Menu
S'identifier
Hébergement

Pourquoi Gîtes de France et Clévacances s’unissent


Publié le : 06.11.2018 I Dernière Mise à jour : 06.11.2018
{ element.images.0.titre }}
Les deux partenaires ont pour ambition de fédérer sur un site unique les hébergements chez l’habitant en France labellisés et les meublés de tourisme classés. I Crédit photo Jacques PALUT - stock.adobe.com

Auteur

  • Céline Perronnet

Les deux spécialistes du tourisme chez l’habitant veulent créer la plus grande plateforme de commercialisation dédiée aux hébergements labellisés. Et se démarquer ainsi de leurs concurrents en ligne.

Gîtes de France et Clévacances préparent l’offensive dans un marché dominé par Airbnb. Les deux acteurs français positionnés depuis plusieurs décennies sur l’hébergement chez l’habitant "labellisé" (près de 100 000 adresses) projettent de créer ensemble une coentreprise. L’objectif : faire émerger sur le marché français la plus grande plateforme de commercialisation dédiée à ce type d’hébergement. 

Les négociations exclusives engagées entre les deux spécialistes depuis le premier semestre 2018 se sont donc poursuivies pendant l’été et ont permis de détailler le projet d’alliance, qui devrait prendre la forme, d'ici courant 2019, d’une structure de distribution commune portée à 75% par Gîtes de France et à 25% par Clévacances, sous le nom clevacances.com.

Les deux partenaires ont en effet pour ambition de fédérer sur un seul et unique site l’ensemble des labels de qualité, en regroupant les hébergements chez l’habitant en France labellisés ainsi que les meublés de tourisme classés. "Depuis cet espace, les vacanciers auront ainsi accès à une offre large, certifiée et de qualité", précisent-ils dans un communiqué. En parallèle de cet accord, les deux marques conserveront chacune leur identité.

L’Umih assigne Airbnb pour concurrence déloyale

Ce rapprochement intervient alors que l'Umih, principale organisation du secteur de l'hôtellerie-restauration en France, vient d’assigner Airbnb devant le tribunal de commerce de Paris pour "concurrence déloyale", estimant que la plateforme de location touristique "viole sciemment" la réglementation qui régit son activité.

La société Airbnb Ireland, dont le siège est à Dublin, est accusée de laisser en ligne sur sa plateforme des annonces qui enfreignent la réglementation en vigueur en France. Une première audience consacrée à la procédure se tiendra le 14 février 2019.

Ces annonces litigieuses dépassent la durée légale de 120 jours par an, n'ont pas fait l'objet d'une déclaration de meublé de tourisme ou encore "violent les droits des propriétaires, lesquels sont victimes de sous-locations abusives", fait valoir l'Umih.

Selon l'organisation, "le non-respect de la réglementation par la société Airbnb est parfaitement assumé" dans la mesure où "sur son site, elle reconnaît expressément" ne désactiver les annonces à Paris, au-delà de 120  nuitées, que dans les quatre arrondissements du centre.

Ces violations de la réglementation prévue par le Code du tourisme et la Code de la construction et de l'habitation, constituent "nécessairement des actes de concurrence déloyale", argumente l'Umih dans son assignation. 

En juin dernier, les plateformes de location touristique s'étaient engagées "volontairement" à limiter à 120 jours par an la location des résidences principales, en mettant en place d'ici la fin de l'année un blocage automatique qui deviendra obligatoire au 1er janvier 2019.
 

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format