Menu
S'identifier
Institutions

Jean-Pierre Mas (EdV) : « Nous voulons vivre dans la dignité » 


Publié le : 17.03.2021 I Dernière Mise à jour : 17.03.2021
{ element.images.0.titre }}
Jean-Pierre Mas, président des Entreprises du Voyage.  I Crédit photo ©DR

Auteur

  • La rédaction

Dans une tribune publiée mardi, le président des Entreprises du Voyage, Jean-Pierre Mas, appelle à pouvoir travailler librement et défend notamment l'idée d'un « pass sanitaire digital », qui permettra de « vivre et voyager protégé ». Tour Hebdo la partage dans son intégralité. 

"Depuis un an nous sommes sous contrainte, l'échine courbée entre couvre-feux, confinements, sorties en laisse courte... Bridés par le masque, les écrans, la distanciation, les lieux de vie entre-ouverts ou fermés. Voici un an que nous ne pouvons plus travailler librement, que nous ne pouvons plus voyager librement, que nous ne pouvons plus vivre librement. 

Egalité 

Notre secteur, particulièrement atteint par les effets de la crise sanitaire, respire sous assistance grâce à la détermination de Jean-Baptiste Lemoyne. A Bercy, Bruno Le Maire et Alain Griset veillent sur nous.

La crise nous a vite appris à chasser en meute, à coordonner nos actions et nos revendications, à parler d'une seule voix. Je tiens à remercier tout particulièrement le SETO, son Président, René-Marc Chikli et son Vice-président, Jean-François Rial. Nos intérêts sont communs. Rien ne nous sépare.

La mobilisation de l'ensemble des élus nationaux et régionaux des Entreprises du Voyage contribue essentiellement au succès de nos actions. Les équipes des EdV, sous la responsabilité de Valérie Boned, ont travaillé dur, dans des conditions parfois difficiles.

J'ai conscience de l'épreuve - pas uniquement financière - que vous endurez. Dirigeants et salariés, vous êtes malmenés dans vos convictions, vos perspectives, vos pratiques. Les cartes sont rebattues. Nous luttons pour que chacun d'entre vous puisse jouer sa partition lors de la reprise. C'est dans ce sens, par exemple, que nous combattons afin que le nouveau dispositif de prise en charge des coûts fixes ne soit pas limité aux entreprises qui réalisent plus d'un million d'euros de chiffre d'affaires mensuel, mais soit ouvert à toutes les entreprises. Nous devons tous pouvoir redémarrer à égalité de chances !

Dignité 

Nous voulons vivre dans la dignité.  

Le premier marqueur de la dignité, c'est le travail. Le nôtre est conditionné à la libre circulation des personnes. Sans ouverture des frontières, la France ne retrouvera pas sa place de leader mondial du tourisme. Sans ouverture des frontières nous demeurons prisonniers d'un rideau de fer sanitaire.

Le 31 janvier, la France a choisi de fermer brutalement ses frontières hors UE et son accès aux Dom sous le prétexte de contenir les nouveaux variants. Ce volte-face était plus démagogique que sécuritaire. La preuve : en dépit des barbelés hérissés autour du pays les nouveaux variants ont circulé allègrement, atteignant plus de 2/3 des cas de COVID sur l'ensemble du territoire et dépassant 80% en Corse du Sud, dans l'Aube et dans le département français le plus éloigné de toutes frontières et dépourvu d'aéroport international : le Cantal ! Sans parler des 90% de la Guadeloupe, pourtant bouclée à double tour.

On retrouve cette absence de cohérence en matière de contrôle sanitaire aux frontières : 
-Un test PCR négatif permet d'entrer en France en provenance d'un pays européen. Quelle logique prive de valeur ce même test pour un voyageur provenant d'un pays hors UE ?
-Les contrôles sont rigoureux aux arrivées dans les aéroports, mais très aléatoires aux frontières terrestres.

Le virus circulerait-il davantage dans les airs que sur la terre ?

Voilà qui altère la perception de la politique du gouvernement. 

Liberté 

Comme nos concitoyens, nous voulons sortir du brouillard, savoir à quelle échéance nous pourrons revenir au restaurant, nous asseoir à une terrasse de bistrot ou dans les tribunes d'un stade, nous offrir une toile, visiter un musée, voyager à l'étranger et recevoir nos amis étrangers en France.

Nous avons besoin de ligne d'horizon, de visibilité ; même si cette visibilité est conditionnée à des éléments tels que la baisse des taux de propagation du Covid, ou à celle du nombre d'hospitalisations en réanimation. Ces perspectives, cette dynamique de reprise et de confiance rétablie sont psychologiquement indispensables et économiquement impératives. 

Le Président de la République accepte l'idée de la compatibilité d'un environnement COVID avec la liberté de mouvement, en défendant le « pass sanitaire digital » qui intègre tests et vaccinations et qui permettra de vivre et voyager protégés. Nous sommes sur la même ligne. 

Le voyage n'est pas incompatible avec la sécurité sanitaire. Comme beaucoup de Français nous entendons vive debout et réinventer un monde de liberté."
 

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format