Menu
S'identifier
Transport

Ryanair invente la clause Brexit


Publié le : 01.02.2018 I Dernière Mise à jour : 01.02.2018
{ element.images.0.titre }}
Ryanair pourrait rembourser ses clients si ses avions ne décollaient pas l'an prochain à cause du Brexit. I Crédit photo ©Pixabay

Auteur

  • Manon Gayet

Face aux incertitudes liées à la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne, la compagnie low cost envisage de rembourser les voyageurs pour des vols après le 1er avril 2019.

Les pays membres de l'Union européenne se sont réunis le 29 janvier dernier pour (im)poser les conditions de sortie de la Grande-Bretagne. L'avenir des accords aériens entre l'archipel et le continent n'a pas encore été statué. Et c'est ce qui inquiète Ryanair, dont le modèle économique repose grandement sur la libéralisation du ciel européen.

La compagnie low cost envisage en effet d'ajouter une "clause Brexit" à ses modalités de vente, concernant les billets émis pour 2019. C'est que le directeur commercial de Ryanair Kenny Jacobs a annoncé hier. Avec cette nouvelle clause, les clients dont les vols seraient annulés à cause du Brexit pourraient ainsi se faire rembourser par le transporteur. Toutefois, cette solution serait entérinée uniquement si aucun accord n'est trouvé avant la rentrée prochaine pour remplacer l'actuel Open Skies. Ryanair mettra en effet en vente ses billets pour 2019 à l'automne.

Le Brexit prévu pour mars 2019

"Nous considérerons de changer nos conditions générales de vente de billets pour des voyages après le 1er avril 2019 seulement si aucun accord n'est trouvé pour remplacer l'Open Skies", s'est contenté de rappeler un porte-parole de Ryanair, contacté par la rédaction. Aucune autre précision n'est donnée sur les modalités de remboursement ni sur les démarches à réaliser par le client ou l'agence de voyages.

L'annulation de tous les vols Ryanair au départ de la Grande-Bretagne semble néanmoins peu probable. Comme confirmé lors du passager à Paris du responsable ventes et marketing de Ryanair, la compagnie cherche à ouvrir de nouvelles bases en Europe continentale, et notamment en France. Il y a en tout cas urgence : le divorce entre la Grande-Bretagne et l'Union européenne devrait être acté le 23 mars 2019.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format