Menu
S'identifier
Economie

Les différentes pistes pour faire de la France la référence mondiale de l'oenotourisme


Publié le : 22.11.2018 I Dernière Mise à jour : 22.11.2018
{ element.images.0.titre }}
Quelque 10 millions d'"oenotouristes" sont accueillis dans l'Hexagone chaque année, dont 4,2 millions d'étrangers. I Crédit photo Adobe Stock

Auteur

  • Céline Perronnet (avec AFP)

Les premières Assises nationales de l'oenotourisme viennent d’avoir lieu à Paris. 20 mesures ont été mises en avant pour développer ce secteur prometteur.

La France, déjà première destination touristique mondiale, veut devenir le pays de référence pour l'oenotourisme, un marché en pleine expansion mais où elle est concurrencée par l'Italie, l'Espagne et les Etats-Unis.

Mardi 20 novembre, à la demande du ministère de l'Europe et des Affaires étrangères, Atout France a organisé les premières Assises nationales de l'oenotourisme au Palais des Congrès de Paris.

Après une journée de débats et de témoignages d'acteurs des filières viticoles et touristiques, Hervé Novelli, ex-secrétaire d'Etat chargé du tourisme et aujourd'hui président du conseil supérieur de l'oenotourisme, a présenté 20 axes de développement pour le secteur. Les différentes mesures visent l'amélioration de la qualité de l'offre, la professionnalisation de la filière ou encore la levée de "freins" réglementaires.

Le vin et l'oenotourisme "réconcilient la mondialisation - soit le flux touristique, et le local - soit l'identité territoriale", a-t-il résumé.

Un retard à combler

"Aujourd'hui, les vignobles deviennent des destinations à part entière. Nos 10.000 caves sont un facteur-clé de développement pour nos régions", a renchéri Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'État au quai d'Orsay chargé du tourisme.

Quelque 10 millions d'"oenotouristes" sont accueillis dans l'Hexagone chaque année, dont 4,2 millions d'étrangers, pour 5,2 milliards d'euros de recettes.

Les vignobles les plus fréquentés étant celui de Bordeaux, la Champagne, l'Alsace,
la Bourgogne et le Val de Loire.

Le secrétaire d'Etat a cependant admis le "retard" de l'Hexagone en matière de structuration de l'offre oenotouristique : "c'est un fait, la Californie ou même la Rioja, de l'autre côté des Pyrénées, possèdent des offres attractives".
  
Pour attirer la clientèle chinoise, friande de découvrir l'offre oenotouristique française, certains points restent néanmoins à améliorer, comme le mode de
paiement, notamment UnionPay, qui n'est pas disponible chez tous les commerçants, ainsi que la livraison à domicile qui n'est, elle aussi, pas proposée partout.


  

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format