Menu
S'identifier
Mieux vendre | Destination

5 raisons de vendre - L’Irlande


Publié le : 01.04.2019 I Dernière Mise à jour : 04.04.2019
{ element.images.0.titre }}
L’Irlande I Crédit photo Thierry Beaurepère

Des pubs de Dublin ou Cork aux beautés sauvages du Kerry, la verte Irlande se prête à toutes les envies. Sa fière culture teintée de danse et de musique et l’âme celtique qui y perdure la rendent terriblement attachante.

1 S’imprégner de la fièvre irlandaise à Dublin

Avec ses 500 000 habitants, elle pourrait passer pour une sympathique ville de province. Détrompez-vous ! Dublin a tout d’une grande. Partout, les sept siècles de domination britannique sautent aux yeux, au Dublin Castle (château) ou dans les rues pavées à l’ancienne. Elles alignent de sympathiques « bicoques » géorgiennes dont les façades de brique rouge et les portes colorées cachent de belles histoires. N’est-ce pas dans l’une d’elles que vécut Iseult, avant de rencontrer un certain Tristan ? Le chef-d’œuvre de l’époque géorgienne reste néanmoins le Trinity College, la plus ancienne université d’Irlande. Les centaines de mètres de rayonnages de sa library font le bonheur des lecteurs depuis cinq siècles, illustres inconnus ou écrivains fameux comme Samuel Beckett ou Oscar Wilde. Pour un peu, on se croirait à Poudlard, l’école d’Harry Potter !

D’autres lieux chargés d’histoire embellissent la ville. Ainsi la cathédrale Saint-Patrick qui abrite le tombeau de Jonathan Swift, l’auteur des Voyages de Gulliver. Si le Trinity College est le cerveau de Dublin, son cœur bat à Temple Bar. Ce quartier qui s’étire le long de la rivière Liffey était jadis le repaire des tripots clandestins et des prostituées. Les maisons closes et les entrepôts ont fait place à des restaurants et des pubs. Chaque soir, on y refait le monde (ou le match de rugby !) autour d’une Guiness. Une bière inventée par Arthur Guiness en 1759 et devenue si célèbre qu’un musée retrace son histoire.

Plus loin le long de la rivière, là où Google et Facebook ont installé leurs sièges européens, les quais sont devenus une « Silicon Docks ». Pont profilé, gigantesque Arena, bars et restaurants trendy… c’est la vitrine du Dublin 2.0 et le coin des geeks passionnés.

2 Prendre l’air dans les environs de Dublin

Pour apprécier l’Irlande, il faut aimer le vert ! Comme si sur ces terres tourmentées du bout de l’Europe, trop souvent mises à mal par les crises économiques et sociales, il n’y avait pas de place pour une autre couleur que celle de l’espoir. Vert sombre des forêts d’épicéas, vert jauni des bruyères ou vert tendre des pâturages… c’est un camaïeu qui habille l’île celtique. Et pourtant, l’Irlande n’est jamais monotone ! Chaque week-end, les habitants de Dublin se mettent… au vert dans les monts Wicklow, au sud de la capitale. Forêts et lacs, collines et prairies, c’est le « jardin de l’Irlande ». Près du joli village d’Enniskerry, les jardins minutieusement manucurés de Powerscourt, troués de fontaines et de bassins, cachent une vaste demeure du XVIIIe siècle, le Versailles local en quelque sorte.

Il est tout aussi facile de voir la vie en bleu. Il ne faut que trente minutes de Dart – équivalent de notre RER – pour rejoindre Howth. Amarré à une péninsule qui pénètre dans l’océan, ce village pittoresque est tout à la fois port de pêche et port de plaisance. Pour ceux qui aiment l’air vif, des sentiers tracés à travers la lande, à l’aplomb des falaises, font le tour de la presqu’île. Les autres concentreront leurs efforts sur Howth Castle, encerclé par de magnifiques jardins, ou sur les ruines d’une abbaye. Sans jamais oublier de regarder à l’horizon, vers le phare. Les oiseaux marins accaparent les regards, jusqu’à ce que des phoques montrent le bout de leur museau moustachu.

