Menu
S'identifier
Mieux vendre | Sur la route de…

Sur la route de Corfou


Publié le : 01.09.2019 I Dernière Mise à jour : 12.09.2019
{ element.images.0.titre }}
Sur la route de Corfou I Crédit photo Anne-Claire Delorme

1 L’Achilleion : un palais sur la mer Ionienne

C’est l’un des emblèmes de Corfou, ne serait-ce que pour son cadre idyllique. Conçu selon les vœux d’Elizabeth II, impératrice d’Autriche, qui en avait fait sa résidence d’été, le palais néoclassique d’Achilleion (construit entre 1889 et 1891) semble suspendu au-dessus de la mer Ionienne, comme un rêve de Grèce antique… Depuis les jardins à l’italienne peuplés de statues empruntées à la mythologie, comme le fameux Achille mourant, la vue, éblouissante, s’étend jusqu’aux côtes de l’Albanie et de l’Épire toutes proches, rappelant la position stratégique de Corfou aux confins des Balkans. On flâne sur la terrasse dallée de noir et blanc, au milieu des muses, avant d’explorer les pièces du palais. Meubles, tableaux et documents dessinent en creux l’émouvant portrait d’une esthète touchée par la Grèce.

2 De crique en crique au nord-ouest

À flanc de colline, à Bella Vista la bien nommée, au-dessus de la belle plage de sable de Liapades, arrêt sur image : entre anses rocheuses couronnées de végétation et eaux turquoise se dévoilent quelques-unes des plus belles criques de l’île. Pour un panorama grandiose sur la mer, on grimpe en voiture ou à pied jusqu’au monastère Palaiokastritsa. Entre les pins, un bleu infini se déploie en contrebas, émaillé d’îlots rocheux… dont celui de Kolivri, qui ne serait autre que le bateau d’Ulysse pétrifié par Poséidon, le dieu de la mer. Une autre croyance veut que le monastère ait été édifié au XIIIe siècle à l’emplacement où aurait été découverte une icône de la Vierge. Coiffée d’ex-voto en tous genres, celle-ci trône dans la petite église en compagnie d’autres images sacrées.

3 Un arrière-pays au parfum d’olive

À Corfou, inutile de chercher un village ancien les pieds dans l’eau : pour se protéger des pirates, les Corfiotes ont édifié leurs demeures en retrait des côtes, à l’abri de leurs incursions. Pour les dénicher, on met le cap sur un arrière-pays d’une luxuriance inouïe : tapissée de collines hérissées de cyprès et d’oliviers millénaires, Corfou est l’île la plus verte de Grèce ! Et dans les villages aux teintes pastel, on vit encore au rythme du verger. Aujourd’hui, à Agios Mattheos, les danseuses folkloriques et l’harmonie, l’une des dix-huit que compte cette île mélomane, sont réunies sur la grand-place. Viande rôtie, feuilles de vigne farcies et salade grecque… on se régale au son des cuivres. Et pour le café frappé, on oublie la sacro-sainte sieste et on file à Chlomos, village perché à 250 mètres d’où l’on peut apercevoir à la fois les côtes est et ouest.

4 Kerkyra : une ville entre deux citadelles

Quatre siècles sous la tutelle de la Sérénissime, du XIVe au XVIIIe, cela laisse des traces ! C’est entre deux citadelles massives d’origine vénitienne que s’est édifiée Kerkyra, la vieille ville de Corfou. Mais cette cité médiévale a été marquée par d’autres influences, entre règne napoléonien et domination anglaise, s’inventant un style bien à elle. Derrière le Liston, longue rue bordée d’arcades où se nichent cafés et restaurants chics, s’étend un labyrinthe de ruelles étroites flanquées de maisons très hautes et de placettes. Le linge sèche aux fenêtres comme en Italie, et dans la pénombre des églises, les ors des icônes byzantines palpitent toujours. Pour admirer l’une des plus belles collections de l’école crétoise, il faut visiter le musée d’Art byzantin installé dans la plus vieille église de Corfou. Et pour vivre au rythme des Corfiotes, on rend hommage à saint Spyridon dont le corps momifié repose dans la crypte de l’église Aghios Spyridonas. Le saint patron de l’île est si vénéré que la moitié des hommes ici se prénomment Spyros !

5 Cap vers le Sud sauvage

Parler d’un clivage nord/sud pour une île de 592 km2 peut paraître étonnant. À Corfou, qui s’étire en longueur telle une botte, c’est pourtant bel et bien une réalité ! Plus authentique encore que le Nord, le Sud est un autre pays, au rythme plus lent, avec son dialecte propre et des paysages plus sauvages. C’est aussi dans le Sud que l’on trouve les plus belles plages de sable blanc. Comme celle d’Halikounas qui déroule ses trois kilomètres entre mer et lagune, peuplée d’ibis, d’aigrettes et de flamants roses. Le spot est prisé des kite-surfers (la côte ouest est plus ventée) et des estivants épris de nature.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format