Menu
S'identifier
Destination

Ces pays très à risques qui misent sur le tourisme


Publié le : 04.06.2019 I Dernière Mise à jour : 04.06.2019
{ element.images.0.titre }}
Avant la guerre, quelque 150 000 touristes visitaient chaque année le site de Palmyre en Syrie. I Crédit photo Adobe Stock

Auteur

  • Pascale Filliâtre

Placés en partie ou en totalité en zone rouge, soit formellement déconseillés par le quai d’Orsay, plusieurs pays tels la Syrie, le Pakistan ou encore l’Afghanistan investissent malgré tout dans leur développement touristique. Dans quel but ?

Après la prise d’otages le 1er mai dernier de deux ressortissants français au Bénin, dans une zone formellement déconseillée par le quai d’Orsay, Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’état chargé du tourisme, a durci le ton, enjoignant aux voyageurs comme aux professionnels de faire preuve de prudence et de responsabilité.

Le ministre a annoncé le 17 mai une réunion prochaine avec voyagistes et plateformes en ligne. Pour autant, rien n’interdit aux pays à risques de faire leur promotion touristique ni d’investir. Ce dont ils ne se privent pas. La preuve par 4.

 

1/ Le Pakistan simplifie ses formalités

Malgré une partie de son territoire en zone rouge sur le site "Conseils aux voyageurs" du Ministères des affaires étrangères, le Pakistan n’en fait pas moins de l’œil aux ressortissants français. Le pays qui veut "devenir un acteur majeur dans le tourisme mondial", multiplie depuis l’an dernier les initiatives.

Un bureau de Tourisme a été créé au printemps 2018 au sein de son ambassade à Paris assorti d’un site dédié en français très attractif baptisé "Découvrez le Pakistan" .

Après des décennies de procédures fastidieuses, le pays vient par ailleurs de simplifier ses formalités d'entrée en les rendant accessibles en ligne. Le visa électronique est, depuis début mai 2019, disponible pour les voyageurs français et de 178 pays sur un site dédié.

Quelques TO français spécialistes du voyage d’aventure programment le Pakistan tels Terres d’aventure, Explorator ou Nomade. Ce dernier présente cinq voyages sur son site dont un nouveau circuit "le Best of Pakistan" en 15 jours (à partir de 3 839€) dont le prochain départ est annoncé le 21 octobre.

La compagnie aérienne British Airways (BA) a, de son côté, rouvert hier une liaison commerciale vers le Pakistan suspendue il y a plus d'une dizaine d'années pour des raisons de sécurité. La compagnie, qui programme désormais 3 vols par semaine reliant Londres à Islamabad, estime que la situation sécuritaire s’est nettement améliorée.

Le retour de BA intervient alors que le Pakistan continue de restreindre l'accès à une grande partie de son espace aérien en conséquence de la grave crise qui l'a opposé à l'Inde fin février. Selon des experts aériens, les restrictions affectent fortement l'activité de Pakistan International Airlines mais également les vols partant d'Inde en direction de l'Ouest (Europe, Asie centrale, etc.), qui doivent survoler le Pakistan. Elles devraient se poursuivre au moins jusqu'au 15 juin.

Etape prisée de la "hippie trail", la route du cannabis arpentée par des milliers d'Occidentaux dans les années 1970, réputé pour ses paysages himalayens et son incroyable patrimoine, le Pakistan a été déserté par les touristes entre 2001 et 2015. Le pays aurait attiré cependant 1,75 million de visiteurs en 2017, un chiffre surestimé selon des professionnels du secteur.

 

2 / L’Afghanistan crée un ministère du tourisme

L'Afghanistan est en zone rouge dans son intégralité sur le site "Conseils aux voyageurs" du quai d’Orsay. Englué depuis 40 ans dans un conflit sanglant entre Etat et Talibans, "il est l’un des pays au monde le plus touché par le terrorisme", rappelle la fiche du ministère.

En novembre 2017, le gouvernement afghan a pourtant annoncé la création d’un ministère du tourisme en lieu et place de la direction du tourisme existante au sein du ministère de la culture.

Ghulam Nabi Farahi a été désigné par décret présidentiel comme "Ministre d'Etat chargé du tourisme", sans autre détail sur les ambitions ni sur le budget dont il est doté. 18 mois plus tard, il est toujours en poste, confirme le quai d’Orsay. En 2015, 20 000 touristes ont été accueillis selon les statistiques officielles, essentiellement en provenance de pays de la région.

