte durée. Les attaques terroristes en Europe et l'instabilité politique en Turquie, l'une des principales destinations du TO, pèsent sur les comptes 2016, faisant fondre les bénéfices.

2018 : les comptes sont dans le rouge vif

Le groupe émet 2 avertissements sur résultats en 2018, accusant notamment la canicule qui a incité les clients à rester chez eux. Peter Fankhauser pointe également l'impact des promotions sur un marché britannique toujours plus concurrentiel. Dans le même temps, la dette du groupe explose, passant de 45 millions d'euros à 439 millions d'euros.

Août 2019 : Fosun arrive en sauveur

Le groupe chinois Fosun entre dans le capital de Thomas Cook en annonçant un investissement de 495 millions d'euros. Mais cela ne suffira pas à sauver l'entreprise. Le 22 septembre, la direction de Thomas Cook ne parvient pas à trouver les 226 millions d'euros supplémentaires exigés par les créanciers pour mener un plan de sauvetage. La faillite est annoncée dans la foulée, le 23 septembre.

 

 

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format