Menu
S'identifier
Institutions

Jean-Pierre Mas (EdV), René-Marc Chikli (SETO) : « Nous en avons ras la casquette d’être les victimes collatérales de la politique sanitaire » 


Publié le : 02.02.2021 I Dernière Mise à jour : 02.02.2021
{ element.images.0.titre }}
Les acteurs du tourisme sont en colère face aux nouvelles restrictions.  I Crédit photo ©Adobe Stock

Auteur

  • La rédaction

Jean-Pierre Mas, Président des Entreprises du Voyage, et René-Marc Chikli, Président du SETO, poussent un coup de gueule commun face aux nouvelles décisions du gouvernement sur les déplacements à l'étranger.

Le message sera-t-il entendu ? Dans un communiqué commun publié lundi, Jean-Pierre Mas, Président des Entreprises du Voyage, et René-Marc Chikli, Président du SETO, poussent un coup de gueule face aux décisions du gouvernement mettant une nouvelle fois à l'arrêt le secteur du tourisme. Tour Hebdo le publie dans son intégralité : 

« Nos confrères européens considèrent que notre secteur a été particulièrement bien soutenu par les pouvoirs publics. C’est exact, même s’il reste quelques trous à colmater dans la raquette (la situation des TNS, les PGE systématiquement refusés ces dernières semaines…). Et nous apprécions la mobilisation de Bruno Le Maire, Jean-Baptiste Lemoyne et Alain Griset. 

Cela ne nous empêche pas d’exprimer notre sentiment sur les récentes annonces de Jean Castex visant à interdire tous les voyages hors Union Européenne, sauf motif impérieux, et à soumettre tous les voyageurs intra européens à un test PCR .

Nous avons l’impression que le gouvernement réagit en mode panique : 

- Pas d’alignement sur l’injonction du Ministre des Affaires Etrangères, le week-end dernier : 
« ne voyagez pas, ne voyagez plus ». 

- Absence de la moindre concertation préalable ni de délai entre l’annonce et sa mise en œuvre. 

- Absence de prise en compte des conséquences économiques et humaines. 

- Ces mesures semblent essentiellement destinées à l’opinion publique : on claquemure la France pour protéger les Français, en espérant faire oublier les retards de la vaccination et justifier l’absence de confinement. 

Ces dispositions jettent un doute sur la fiabilité des tests, pas acceptés pour les voyages hors Europe alors qu’ils sont indispensables pour les voyages dans l’espace européen. 

Leur mise en œuvre est illusoire : 
- on ne peut pas techniquement vérifier les tests des milliers de passagers quotidiens des trains et des occupants des véhicules rentrant en France par la route. 

- Il est inconcevable d’empêcher un Français qui veut voyager en dehors de l’Union Européenne de se rendre d’abord dans un pays européen… puis de partir de ce pays. 

L’Etat va-t-il indemniser les voyageurs et les voyagistes pour les billets émis qui ne seront pas remboursés par les compagnies aériennes dans la mesure où elles opèrent le vol et pour les prestations terrestres payées à l’étranger ? 

En résumé, nous en avons ras la casquette d’être les victimes collatérales de la politique sanitaire. »

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format