Menu
S'identifier
Distribution

Ce que les Entreprises du Voyage ont demandé à Jean-Baptiste Lemoyne


Publié le : 03.09.2020 I Dernière Mise à jour : 03.09.2020
{ element.images.0.titre }}
A leur demande, le président et la secrétaire générale des Entreprises du Voyage (Edv) ont été reçus mardi 1er septembre par Jean-Baptiste Lemoyne. I Crédit photo DR

Auteur

  • Céline Perronnet

Jean-Pierre Mas et Valérie Boned ont rencontré le secrétaire d’Etat en charge du Tourisme le 1er septembre. Objectif : la poursuite et le renforcement des mesures de soutien après un été catastrophique pour les professionnels du tourisme.

A leur demande, le président et la secrétaire générale des Entreprises du Voyage (Edv) ont été reçus mardi 1er septembre, jour de rentrée, par Jean-Baptiste Lemoyne, son directeur de cabinet et les représentants de la DGE (Direction générale des entreprises). Le but de cet entretien ? Dresser un état des lieux de la saison estivale et obtenir des garanties quant à la prolongation des mesures de soutien dont bénéficie le secteur depuis plusieurs mois.

Avant cette rencontre, le syndicat a interrogé les principaux acteurs du marché, représentant plus de 60% du secteur, afin de mesurer l’activité de la période juillet-août 2020 et la situation des réservations pour le troisième quadrimestre (de septembre à décembre).

Sur la partie Tourisme, c’est à dire la vente à la clientèle française de séjours et forfaits en France et à l’étranger, la chute s’élève à -83% sur juillet-août et à -74% sur la dernière partie de l’année par rapport aux mêmes périodes de 2019. « Les agences de la grande distribution et les agences en ligne (OTA) ont très légèrement moins subi la crise que les agences « traditionnelles ». En revanche leur « portefeuille » pour le troisième quadrimestre présente le même niveau de retrait que l’ensemble du marché en raison de l’indécision des consommateurs. Le secteur des croisières est totalement déprimé », précise le syndicat.

Sur le réceptif (accueil en France de voyageurs provenant de pays étrangers), les chiffres sont encore plus catastrophiques avec une baisse de -95% sur juillet-août et de -87% sur les quatre derniers mois de l’année. « Les incertitudes sur la possibilité de voyager dans l’espace Schengen et la quasi impossibilité de voyager en provenance des autres pays sont à l’origine du très faible taux de réservations. Paris a été plus fortement impacté que la province », indiquent les Edv.

Pas de miracle non plus pour le voyage d’affaires, qui a accusé une baisse de -80% cet été et enregistre peu de perspectives de reprise sur la fin de l’année (-70%), ni pour le MICE avec une chute estivale de -90% et un troisième quadrimestre évalué à -75%.

Exonération des charges sociales patronales

« L’été a été particulièrement faible dans tous les secteurs d’activité et les perspectives pour la fin de l’année sont mauvaises. Ce constat nécessite la poursuite et le renforcement des mesures de soutien. Nous avons demandé que l’activité partielle soit poursuivie dans les conditions actuelles et que, lors des premiers signes de reprise, le coût du travail soit réduit par le biais de l’exonération des charges sociales patronales. Ces mesures doivent concerner toutes les entreprises, quelle que soit leur taille (TNS, TPE, PME…) », poursuit le syndicat.

Concernant plus spécifiquement les voyages de jeunes et voyages scolaires, qui ont accusé une baisse de -100% à l’étranger et de -75% en France cet été, les Edv demandent que soit donnée une visibilité sur la faisabilité des départs d’automne. Pour l’heure, les perspectives de la fin de l’année sont très faibles  avec un repli de - 70% des voyages à l’étranger et de - 50% des voyages en France.

D’autres points ont également été abordés parmi lesquels l’impossibilité de prolonger l’ordonnance du 25 mars qui permet aux agences et TO d’émettre des avoirs pour les voyages annulés jusqu’au 15 septembre. « En raison de la pression de certaines associations de consommateurs et de la commission européenne, il nous a été confirmé que cela rend impossible son renouvellement après le 15 septembre », confirme le syndicat, qui annonce donc la mise en place d’une commission paritaire chargée d’étudier les dossiers difficiles et composée de Familles de France, du Centre Européen des Consommateurs, du SETO et des EdV.

Les Entreprises du Voyage continuent également de plaider pour la mise en œuvre urgente d’une garantie financière des compagnies aériennes et alertent Jean-Baptiste Lemoyne sur le retrait des assureurs RCP du secteur du tourisme et sur la situation des entreprises tributaires de l’activité des professionnels et ne pouvant pas accéder au même niveau d’aides (presse pro, assureurs voyages, sociétés de représentation des offices de tourisme étrangers, SSII spécialisées dans le voyage…).

Jean-Baptiste Lemoyne sera présent le 15 septembre à l’Assemblée Générale des EdV pour répondre aux questions des adhérents, qui devraient être nombreuses.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format