Menu
S'identifier
Hébergement

Veranda Resorts décline ses marques dans l'océan Indien


Publié le : 14.11.2008 I Dernière Mise à jour : 14.11.2008
{ element.images.0.titre }}
I Crédit photo L'hôtel Heritage devrait faire des petits dans l'océan Indien. ©DR

Le groupe mauricien exporte les enseignes Veranda, Seven Colours et Heritage.

A peine arrivé à la tête de Veranda Resorts que François Eynaud se lance dans les grands chantiers. Le nouveau directeur du groupe mauricien a décidé de décliner les hôtels 3* Veranda (Paul & Virginie, Grand-Baie, Pointe-aux-Biches et Palmar Beach), l’Heritage Golf & Spa Resort et les spas Seven Colours en véritables marques.

Dès décembre, l’hôtel 5* The Rosebank à Johannesburg disposera de son propre spa Seven Colours. L'hôtel Maison Rouge, autre 5* en cours de construction à Pretoria, proposera lui aussi des massages personnalisés en fonction des couleurs dominantes de chacun début 2009. "Nous avons créé en septembre une société séparée pour Seven Colours, explique François Eynaud. Nous souhaitons vendre cette franchise dans les hôtels 5* de Maurice et de la région." Et pourquoi pas à Paris, cela ferait une belle vitrine.

Côté hôtels, le concept Heritage doit s’exporter dans l’océan Indien (Seychelles, Maldives…). A plus court terme, l’établissement de Bel-Ombre ne devrait pas tarder à avoir un petit frère sur la côte nord de l’île Maurice. Les croquis d’architecte sont déjà à l’étude pour une ouverture vers 2010. Les prochains Veranda verront plutôt le jour à Madagascar, étant donné qu’à Maurice "le prix des terrains rend les nouveaux 3* difficilement rentables".

Cerise sur l’organigramme : Veranda Resorts lorgne les villas de location IRS (achetées majoritairement par des étrangers). Le groupe négocie actuellement avec les villas Valriche — 300 unités prévues sur le site de Bel-Ombre — pour en assurer les prestations hôtelières et la gestion commerciale. Et ces projets ne devraient pas pâtir de l’actuelle baisse de fréquentation. "Ce ne sont pas les ressources financières qui manqueront en premier, mais plutôt les ressources humaines", assure François Eynaud.

Florence Le Méhauté

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format