Menu
S'identifier
Institutions

Tout ce qu’il faut savoir sur le futur ESTA européen 


Publié le : 11.05.2018 I Dernière Mise à jour : 11.05.2018
{ element.images.0.titre }}
Les voyageurs provenant des 62 pays actuellement exemptés de visa pour entrer en Europe devront bientôt obtenir une autorisation baptisée ETIAS. I Crédit photo DR

Auteur

  • Sarah Douag

L'Union européenne veut identifier les voyageurs étrangers avant même qu’ils n’arrivent à ses frontières. Sur le modèle de l’ESTA américain, elle va mettre en place, d’ici 2020, un système d’autorisation de voyage en ligne baptisé ETIAS. Plus de 30 millions de voyageurs sont concernés.

Qu’est-ce que c’est ?

La Commission européenne s’apprête à mettre en place un système d’information et d’autorisation concernant les voyages. Baptisée ETIAS (European Travel Information and Authorisation System), la procédure a été validée le 25 avril dernier par les ambassadeurs auprès de l’UE. Son règlement doit à présent être soumis au Parlement européen pour un vote en première lecture, puis au Conseil pour adoption, ce qui devrait être une formalité.  

 

Pourquoi un tel dispositif ?

Destinée à protéger les frontières extérieures de l’UE, l’ETIAS permettra aux autorités d’identifier les personnes susceptibles de présenter un risque, avant même leur arrivée. Le système contribuera aussi à renforcer la sécurité intérieure, à prévenir l’immigration illégale et enfin à réduire les temps d’attente aux frontières. 

 

Qui est concerné ?

Plus de 30 millions de voyageurs étrangers (tourisme, business, raisons médicales et transit) provenant de 62 pays hors UE sont chaque année exemptés de visa lorsqu'ils visitent les pays de l’Espace Schengen pour une durée maximale de 90 jours. Ils devront bientôt obtenir une autorisation de voyage avant leur déplacement via une application en ligne facturée 7 euros par adulte. Elle sera gratuite pour les mineurs. L’ETIAS sera valable trois ans ou jusqu’à l’expiration du document de voyage (passeport) enregistré lors de la demande. A noter que les voyageurs en possession d'un visa Schengen n'auront pas besoin d'une autorisation ETIAS jusqu'à son expiration.

 

Comment ça marche ?

Si l’entrée en vigueur de l’ETIAS n’est pas encore déterminée, on sait déjà que les informations communiquées en ligne par les futurs voyageurs seront traitées automatiquement par consultation des bases de données de l’UE et d’Interpol. La plupart des demandes seront validées automatiquement et rapidement. En cas de doute, la demande fera l’objet d’un traitement manuel par les autorités compétentes de chaque Etat qui pourront approfondir leurs recherches avant de valider ou de refuser la demande. Il est important de noter que, même en possession d’une autorisation de voyage, un visiteur pourra se voir refuser l’entrée sur le territoire par le garde-frontière.

 

Qui doit vérifier ?

Dès la mise en service de l’ETIAS, les compagnies aériennes et maritimes devront vérifier avant l’embarquement que les passagers sont en possession d’une autorisation de voyage en cours de validité. Trois ans plus tard, cette obligation s’appliquera également aux transporteurs internationaux de groupes assurant des liaisons routières par autocar.

 

Quel impact sur le tourisme ?

C’est encore un peu tôt pour le dire mais, en 2010, lors de la mise en place de l’ESTA par les Etats-Unis, les TO étrangers craignaient que leurs clients ne boycottent la destination, et il n’en fut rien. L’impact fut minime, voire inexistant, en dépit des 14 dollars facturés par voyageur.    

 

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format