Menu
S'identifier
Economie

Fêtes de Noël, déplacements, commerces... Ce qu'il faut retenir des nouvelles annonces du gouvernement


Publié le : 13.11.2020 I Dernière Mise à jour : 13.11.2020
{ element.images.0.titre }}
Les bars et restaurants devront rester fermés après le 1er décembre. I Crédit photo ©Adobe Stock

Auteur

  • Brice Lahaye avec AFP

Deux semaines après le début du reconfinement en France, le gouvernement a fait un nouveau point jeudi soir sur les mesures en cours et celles à prévoir dans les semaines qui viennent. Voici ce qu'il faut en retenir.

Le même confinement jusqu'au 1er décembre

Sans grande surprise, le gouvernement a confirmé jeudi soir « le maintien inchangé des règles du confinement au moins pour les 15 prochains jours ». « Il serait irresponsable de lever et même d'alléger le dispositif » de confinement pour l'instant face à des indicateurs sanitaires dont l'amélioration reste à « confirmer », a annoncé le Premier ministre, Jean-Castex. Aucun changement, donc, à prévoir pour les 15 prochains jours.

Une attestation pour se déplacer nécessaire au-delà du 1er décembre 

Et au-delà du 1er décembre, la situation ne devrait être guère différente. Même si une amélioration des indicateurs de l'épidémie de coronavirus permettait un allègement du confinement, le Premier ministre a annoncé qu'une attestation pour se déplacer sera toujours nécessaire après cette date. Il faudra donc encore justifier ses déplacements.

Un allègement éventuel pour les petits commerces

L'allègement du confinement, s'il a lieu, concernera tout de même les petits commerces fermés jusqu'à présent. Des « premières mesures d'allégement » pourraient intervenir au 1er décembre si la situation sanitaire s'améliore mais elles seraient « strictement limitées aux commerces » qui ont été obligés de fermer pendant le confinement, a fait savoir le chef du gouvernement. « Leur réouverture ne pourrait s'envisager que sur la base d'un protocole renforcé » et cette première étape « ne pourra cependant pas concerner d'autres établissements recevant du public ou les risques de contamination sont par nature plus élevé, comme par exemple les bars, les restaurants et les salles de sport ». Tous ces établissements resteront fermés jusqu'à nouvel ordre.

Des nouvelles restrictions si l'amélioration ne se confirme pas

Au contraire, le gouvernement sera « amené à prendre des mesures supplémentaires afin d'arrêter la vague » épidémique si, « la semaine prochaine », la tendance à l'amélioration des indicateurs sanitaires « ne se confirmait pas et que le nombre de patients Covid en réanimation devait continuer à augmenter », a averti le Premier ministre.

Des vacances de Noël en famille, mais sans voyage ?

Qu'en sera-t-il alors pour les fêtes de fin d'année ? « Notre objectif est de pouvoir permettre un nouvel allégement au moment des vacances de Noël », pour que les Français « puissent passer des fêtes de fin d'année en famille », a indiqué Jean Castex. Mais elles ne pourront « pas se tenir de la même manière que d'habitude ». « Il ne serait pas raisonnable d'espérer pouvoir organiser de grandes fêtes à plusieurs dizaines de personnes, notamment pour le réveillon du 31 décembre ».

Pour les voyages durant les fêtes, le flou est encore total. Concernant les déplacements pour les vacances de Noël, le gouvernement a néanmoins promis de préciser les règles sur la nécessité d'une attestation « dans des délais qui leur permettront de s'organiser », c'est-à-dire « d'ici la fin du mois de novembre ».

La poursuite du soutien financier aux entreprises

Pour faire face à toutes ces restrictions et à l'arrêt de l'activité, le gouvernement a rappelé qu'il continuera « à apporter un soutien économique massif à tous les commerces et toutes les entreprises qui ont été contraints de fermer ». À ce titre, les bailleurs qui renonceront à leur loyer du mois de novembre pour un commerçant bénéficieront d'un crédit d'impôt de 50%, et non de 30% comme prévu jusqu'ici, a ajouté le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. Si le loyer est dû par un grand magasin de 250 à 5 000 salariés, le crédit d'impôt sera d'un tiers du montant du loyer, a précisé le ministre.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format