Comme le Pakistan, l’Afghanistan ne manquerait pas d’atouts : la vallée de Bamyian au centre, avec les niches désormais vides des bouddhas géants pulvérisés en 2001 par les talibans, le réseau de lacs de Band-e-Amir tout proche, classé au patrimoine de l'Unesco, ou la vallée du Panjshir au nord de Kaboul.

Explorator est l’un des derniers voyagistes français à l’avoir programmé avec un circuit proposé en 2006.

 

3 / La Syrie part à la reconquête

"Soyez les premiers à vous replonger dans cette histoire millénaire". Clio est le seul voyagiste européen d'envergure à re-proposer depuis le mois d’avril dernier des circuits touristiques en Syrie, dévasté par huit ans de conflit et de guerre civile toujours d’actualité.

Le quai d'Orsay continue pourtant de "déconseiller formellement tout déplacement, quel qu'en soit le motif et quelle qu'en soit la destination" rappelant que "le risque d'attentat terroriste et d'enlèvement à des fins politiques ou crapuleuses y est majeur".

L’itinéraire de Clio prévoit, en 10 jours, la découverte des villes de Damas au sud, de Lattaquié sur la côte nord, et dans l'intérieur du pays les sites de Palmyre, le Crac des Chevaliers ou encore le village chrétien de Maaloula. Sur le site du TO, les départs de septembre et novembre sont d’ores et déjà présentés comme "assurés". Des places sont disponibles en octobre et deux dates sont mentionnées en avril et mai 2020.

Comme son voisin l’Irak, la Syrie tente de reconquérir les touristes. Depuis deux ans, le ministère du tourisme syrien fait circuler sur les réseaux sociaux des clips promotionnels "Syria Always Beautiful". La destination était présente au FITUR à Madrid en 2018. Selon Jean-Paul Respaut, dirigeant de Clio cité par l’AFP : "Il n'y a pas plus de problèmes a priori en Syrie que dans d'autres pays comme le Pakistan, où nous allons aussi", estime-t-il.

"Sa responsabilité sera engagée en cas d'incident. Cela lui a été rappelé à plusieurs reprises par le Centre de crise et de soutien du ministère", a tenu à rappeler le quai d'Orsay

En 2010, avant le début de la guerre qui a fait plus de 360 000 morts selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (Osdh), la Syrie accueillait près de 2 millions de visiteurs européens.

 

4 / La Corée du Nord achève la construction d'un gigantesque complexe touristique

C’est le pays le plus fermé au monde, coloré en orange pour les voyageurs français donc juste "déconseillé sauf raison impérative" par le quai d’Orsay. Mais celui-ci rappelle que la France n’entretient aucune relation diplomatique avec la République démocratique populaire de Corée.

Quelques voyagistes se sont essayés ces dernières années à programmer la destination, tels Visiteurs, Kuoni ou Marco Vasco avant de renoncer, les gesticulations du dictateur Kim Jong-Un créant un climat d’incertitude et d’imprévisibilité dommageable.

Salaün la propose toujours mais en extension seulement de sa Grande croisière routière de l’Atlantique à l’Oural. Les Maisons du Voyage suggèrent en revanche sur leur site le circuit "Panorama de la Corée du Nord", de 11 jours / 9 nuits en pension complète avec un départ prévu le 9 juin prochain.

Sur place, les grands projets balnéaires se multiplient à l'image de la zone de Wonsan-Kalma sur la côte est du pays, appelée à devenir "la pièce maitresse de l’industrie touristique" selon les dirigeants nord-coréens, avec hôtels, cinémas, parcs aquatiques…Elle pourrait être inaugurée d’ici à la fin de l’année.

Le pays a accueilli 100 000 touristes internationaux en 2018, dont moins de 500 Français. Le Petit Futé vient néanmoins de publier, il y a deux mois, un tout premier guide touristique sur le pays de Kim Jong-un tiré à 4 000 exemplaires et sans doute davantage destiné aux diplomates, chercheurs, économistes et militaires qui y séjournent même si les fondateurs du Petit Futé espèrent donner "des idées à d’autres".

 

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format