Menu
S'identifier
Transport

On a testé le vol Mobile-Atlanta-Paris en classe affaires avec Delta


Publié le : 29.01.2016 I Dernière Mise à jour : 29.01.2016
{ element.images.0.titre }}
La cabine Delta One compte 34 sièges-lits, larges de 53 cm entre les accoudoirs. ©DR I Crédit photo

Un voyage de 12h25, en comptant 1h45 de correspondance à Atlanta.

Atlanta, hub principal de Delta, dispute à Chicago (et maintenant Dubaï) la place de premier aéroport mondial. C’est un passage obligé pour les voyages touchant notamment le Sud des Etats-Unis.

Enregistrement

Le voyage démarre de l’aéroport régional de Mobile, en Alabama, une plate-forme que l’on pourrait comparer à Poitiers ou Chambéry. Peu de trafic donc, qui ne demande qu’à augmenter avec l’implantation dans cette ville de 200 000 habitants de l’usine américaine d’Airbus. Le contrôle de sûreté est complet (chaussures, ceinture). Il n’y en aura pas d’autre à Atlanta où il faut passer du terminal D au terminal E, le temps d’un bref parcours en navette ferroviaire. Le préacheminement est assuré par un CRJ200 d’ExpressJet dans le cadre de Delta Connection.

Salons

Contrairement aux autres salons des compagnies américaines, ceux du Delta Sky Club au terminal E (vols internationaux) d’Atlanta offre une restauration minimale. Et les boissons alcoolisées restent payantes. Une centaine de sièges permettent de se reposer, d’autres de travailler (nombreuses prises de courant, wi-fi efficace). Un long bar a aussi des adeptes. Grâce à des cloisons mobiles, des espaces peuvent être privatisés. Les douches sont luxueuses. En résumé, un salon où l’on aime séjourner, sauf à l’occasion du vol vers Paris, le dernier départ de la soirée, quand le personnel commence, bruyamment, le nettoyage du salon.

Embarquement

L’accès Sky Priority, créé par les compagnies de l’alliance SkyTeam, est pratiqué. Mais, étant donné que l'annonce est faite trop tôt par le personnel du salon (pressé de quitter son service), les passagers doivent attendre devant la porte d’embarquement.

Confort

Comme tous les appareils desservant la France, la cabine Delta One de l’Airbus A330-300 Atlanta-Roissy-CDG est équipée de sièges-lits, larges de 53 cm entre les accoudoirs, disposés 1-2-1. Conséquence, toutes les places, ici au nombre de 34, ont accès à l’allée centrale. Nos sièges préférés : 2A et 2J. Eviter les places à l’arrière de la cabine, mal climatisées et gênées par le bruit dans les galleys.

Une couverture et un oreiller en duvet permettent de passer une nuit confortable sur ce lit plat. Le siège manque un peu de rangement, par exemple pour mettre ses chaussures, et rien ne cale la bouteille d’eau. La trousse de confort avec le minimum est placée sur le siège, avant l’embarquement.

Quatre membres du personnel de cabine sont dédiés au service en classe affaires.

Gastronomie

Le dîner, servi dès le début du vol entre Atlanta et Paris, reste très américain. Le menu est (mal) traduit en français. Un des membres de l’équipage prend la commande des passagers sur une tablette numérique, avec choix entre trois plats.

La carte des boissons compte deux vins blancs, deux rouges et les inévitables Porto et Sauterne au dessert ainsi que du champagne.

Pour les petites faims au milieu de la nuit, les encas sucrés-salés obéissent aux critères de la diététique à l’américaine.

Le petit déjeuner, copieux, offre une omelette, au choix avec du muesli au yaourt.

Divertissements

Les prises désormais classiques (110 volts, USB et casque) sont d’un accès facile. Idem pour la commande du siège et de l’audio-vidéo. La liseuse individuelle sert aussi d’astucieux support du casque audio. L’écran généreux de 15 pouces est tactile mais on peut aussi utiliser la télécommande. De meilleure qualité que par le passé, les programmes vidéo Delta Studio font encore un peu trop appel aux séries B et aux films assez peu doublés en français. Un casque ANR permet d’écouter confortablement quelques morceaux de musique oubliés. Sur 60% des vols, en particulier ceux assurés en A330 et en B777, Internet par Gogo Inflight est accessible moyennant des tarifs raisonnables de 16$ pour 24 heures, 49,95$ pour un mois ou 538,95$ pour un an. Des films peuvent ainsi être visionnés en streaming sur sa tablette ou son PC.

Tarifs

Mobile-Atlanta-Paris et retour coûte à partir de 582 euros en éco et 3 258 euros en affaires.

Testé par Thierry Vigoureux, le 15 septembre par les vols DL5100/DL84.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format