Orchard Centre (dans le village de Tinahely) est une propriété agricole dont les 175 vaches « Bailey Ladies » produisent le lait destiné à la célèbre crème de whisky Baileys. À déguster avec modération si l’on veut ensuite taquiner la balle de golf sur l’un des nombreux greens de la région. theorchardcentre.com

3 Vibrer au tempo du « barathon » à Cork

Enserrée dans les bras de la rivière Lee, à une dizaine de kilomètres de la mer, la celtique Cork aime les contrastes. Industrielle dans ses banlieues, la ville est aussi branchée depuis qu’Apple en a fait sa tête de pont pour l’Europe. Saint Patrick’s Quay est l’exemple parfait de ce melting-pot urbain : bâtiments désaffectés et immeubles de verre, élégantes demeures et vieux pubs se partagent les rives. On y pratique un sympathique jeu de piste : le « pub crawl », comprenez la tournée des bars ou « barathon » ! Car c’est au contact des habitants que transpire l’âme de Cork – pour qui elle est la « vraie capitale » de l’Irlande. À Oliver Plunkett, on écoute des groupes de rock dans une ambiance rappelant celle du film The Commitments. Charlie’s Bar perpétue la tradition de manière plus confidentielle. Dans sa minuscule salle, quelques musiciens chauffent l’ambiance lors d’une seisiùn (concert informel). Au son des bodhrans (tambourins) et des tin whistles (flûtes), on boit et on claque des mains.

Dans le coquet cœur de ville livré aux boutiques, dissimulé derrière une façade de brique, l’English Market est un autre repère de bon goût. Comme un lointain souvenir du XVIIIe siècle, lorsque les commerçants s’installèrent à Cork pour profiter de l’afflux des migrants en partance pour le Nouveau Monde, de l’époque où les huguenots français s’implantèrent dans le French Quarter… Dans les allées de ce marché couvert datant de 1780 mais reconstruit plusieurs fois après moult incendies, on trouve tout ce qui se mange en Irlande, du mouton et des poissons, du boudin noir et des fromages, comme le Cashel Blue. Il se déguste avec des crackers aux céréales : une excellente mise en bouche avant de passer au saumon fumé !

Maisons bariolées et port de poche… Dans l’estuaire du Bandon, Kinsale est un peu la station balnéaire de Cork, à une trentaine de kilomètres. Idéal pour quelques expériences locales : le tirage de pinte chez Bulman, un authentique pub irlandais, ou l’apprentissage des danses traditionnelles, reel ou jig !

4 Explorer l’Irlande sauvage depuis Killarney

À Killarney, les conducteurs de calèches sont durs en affaires ! Les attelages sont partout dans cette petite ville située à 90 km à l’ouest de Cork et conduisent les visiteurs jusqu’à Muckross House, joli manoir du XIXe siècle agrémenté de jardins qui marque l’entrée du Killarney Park, le plus ancien des six parcs nationaux irlandais. Si la visite de l’antique demeure permet d’en savoir plus sur la vie de l’époque, la région vaut d’abord pour ses paysages sauvages. Éclairé de trois lacs scintillants, cerné de forêts profondes et protégé par les Mac Giliycuddy’s Reeks, la plus haute chaîne de montagnes d’Irlande, le parc ouvre ses 10 000 hectares aux activités de plein air, du vélo au kayak, du golf à la pêche. Départ en calèche, balade en bateau et pique-nique sur l’île d’Innisfallen qui émerge au milieu d’un des lacs, avec pour décor les ruines d’un monastère… le programme est éminemment bucolique !

Killarney est aussi le point de départ de la route qui ceinture les péninsules de Mizen Head et d’Iveragh, tout à l’ouest de l’Irlande, le fameux « anneau de Kerry ». Dopée par la douceur du Gulf Stream, la flore pousse de manière anarchique sur ces terres d’abondance, les rhododendrons comme les palmiers. Partout, les paysages sont puissants : des routes bordées de murets de pierre ou protégées par des barrières de fougères, si étroites que l’on craint pour ses rétroviseurs à chaque virage, des prés verdoyants qui dégoulinent des collines et s’échouent dans l’océan, des lacs étincelants et des falaises déchiquetées, des campagnes boisées et des plages dorées, des moutons tondus et des montagnes pelées… à moins que ce ne soit l’inverse.

Conseillez de filer jusqu’au sémaphore de Mizen Head à la pointe sud-ouest, terminus de l’Irlande ! Depuis le pont qui enjambe un gouffre profond et conduit au phare, la vue sur les falaises balayées par les vents est vertigineuse… mizenhead.ie

5 Défier les forces dans le comté du Kerry

Ils sont les stars des comtés de Cork et du Kerry ! Châteaux médiévaux et demeures géorgiennes, parcs soignés et jardins épiques piquettent les paysages. C’est au comte de Bantry que l’on doit les décors de Bantry House, une élégante demeure du XVIIIe siècle encore plus délicieuse lorsque thé et gâteaux agrémentent la visite. De son voyage en Russie, il rapporta les meubles et tapisseries qui font son charme. Tout autant que les jardins qui épousent la colline en sept terrasses et dévoilent une vue magistrale sur le bleu vaporeux de la baie de Bantry. Au loin dans la brume, on y aperçoit l’île de Garinish qui s’étend sur 15 hectares. Transformée en un jardin extraordinaire qui explose de couleurs au printemps, on la rejoint après une rapide traversée de 15 minutes en ferry au départ de Glengarriff.

