Menu
S'identifier
Aérien

Que sont devenus les ex-salariés de XL Airways et d’Aigle Azur ?


Publié le : 11.02.2020 I Dernière Mise à jour : 18.02.2020
{ element.images.0.titre }}
Certains ex-salariés d'Aigle Azur et de XL Airways ont rapidement retrouvé un emploi. Mais ce n'est pas le cas de tous : les PNC sont particulièrement en souffrance. I Crédit photo Adobe Stock

Auteur

  • Manon Gayet

La faillite des compagnies XL Airways et Aigle Azur a ébranlé le secteur aérien tricolore en septembre dernier, quasiment au même moment que la chute de Thomas Cook. Tour Hebdo a cherché à savoir ce que sont devenus les anciens salariés de ces deux entreprises.

Ceux qui ont retrouvé un emploi rapidement

Certains n’ont pas eu à chercher trop longtemps un nouveau job. Arrivée remarquée de Stéphanie Bouchara, ancienne directrice des ventes des vols réguliers de XL Airways, en tout début d’année chez Air Caraïbes au poste de directrice des ventes Europe. En décembre dernier, c’est Léa Brochard, ex-commerciale de XL, qui rejoignait l’équipe d’Aviareps France. D’autres salariés au sol ont aussi retrouvé un emploi rapidement à l’instar de Guillaume Chambrier, ex-responsable des études de lignes de XL Airways, devenu responsable d’exploitation d’ASL Airlines France en novembre dernier. Margit Kulcsar, ex-responsable désignée des opérations au sol d’Aigle Azur, a elle été recrutée par Corsair en tant que responsable des escales de Paris à la même période. Corsair a également procédé à l’embauche de quelques pilotes (comme le montre Alain Gruchet sur son profil Linkedin) pour accompagner sa stratégie de croissance et son passage en mono-flotte. Enfin, d’autres salariés des défuntes compagnies aériennes tricolores ont décidé de changer de secteur, comme Stéphanie Backeland, ancienne spécialiste du marché groupe de XL Airways, devenue assistante notariale dès l’automne 2019.

Ceux qui cherchent encore actuellement

Les personnels navigants sont ceux qui ont le plus de mal à retrouver un emploi après les faillites de XL Airways et celle d’Aigle Azur. Malgré une poignée d’embauches chez Air France, le marché est saturé. « Air France dit aux PNC qu’elle va avoir des besoins mais pour l’instant on craint que la compagnie ne les mette au vivier [une fois tous les tests passés et validés, le candidat est mis en attente pendant 1 an le temps qu’un poste ne se libère, NDLR] », glisse à la rédaction une ex-PNC de XL Airways et d’Aigle Azur. En atteste ce qu’indique un ex-PNC d’Aigle Azur, sur son profil Linkedin. Il affirme être toujours « en recherche » d’emploi. D’autres profils des services généraux ou au sol sont aussi en quête de leur future aventure professionnelle. « Le secteur aérien est fragile », disait récemment Anne Rigail, directrice générale d’Air France. Ces salariés laissés sur le carreau par leurs compagnies respectives ne pourront qu’approuver.

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format