Menu
S'identifier
Distribution

Le regard d’Assur Travel sur l’état des réservations de voyages


Publié le : 20.09.2021 I Dernière Mise à jour : 20.09.2021
{ element.images.0.titre }}
I Crédit photo

Auteur

  • Rémi Bain-Thouverez

Prestataire de l’industrie du voyage, Assur Travel agit comme un baromètre de son activité. Son président-co fondateur, Arnaud Gérard, répond à notre confrère I-Tourisme et apporte son regard d’observateur autant qu’acteur sur l’état des réservations.

I-Tourisme : Votre position d’observateur du marché, en assurant les départs, vous permet donner une vision précise de la situation. Quelles sont les tendances ? 

Arnaud Gérard : Il s’agit de rester prudent, car les ventes deviennent particulièrement sensibles aux annonces et à l’évolution de la pandémie, et ce depuis 2 ans maintenant. En revanche, la France a très bien fonctionné cet été. Pour la suite, un point d’interrogation persiste.

I-Tourisme : Cela semble-t-il s’arranger quand même ?

Arnaud Gérard : Oui, mais regardez ce qui vient de se passer. Au début de l’année, sans surprise, les réservations sont à l’arrêt, en pleine lors de la 3ème vague. Cette période attentiste est suivie par un redémarrage en mai et juin qui s’avère quasi exceptionnel compte tenu du contexte. Avec les ouvertures annoncées pour sortir du confinement, on est passé de « presque rien » à un niveau de départs proche de nos scores de 2019. Ce n’étaient pas des mois grosse production, mais quand même, le volume était présent !

I-Tourisme : Quels sont les mois de grosse production ?

Arnaud Gérard : Normalement ceux du début de l’année pour des déplacements plus lointains.

I-Tourisme : Ensuite, qu’avez-vous observé ?

Arnaud Gérard : Ensuite, patatras, avec la perspective d’une 4ème vague, tout s’arrête à nouveau ou presque. En tous cas, la reprise engagée marque bel et bien le pas. Bien sûr, les destinations Grèce, Italie, Portugal, Espagne, Croatie font le plein en été, mais avec des paniers moyen proche de 1 000 euros bien loin des 3 500 euros rémunérateurs sur les longs courriers.

I-Tourisme : Et maintenant, que peut-on escompter ?

Arnaud Gérard : Le début septembre fut très compliqué. Mauvais dans les chiffres et sans qu’une tendance quelconque se dessine. En revanche depuis quelques jours les ventes reprennent. Le mouvement semble prendre son élan depuis l’annonce de l’ouverture du Canada à compter du 7 septembre. Dès le 10 du mois, nous enregistrons un bond spectaculaire des réservations. S’en suit la République Dominicaine, dans la foulée. En moyen-courrier, les destinations comme l’Egypte ou Dubaï reprennent de la vigueur. 

I-Tourisme : Que va donner l’année à votre avis ?

Arnaud Gérard : Après la douche froide que nous avons essuyée au début de l’été, tout prévisionnel reste un exercice de haute voltige. Pour ce qui nous concerne, nous nous situons à date à 55% du réalisé 2019. Si la tendance actuelle se confirme, nous devrions quand même dans 1 mois parvenir à monter à 65%. Mais pour une reprise plus marquée, il nous manque c’est un vrai signal fort. L’appétit de repartir est là. Le Canada redevient une destination dynamique. Mais c’est bien l’ouverture des USA qui devrait donner un top de redépart significatif.

 

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format