Menu
S'identifier
Production

Pourquoi Empreinte fait le choix (surprenant) de mettre fin à ses activités


Publié le : 10.09.2019 I Dernière Mise à jour : 10.09.2019
{ element.images.0.titre }}
La troisième et dernière Echappée Maya d'Empreinte au Mexique, en mai dernier, avec 35 agents de voyages. I Crédit photo Manon Gayet

Auteur

  • Pascale Filliâtre

Gilles Dellamonica, directeur général et actionnaire majoritaire d’Empreinte, a pris la décision personnelle de mettre fin à l’activité du TO qui ne prendra plus aucune réservation à compter du 16 septembre.

La nouvelle en a surpris plus d’un. Mais en annonçant par un courrier adressé aux réseaux de distribution qu’Empreinte allait procéder à une cessation d’activité, Gilles Dellamonica a voulu faire les choses sans tapage et dans les règles, comme à son habitude.

Empreinte est référencé par Selectour, Havas Voyages, Thomas Cook, TourCom, le Cediv, Manor, Galeries Lafayette Voyages, Carrefour Voyages et Univairmer.

Le directeur général et actionnaire majoritaire (à 98,5%) du spécialiste du Mexique, des Caraïbes et de l’Amérique latine, actif sur le marché depuis 1995, prend cette décision par choix personnel « pour des raisons privées » sur lesquelles il n’a pas envie de s’étendre, « un peu par lassitude » aussi  et « égoïstement », convient-il, alors que son entreprise « ne connaît aucun problème financier ».

Tous les départs sont garantis

Concrètement, Empreinte va cesser peu à peu ses activités. Plus aucune réservation ne sera prise à compter du 16 septembre. En revanche, l’ensemble des commandes sera honoré jusqu’au dernier départ, le 31 mai 2020.

« Les agences et les fournisseurs peuvent être rassurés. Tous les départs sont garantis de même que toutes les factures seront réglées », assure le dirigeant qui conserve jusqu’à cette date 5 salariés, sur les 21 qu’employait jusqu’à présent Empreinte, pour assurer le suivi.

L’ensemble du personnel va faire l’objet d’un licenciement économique et chacun touchera ses indemnités, un coût que le dirigeant assume. « Pour mes salariés, il aurait été préférable que je vende l’entreprise. J’ai eu des discussions, mais je n’ai pas trouvé de repreneur au prix qui me semblait être le bon », regrette Gilles Dellamonica. « Lorsque vous êtes demandeur en France, on vous demande de solder, je ne pouvais pas l’accepter ».

Une mise au ralenti progressive

Concrètement, après une période au ralenti, Empreinte disparaitra donc officiellement en 2020. Une déclaration de cessation d’activité en bon et due forme sera établie qui se clôturera par un bilan de liquidation.

« Il m’a semblé que le moment, à la veille de l’hiver, était le mieux choisi pour arrêter ma décision, le fruit d’une longue réflexion et de beaucoup de nuits courtes. Je vais passer à autre chose, franchement pas dans le tourisme où les choses sont de plus en plus difficiles, essayer de me reposer aussi », confie celui qui fêtera bientôt ses 60 ans.

Au cours de l’exercice 2018, Empreinte a réalisé un chiffre d’affaires de 13,5 M€ selon son dirigeant en faisant voyager quelque 5 000 clients. L’activité a été bénéficiaire « comme tous les ans, à l’exception d’une seule depuis 1995 », indique Gilles Dellamonica.

 

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format