Menu
S'identifier
Production

TUI France : le plan social validé par le tribunal administratif  


Publié le : 19.03.2021 I Dernière Mise à jour : 19.03.2021
{ element.images.0.titre }}
Le plan de sauvegarde de l'emploi de TUI France prévoit la suppression de près de 600 postes.  I Crédit photo ©Adobe Stock

Auteur

  • Brice Lahaye

Si le CSE de TUI France demandait l'annulation de l’homologation de la Direccte concernant le plan de sauvegarde de l'emploi, la justice a finalement donné raison à la direction du tour-opérateur. 

La justice a tranché. Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise a rendu jeudi son jugement suite à l’audience du 2 mars qui devait juger, sur le fond, la demande du CSE de voir annuler l’homologation de la Direccte concernant le plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) de TUI France. Une demande rejetée. 

« Il a débouté sur le fond le CSE de TUI France et a annoncé qu'il validait le plan de sauvegarde de l'emploi de TUI France. Il a ainsi confirmé la décision du 16 décembre 2020 de la Direccte qui a homologué le plan de sauvegarde de l'emploi de TUI France. Le tribunal administratif indique par ailleurs que la procédure a été régulièrement suivie et que l'ensemble des mesures du plan de sauvegarde de l'emploi sont suffisantes », indique le tour-opérateur dans un communiqué. 

Le CSE fera appel 

Le CSE, qui réclamait l'amélioration de plusieurs conditions prévues par le plan social, devrait faire appel de cette décision. « On reçoit une fin de non-recevoir, les salariés sont en colère. Sur la cession des agences, aucun vendeur n’a retrouvé un emploi. Elle est où la sauvegarde de l’emploi ? », a réagi Lazare Razkallah, secrétaire CGT du CSE, auprès de l'AFP. 

À lire sur ce sujet : TUI France : la consultation sur le PSE terminée, quelques changements apportés  

Le plan de sauvegarde de l'emploi de TUI France prévoit la suppression de près de 600 postes et la fermeture de ses 65 agences intégrées. La direction du tour-opérateur avait annoncé en octobre dernier avoir reçu une offre sérieuse de reprise pour 42 de ces agences.

Dans sa décision, le tribunal estime que « l’ensemble des mesures du plan de sauvegarde de l’emploi sont suffisantes. Il considère en particulier que son coût de 31 millions d’euros apparaît adapté au regard de la situation financière du groupe TUI et de la société TUI France qui, intervenant dans le tourisme, s’est extrêmement dégradée en raison de la crise sanitaire actuelle »
 

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format