Tout à l’ouest, sur la péninsule d’Iveragh, la traversée pour rallier la minuscule île de Skellig Michael est plus agitée. Classée par l’Unesco, elle est échouée à une douzaine de kilomètres des côtes. Depuis qu’elle a servi de décor à Star Wars, on se bouscule pour découvrir ce bout de terre émergeant des flots telle une pyramide, désert et livré à des nuées d’oiseaux marins. Les bateaux partent de Portmagee, minuscule port aux maisonnettes colorées qui s’embrasent au coucher du soleil : un vrai cliché irlandais ! Il sert de refuge en cas de gros temps. On y visite le musée Skellig Experience dédié à la culture locale et à l’environnement. Et dans les pubs, on se remémore les aventures de Luke Skywalker entre fans débarqués du monde entier.

Portmagee est l’une des étapes de la route touristique Wild Atlantic Way. Sur 2 500 km, elle épouse les côtes tourmentées. Un excellent fil conducteur pour ne rien manquer des plus beaux paysages irlandais.

Notebook

L’HÔTEL

DYLAN HOTEL

Dans une rue tranquille du quartier de Ballsbridge, la façade victorienne de ce boutique-hôtel de 44 chambres dissimule des intérieurs stylés, à la fois baroques et design. Le restaurant sert une cuisine irlandaise moderne et de saison.

dylan.ie

L’EXPÉRIENCE PEARSE LYONS

Le whiskey (avec un « e » en Irlande) tient sa revanche ! Après Teeling Distillery en 2015, Pearse Lyons s’est récemment installé dans une ancienne église. Au menu : secrets de fabrication et dégustations.

https://teelingdistillery.com et pearselyonsdistillery.com

LE MUSÉE

EPIC IRELAND

Dans les sous-sols du bâtiment CHQ (anciens entrepôts de tabacs et de vins) installé sur les docks, le récent musée EPIC Ireland raconte l’histoire des dix millions d’émigrés irlandais à travers une scénographie interactive.

http://chq.ie/epic-ireland

Forêts, collines, prairies… les monts Wicklow sont le « jardin de l’Irlande ».

Notebook

L’INSOLITE

SPORTS GAÉLIQUES

Aussi populaires que le rugby ici, le hurling et le football gaélique sont deux sports typiquement irlandais. Le premier rappelle le hockey sur gazon, avec une zone de but mêlant cage de foot et poteaux de rugby. Le second se joue avec un ballon, au pied mais aussi à la main en driblant. Assister à un match dans l’immense stade Croke Park, au nord de Dublin, est une expérience indescriptible. À combiner avec le GAA Museum dédié aux sports gaéliques.

https://crokepark.ie

Notebook

L’HÔTEL

HAYFIELD MANOR

Ce délicieux manoir tout en brique propose une nuit hors du temps ou une pause à l’heure du déjeuner dans ses salles aux riches boiseries ou ses jardins verdoyants.

hayfieldmanor.ie

LA VISITE

LA PRISON Avec ses murs crénelés, la prison de Cork aurait pu être un château fort. Inaugurée en 1824, elle ferma en 1923, avant d’accueillir un studio de radio jusqu’en 1958 puis d’être transformée en musée.

https://corkcitygaol.com

Dopée par la douceur du Gulf Stream, la flore pousse de manière anarchique sur ces terres.

Notebook

L’HÔTEL

THE EUROPE

Un bâtiment moderne au bord d’un lac, près de Killarney. 187 chambres, spa, restaurant panoramique. Piscines, courts de tennis indoor, centre d’équitation et trois terrains de golf adjacents.

theeurope.com

L’ÉVÉNEMENT

GATHERING FESTIVAL Chaque année, le Gathering Traditional Festival anime Killarney. Musiques live et danses traditionnelles investissent la salle de spectacles INEC et le Gleneagle Hotel.

https://inec.ie/festival/the-gathering

Notebook

L’HÔTEL

PARK HOTEL

Ce Relais & Châteaux a pris possession d’un manoir victorien du village de Kenmare (Kerry). Mobiliers anciens dans les 46 chambres, vitraux et armures dans les parties communes : c’est un exquis voyage dans le temps. Activités variées : golf, vélo, pêche, équitation…

parkkenmare.com

LE PUB

THE MOORINGS

Dans une maison traditionnelle de Portmagee, ce pub-restaurant, qui dispose aussi de quelques chambres, accueillit l’équipe de Star Wars. Depuis, il propose des packages autour des lieux de tournage. Bien vu !

moorings.ie

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format