Menu
S'identifier
Hébergement

L'hôtellerie très fortement impactée par le covid-19 au deuxième trimestre 2020


Publié le : 01.09.2020 I Dernière Mise à jour : 01.09.2020
{ element.images.0.titre }}
La fréquentation a fortement diminué dans l'hôtellerie de luxe, notamment dans les établissements 4 et 5 étoiles I Crédit photo ©Adobe Stock

Auteur

  • Brice Lahaye

L'Insee a dévoilé lundi de nouveaux résultats concernant le nombre de nuitées enregistrées dans les hôtels français pour le deuxième trimestre. Et ils ne sont pas bons du tout.

La crise sanitaire aura fait beaucoup de mal au secteur. Après des mois d'avril et mai à l'arrêt presque complet, les réservations d'hôtels pour le mois de juin ne font qu'un peu mieux, bien loin de celles enregistrées à la même période l'année dernière. C'est en tout cas ce qui ressort d'une nouvelle étude de l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), publiée lundi, sur le nombre de nuitées enregistrées dans les hôtels français pour le deuxième trimestre. 

Avec 5,81 millions de nuitées comptabilisées en juin 2020, le nombre de réservations dans les hôtels a ainsi diminué de 73,2 % par rapport à juin 2019. Un chiffre pourtant légèrement amélioré grâce aux nuitées des Français, les voyageurs étrangers n'ayant représenté que 6,2 % des réservations pour ce même mois.

L'arrivée de la saison estivale aura, elle aussi, permis de limiter légèrement les dégâts. « Le taux d’ouverture des hôtels est remonté au-dessus de 70 % en juin 2020, sauf en Île-de-France (51 %). Sur le littoral notamment, 82 % des hôtels sont ouverts », indique l'Insee. Une ouverture en hausse sur les côtes françaises qui ne s'est, pourtant, traduite que par un taux d'occupation de 37 %.

Paris, grande perdante

Et reste le cas encore plus compliqué de Paris et sa région, très lourdement impactées par la crise sanitaire. « L’absence de clientèle non-résidente au second trimestre 2020 a particulièrement pénalisé la région francilienne. En effet, habituellement, la fréquentation en Île-de-France est majoritairement non-résidente à partir du mois d’avril et jusqu’en octobre », analyse l'institut. 

Autre grande perdante : l'hôtellerie de luxe. La fréquentation y a, en effet, fortement diminué, notamment dans les établissements 4 et 5 étoiles. En juin 2020, le nombre de nuitées a chuté de 83 % par rapport à son niveau de juin 2019. Ils représentaient 27 % de l’ensemble des nuitées hôtelières en juin 2019, contre seulement 17 % en juin 2020. L'été aura-t-il permis d'améliorer la tendance ?

Pour découvrir les résultats du premier semestre 2020 pour le secteur hôtelier, cliquez sur ce lien.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format