Menu
S'identifier
Institutions

Comment le Snav tente de réussir la transition numérique


Publié le : 06.02.2015 I Dernière Mise à jour : 06.02.2015
{ element.images.0.titre }}
I Crédit photo

Tour Hebdo a interrogé Frédéric Vanhoutte, le responsable de la commission "voyage connecté", sur les dernières avancées du syndicat concernant les chantiers liés à la technologie.

C'est l'un des grands défis du syndicat et l'une des volontés affichées par Jean-Pierre Mas lors de son arrivée à la présidence du Snav l'été dernier : passer à l'ère du digital, pour mieux y faire entrer les adhérents qui n'auraient pas encore pris la mesure de la mutation en cours.

Il est plus que temps ! La France tente enfin de renforcer l'impulsion nationale dans ce domaine, en annonçant la création officielle de l'Agence du numérique, qui regroupe les différentes missions que s'est fixées l'Etat : le déploiement du très haut débit, la promotion de la French Tech (le dispositif d'aide aux start-up), et la diffusion des usages Internet auprès des citoyens.

Le moment de faire le point sur l'avancée des travaux du syndicat des agents de voyages en matière de numérique, avec Frédéric Vanhoutte, responsable de la commission "voyage connecté" du Snav, qui dégage quatre chantiers prioritaires dans le digital.

1) Refondre le site Internet. Le site Snav.org mériterait un sérieux lifting. "On y travaille pour le rendre plus ouvert, plus interactif", répond Frédéric Vanhoutte, interrogé sur le sujet. Il confirme que le site a été conçu voici plusieurs années par Amadeus, comme le suggère l'url (l'adresse Web du site), http://www.snav.org/Snav/public?controller=fr.amadeuspro.fo.HomeContent.

"Il s'agit de faire cohabiter des sites distincts qui ne se nourrissent pas l'un et l'autre", précise le responsable. Des interactions pourraient également être développées avec Facebook et Twitter (le Snav n'a pas encore de compte sur l'oiseau bleu à ce jour). Pour l'heure, pas d'échéance pour ce chantier jugé majeur, mais qui dépendra des budgets et des ressources qui pourront lui être alloués.

2) Elaborer un "manifeste de la data". "La data représente un critère économique, mais revêt aussi un volet très important qui concerne la protection de la vie privée, à travers les données personnelles", souligne Frédéric Vanhoutte. L'idée, qui germe depuis la rédaction d'un premier manifeste voici déjà trois ans après un déplacement dans la Silicon Valley, pourrait voir le jour au sein du Snav.

"On pourrait à terme créer un label garantissant un certain nombre d'engagements en la matière, pour se démarquer de certains sites de ventes directes", précise-t-il. Le dossier fait l'objet d'un travail collégial, avec l'appui de managers en charge du e-commerce d'entreprises du secteur, comme Romaric Bau (Transat France), Audrey Eymard (Havas Voyages), Thomas Saison (Kuoni) et Marc Lacouture (Promovacances).

3) Sensibiliser aux modes de paiement online. Le projet consiste à informer les adhérents à propos des différents modes de paiement en ligne, notamment sur le voyage d'affaires, des cartes logées, en passant par les nouveaux modes de paiement dématérialisés que proposent désormais des acteurs comme Visa via une filiale dédiée, ou encore AirPlus. "De quoi faire de précieux gains de productivité", constate Frédéric Vanhoutte. 

4) Imaginer un concept de l'agence du futur. Le responsable de la commission voyage connecté rêve de pouvoir élaborer un concept de l'agence du futur, qu'il imagine telle une "sorte d'Apple Store du voyage", pour donner des pistes aux adhérents, et faire comprendre la nécessité, pour les entreprises qui peuvent se le permettre, de se doter des compétences ad hoc, comme de celles d'un data analyst.

"Il faut aussi expliquer les outils technologiques qui sont déjà disponibles sur le marché, et que certains clients utilisent", comme le Beacon en aéroport par exemple, qui permet aux voyageurs d'accéder via leur smartphone, et par géolocalisation, à des parcours fléchés, à des promotions dans les boutiques de proximité, aux informations sur un retard d'avion, etc.

"C'est un chantier global, souligne-t-il, qui implique la formation, la communication, la technologie… et concerne ainsi toutes les composantes du Snav", conclut Frédéric Vanhoutte. Reste à pouvoir mobiliser les ressources humaines et les moyens financiers pour obtenir des avancées concrètes.

Nul doute que le syndicat aura à cœur de montrer ses travaux dans ce domaine lors de son congrès, annoncé au dernier trimestre.

Virginie Dennemont

 

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format