Menu
S'identifier
Billet d'humeur

Le clash / le crush du mercredi : (Trop) cher tourisme…


Publié le : 29.08.2018 I Dernière Mise à jour : 29.08.2018
{ element.images.0.titre }}
Effet Coupe du monde ou flambée des prix, ce n'était pas la ruée vers les plages françaises au mois de juillet... I Crédit photo Adobe Stock

Auteur

  • Thierry Beaurepère

Mercredi, c’est permis ! Thierry Beaurepère est de retour pour vous faire part de son humeur du moment. Et cette semaine, fin de l’été oblige, c’est déjà l’heure du bilan …

Quand vient la fin de l’été, sur la plage, il est temps de dresser les bilans… Bronzée comme une merguez un soir de barbecue, Valérie Pécresse avait les yeux revolver et a tiré la première, lundi à Versailles, en dévoilant les excellents résultats de l’Ile-de-France. Jugez plutôt : 17,1 millions d’arrivées au premier semestre (+ 4,1%) et un été qui s’annonce tout aussi étoilé, boosté par les touristes étrangers.

Généralement, c’est le président du comité régional du tourisme qui s’y colle. Mais cette fois-ci, la présidente de région avait à cœur de partager les bonnes nouvelles, mais aussi le champagne et les petits fours, sous les dorures du château du Roi Soleil. Même si les convives n’ont pas eu le droit à la lumineuse Galerie des Glaces, mais à un sombre auditorium !

Le bilan aurait pu être carrément divin si les touristes français n’affichaient pas un léger recul de 0,3%. Certes, la grève de la SNCF y est pour quelque chose. Pour autant, cette "déception" tricolore est peut-être plus qu’un simple accident conjoncturel. Les tarifs des hôtels qui ont flambé (+7,4% pour les établissements économiques parisiens !) en ont sûrement découragé plus d’un.

Un effet Coupe du monde ?

Cet été aussi - tout du moins en juillet -, dans nos stations balnéaires, les tongs et les Marcel tricolores étaient moins nombreux qu’espérés. Sur la côte occitane où j’ai passé quelques jours, on pouvait étaler sa serviette sans avoir pour horizon le ventre de Robert et la cellulite de Monique; sans slalomer entre les châteaux de sable qui attendaient que l’eau monte (a-t-on dit aux enfants qu’il n’y avait pas de marée en Méditerranée ?) et les bruyants joueurs de raquettes !

Selon le cabinet Protourisme, dont le patron Didier Arino s’est largement répandu dans les médias fin juillet (sans doute était-il le seul dispo à cette date !), deux millions de Français auraient ainsi attendu la fin de la Coupe du monde pour réserver leurs vacances et la fréquentation des sites aurait baissé de 12% sur les trois premières semaines de juillet. Le syndicat hôtelier Umih évoque, lui aussi, une "déception en juillet".

Griezmann et Mbappé ont toutefois le dos large ! Car au-delà de la conjoncture, il convient de s’interroger sur les problèmes structurels du tourisme hexagonal : un parc de logements devenu obsolète, des comités d’entreprise qui ont longtemps financé les vacances des Français et dont le modèle est à bout de souffle (qui a encore envie de partir avec ses collègues de bureau ?). Et surtout, des prix qui s’emballent avec des professionnels pratiquant la stratégie du "coup de bambou" pour faire leur beurre en un mois, entre le 15 juillet et le 15 août…

Le tourisme social : un gros mot !

Faut-il, comme pour les vacances d’hiver et de printemps, instaurer le zonage pour allonger la saison estivale et éviter que le prix du cornet de glace ne vous fasse regretter d’avoir des enfants ?  Pire, le "tourisme social" est devenu un gros mot !

Dans les campings, "le plantage de toile" - façon Patrick Chirac – devient difficile. Le moindre mobile-home dépasse les 1 000 € la semaine, les sociétés d’autoroute refusent désormais les chèques vacances (ça allonge les files d’attente, disent-elles !) et le prix de l’essence fait préférer la maison de campagne de tante Yvette à l’hôtellerie de plein air. C’est moins glamour, mais c’est moins cher !

 

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format