Menu
S'identifier
Transport

Et maintenant des trains low-cost à l'abordage du tunnel sous la Manche


Publié le : 03.07.2018 I Dernière Mise à jour : 03.07.2018
{ element.images.0.titre }}
I Crédit photo

Auteur

  • Didier Forray

L'opérateur du tunnel sous la Manche appelle à des trains low-cost inspirés des modèles Ouigo et Izy. Reste à convaincre les compagnies de se lancer !

Le tunnel sous la Manche à l'heure du low-cost ! Selon le JDD, le concessionnaire du tunnel sous la Manche, Getlink (ex-Eurotunnel), veut s'ouvrir à des trains offrant des tarifs moins chers que ceux d'Eurostar.

L'opérateur s'appuie sur les recommandations d'une étude réalisée par le cabinet de consulting Roland Berger. "Le transport ferroviaire s'apprête à vivre la transformation qu'a connue le secteur de l'aérien entre 2003 et 2005 avec l'apparition des compagnies low-cost en Europe", affirme le rapport, qui assure que "le marché ferroviaire est prêt pour voir cohabiter des offres bon marché et premium". Roland Berger estime que les offres à bas prix pourraient représenter à terme 2 millions de passagers et près de 290 millions d'euros de chiffre d'affaires par an. Au passage, Getlink trouverait ainsi un bon moyen d'augmenter la fréquentation du tunnel sous la Manche, qui s'élève aujourd'hui à 58%.

 

De 25 à 30% d'économies possibes sur le prix des billets

En pratique, le rapport explique que le modèle doit être calqué sur celui de Ouigo, les TGV low-cost de la SNCF, et Izy, lancé par Thalys. "La recette est simple : il faut prévoir des départs et arrivées dans des gares périphériques et utiliser les voies des anciennes lignes, moins rapides mais où les péages sont moins chers", explique Jacques Gounon, président de Getlink, au JDD. De quoi réduire les coûts de fonctionnement de 25 à 30% et répercuter ces économies sur le prix des billets. Les trains low-cost pourraient alors relier l'aéroport de Roissy-CDG à la gare de Stratford à Londres en 3 heures, au lieu de 2h20 pour Eurostar.

Aucune date n'a été avancée pour le lancement du premier train mais, selon le JDD, Thalys, Italo, Virgin et la SNCF seraient intéressés. "Si une nouvelle compagnie se lance sur le low cost, il faudra compter au moins 18 mois avant qu'elle soit opérationnelle", souligne Jacques Gounon, "Ce délai serait raccourci à 6 mois dans le cas où Eurostar se lancerait dans la course au low-cost, grâce à l’effet d'expérience dont il bénéficie".

 

 

 

 

 

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format