Menu
S'identifier
Institutions

Jean-Pierre Mas : "Les agences de voyages sont les oubliées de la reprise"


Publié le : 15.09.2020 I Dernière Mise à jour : 16.09.2020
{ element.images.0.titre }}
Jean-Baptiste Lemoyne, Secrétaire d'Etat en charge du Tourisme, a participé ce matin à l'assemblée générale des Entreprises du Voyage. I Crédit photo M.P.

Auteur

  • Marie Poirier

L’assemblée générale des Entreprises du Voyage, qui s'est tenue aujourd’hui en présence de Jean-Baptiste Lemoyne, a permis de faire le point sur le chemin parcouru depuis la fermeture des frontières mais surtout de lister les sujets à défendre dans les prochaines semaines.

Comme à son habitude, Jean-Pierre Mas, réélu ce jour Président des Entreprises du Voyage, n’a pas mâché ses mots face aux adhérents du syndicat réunis ce matin en assemblée générale : « Quand on est en guerre il faut s’organiser. C’est ce que nous avons fait face à la crise en exprimant un seul message d’une seule voix. Nous avons été exemplaires. Et il faut que ça continue ».  

Fort des relations tissées auprès des politiques et de Jean-Baptiste Lemoyne, Secrétaire d’Etat chargé du Tourisme présent à l’assemblée générale, Jean-Pierre Mas, Valérie Boned et leurs équipes peuvent en effet s’enorgueillir d’un bilan positif pour les entreprises du secteur : chômage partiel, prêt garanti par l’état obtenu par 70% de la profession, fonds de solidarité par 55% des professionnels éligibles, report des échéances bancaires, exonération des charges, ordonnance 315-2020 du 25 mars 2020 relatif aux avoirs… Des aides qui ont permis aux entreprises du tourisme de tenir bon malgré les difficultés rencontrées.

« On ne lâchera rien ! »

Reste pourtant de nombreux combats à mener pour les Entreprises du Voyage dans un contexte qui demeure compliqué. « Nous sommes les oubliés de la reprise. On constate qu’il n’y a aucune ouverture des frontières et que la communication anxiogène n’arrange rien » a résumé Jean-Pierre Mas avant d’énumérer quelques nouveaux points de vigilance.

Parmi les sujets à défendre par les EDV, il y a ceux qui relèvent de l’état : maintien du chômage partiel sans reste à chargeouverture du fond de solidarité sans critère et prise en charge des loyers, comme c'est le cas pour les discothèques. Et ceux qui incombent au syndicat et ses adhérents : demander le PGE, sanctuariser les acomptes clients, anticiper la perte de compétences et l’évasion des collaborateurs…

"Si nous n'avons pas un renforcement des aides, nous ne tiendrons pas", affirme Jean-Pierre Mas.

Jean-Baptiste Lemoyne en relais

D’autres combats alimenteront le calendrier des instances du syndicat dans les semaines à venir : être identifié dans le plan "France Relance" , donner une image positive et combative, assurer le relais auprès des politiques et faciliter le retour au travail le moment voulu.

Sans oublier des enjeux clés pour certains adhérents : soutenir les voyages scolaires qui « sont en profonde dépression économique », simplifier les tests sanitaires exigés avant un vol, aider à la réouverture du Maroc pour les touristes français… Un plan de route qui sera soutenu demain par le Secrétaire d’Etat chargé du Tourisme dans le cadre du Conseil des Ministres "On va tout faire pour que vous soyez là après la crise", s'est engagé Jean-Baptiste Lemoyne auprès des adhérents.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format