Menu
S'identifier
Institutions

Fonds Tourisme : Bpifrance maintient son rythme d'investissement


Publié le : 08.11.2016 I Dernière Mise à jour : 08.11.2016
{ element.images.0.titre }}
Serge Mesguich, responsable du fonds Tourisme, et Bertrand Mathieu, cofondateur de Bustronome. I Crédit photo ©M. Gayet

Sous le soleil, le bus s’engage sur le boulevard des Italiens, contourne la place de l’Opéra avant de mettre le cap sur le Louvre et de traverser le pont du Carrousel... Le 15e investissement du fonds Tourisme de la Bpifrance a été célébré en grande pompe ce matin, à bord d’un des bus de Bustronome.

Le concept ? Un déjeuner ou un dîner gourmand – les repas sont signés par des chefs de l'émission Top Chef – dans un bus doté d'un toit vitré qui transporte les voyageurs au cœur du Paris touristique. "Nous avons adapté ce qui se fait depuis des années en bateau au bus", résument Jean-Christophe Fournier et Bertrand Mathieu, anciens consultants en systèmes d’information et cofondateurs de la jeune pousse.

"Bpifrance a investi 600 000 € au capital de Bustronome", enchaîne Serge Mesguich, responsable du fonds France Investissement Tourisme. C’est la première levée de fonds de la start-up, quinzième heureuse élue parmi les 150 dossiers reçus par Bpifrance cette année. Au total, 29 millions d'euros ont été déboursés en un an par Bpifrance, détenue par l’Etat et la Caisse des dépôts. "Nous avons deux ans d'avance sur nos objectifs. À ce rythme-là, nous pourrions miser sur 80 investissements au lieu de 40 dans les cinq prochaines années mais tout dépendra des opportunités", explique Serge Mesguich.

50 millions d'euros supplémentaires "prochainement"

Six jeunes pousses et neuf entreprises dites traditionnelles ont été accompagnées cette année : les premières dans leur phase de démarrage, les autres dans la définition de leur stratégie digitale. "À l'avenir, nous souhaitons financer 50% de start-up et 50% d’entreprises plus mûres", précise le patron du fonds Tourisme. "Et notre but est toujours d'inciter des investisseurs à cofinancer des projets, ce qui est aujourd'hui le cas pour 90% des projets accompagnés par le fonds Tourisme."

L’enveloppe initiale de 50 millions d’euros sera ainsi bientôt atteinte. Le fonds devrait monter à 100 millions d’euros "prochainement", conformément aux annonces faites en octobre 2015 lors de la présentation du plan Fabius pour le tourisme. En se positionnant sur des tickets entre 500 000 et un million d’euros, la Bpifrance souhaite combler "une faille dans le système", selon les mots de Serge Mesguich.

"Les entrepreneurs réussissent à obtenir jusqu’à 700 000 € dans un premier temps grâce aux business angels, au crowdfunding, à la love money… Mais, au deuxième tour de table, il y a un trou noir et c’est là que la Bpifrance intervient. Ensuite, d’autres investisseurs prennent le relais."

Et de conclure : "Le tourisme est un secteur d’avenir. Des entrepreneurs continuent d’y croire et veulent aller de l’avant malgré cette mauvaise période. Nous devons les soutenir." Un optimisme bienvenu alors que la France accuse une baisse de fréquentation de 5% en un an, selon les chiffres de l'Insee.

Manon Gayet

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format