Menu
S'identifier
Transport

Le clash / le crush du mercredi : On peut rire de tout, surtout de Ryanair !


Publié le : 10.01.2018 I Dernière Mise à jour : 11.01.2018
{ element.images.0.titre }}
Carton rouge pour Ryanair ! I Crédit photo

Auteur

  • Thierry Beaurepère

Mercredi, c’est permis ! Tour Hebdo inaugure une nouvelle rubrique engagée, signée Thierry Beaurepère, dans laquelle il vous fait part de son humeur, qu’elle soit bonne ou mauvaise …

Je sais, ce n’est pas bien de rire du malheur des autres. Et pourtant, je dois reconnaître que les déboires de Ryanair depuis quelques mois me font bien marrer ! Trente ans que la compagnie irlandaise s’est installée dans le ciel européen au point d’en être devenue le leader, tout du moins en nombre de passagers (129 millions en 2017).

On doit lui reconnaître le mérite d’avoir dynamité le marché aérien et obligé Air France et ses copines - qui se goinfraient abondamment - à se réinventer.  Par ricochet, les agences de voyages ont dû également se trouver un nouveau modèle. Elles aussi en ont largement profité lorsqu’elles touchaient 9% de commission sur chaque billet chèrement vendu !

Mais cette incroyable envolée s’est faîte avec une forte dose de cynisme sur fond de « faux libéralisme », quant elle ne flirte pas avec la ligne rouge. Il y a d’abord ces billets à prix cassés, qui ne répondent à aucune logique économique et sont accompagnés de dérives commerciales maintes fois condamnées par les justices de nombreux pays. Il y aussi ce "chantage" aux régions.

Les généreuses "aides" à l’aménagement du territoire - en réalité des subventions - versées par les aéroports et les collectivités territoriales pour que Ryanair se pose sur leurs tarmacs constituent une part non négligeable des revenus de la low cost.

En clair, c’est le contribuable qui paie en partie les billets des passagers. Ce qui revient à dire (en exagérant un poil !) que Ryanair est une "compagnie publique européenne"…  Voilà qui est bien ironique pour un transporteur qui n’a eu de cesse de dénoncer les compagnies concurrentes, lorsqu’elles étaient nationales et bénéficiaient de l’argent public !

L’arroseur arrosé

Il y a enfin une politique sociale à la limite de l’indécence, avec des hôtesses et stewards payés au lance-pierre et menacés de procédure disciplinaire s’ils ne vendent pas assez de boissons et snacks à bord ; avec des pilotes auto-entrepreneurs ou employés par des sous-traitants qui "oublient" de régler les cotisations sociales. Comme récemment en Allemagne !  

En toute logique, ces pilotes filent à la concurrence dès qu’ils le peuvent. Le phénomène s’est accentué à l’automne, obligeant Ryanair à annuler des centaines de vols… Et les premières grèves ont agité le ciel social du transporteur en décembre. Ce n’est sans doute qu’un début ! Certes, leur impact a été limité mais le revers pour le PDG Michael O’Leary est risible, lui qui ne cesse de dénoncer les conflits chez Air France, Lufthansa et les autres. L’arroseur arrosé…   

Quant aux voyageurs, ils ont eux aussi leur part de responsabilité. Ils entretiennent un système fallacieux dont ils ont parfaitement connaissance, pour économiser une poignée d’euros. Et sont les premiers à crier au scandale lorsque la compagnie annule des vols, sans aucune considération pour eux. En clair, ils réclament des petits prix, mais veulent un service 4 étoiles !

Ils me font penser à ces "bobos millenials" qui ont voté Mélenchon à la Présidentielle pour dénoncer la précarisation du travail mais s’engouffrent sans se poser de question dans un Uber  - dont le chauffeur a roulé 18 heures pour gagner le Smic - après avoir refait le monde lors d’une soirée arrosée.  La belle conscience sociale s’éclipse quant il s’agit de passer à la caisse !

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format