Menu
S'identifier
Tendances

Les chiffres magiques de l’observatoire de l’Insolite d’AbracadaRoom


Publié le : 14.09.2022 I Dernière Mise à jour : 14.09.2022
{ element.images.0.titre }}
I Crédit photo

Auteur

  • Propos recueillis par Charline Poullain

Lors du salon Horizonia qui se déroule à Lyon, AbracadaRoom, centrale de réservation spécialisée dans l’hébergement insolite, et le Cabinet Alliances ont dévoilé les chiffres de leur 2e Observatoire de l’insolite. Cabanes dans les bois ou sur pilotis, yourtes, tipis, tiny house… Ces locations ont fait un bond de + 86% en 3 ans. L’enjeu est maintenant d’augmenter la durée de séjour.

Pouvez-vous revenir sur la fondation d’AbracadaRoom et l’Observatoire de l’insolite ?

Nicolas Sartorius, fondateur d'AbracadaRoom
: « J’ai crée en 2012 un site qui s’appelait monhébergementinsolite.com, c’était un annuaire qui référençait des adresses insolites. J’ai rapidement vu qu’il y avait un attrait aussi bien du côté des porteurs de projets, que des clients et des hébergeurs qui avaient déjà des structures et souhaitaient se référencer et avoir de la visibilité. L’Observatoire de l’insolite date de 2012.
Fin 2014, j’ai voulu créer une centrale de réservation dédiée à ce marché très spécifique qui était dominé à l’époque par les cabanes dans les arbres et s’est diversifié avec le temps. Je voulais pouvoir faire de la réservation instantanée. On a créé la société Unic Stay et on a grandi avec le marché.

Puis la centrale est devenue AbracadaRoom et, en 2017, on a mutualisé nos efforts avec le Cabinet Alliances, spécialisé en développement touristique. Il a une très forte expertise sur l’insolite en France car il travaille sur ce sujet depuis plus de 20 ans. De notre côté nous voulions sortir des statistiques pour les communiquer aux porteurs de projets. On a fait ensemble un premier séminaire à Lyon en octobre 2020 avec 80 participants. C’était une première étape pour professionnaliser ce marché qui connaît une très belle croissance et tend à la maturité. »


Crédit photo : AbracadaRoom

Vous parlez de + 86% de domaines insolites par rapport à 2019 !

N. S. : « Oui, il y a énormément de créations de projets depuis 5 ans. On a recensé 1 677 domaines d’hébergements, ce qui correspond à 6 012 modules (soit des hébergements), dont 2 000 sont sur notre centrale AbracadaRoom. »
 

Est-ce que la demande suit ?

N. S. : « La demande est là. Tout ce qui est hébergement privatif avec spa est pris d’assaut plusieurs mois à l’avance. À la sortie du Covid il y a eu une espèce d’accélération. On a fait 13 % de croissance en 2020 ! Et 2021 était une super année.

On a fait une étude des distances parcourues : on est en moyenne à 252 km parcourus pour un aller. Près de 60 % des clients partent à moins de 2h de leur domicile. »

 

Quelle sont les grandes tendances que vous observez ?

N. S. : « Aujourd’hui sur le site on a plu de 36 typologies d’hébergements, dont certains inclassables (NDLR. un dirigeable, un wagon, un bunker, des maisons en forme d’escargot, de poule ou de champignon…). Parmi le top 5 des typologies il y a les cabanes dans les arbres, la bulle transparente (qui ont bondi de +226 % en 2 ans) qui se transforme de plus en plus en dôme avec une ouverture sur le ciel. Sans oublier les cabanes sur l’eau et sur pilotis. On est sur une tendance très romantique, dans l’idée du cocon. »


Crédit photo : AbracadaRoom

Avec un certain standing ?

N. S. : « Le gain en confort est indéniable car les courts séjours se sont beaucoup développés. Les gens partent partent moins loin mais ils se font plaisir avec des paniers moyens plus importants.

C’est souvent associé à du bien-être. Le produit par excellence en ce moment c’est vraiment la cabane dans les arbres avec du bain nordique ou un spa jacuzzi pour deux personnes, avec un service hôtelier.

De plus, la quasi majorité des établissements en pleine nature ont une sensibilisation à l’écologie, il y a une cohérence avec les circuits courts. »

 

Quels sont les leviers pour augmenter la durée du séjour ?

N. S. : « La moyenne des séjours dans l’hébergement insolite est de 1,3 nuits. Mais quand on sonde les clients, ils se disent prêts à partir 2,25 nuits. Ça veut dire qu’il y a une marge de progression, mais il y a des freins : le budget, la praticité de l’hébergement, le manque d’activités. Il faudrait donc avoir une politique tarifaire incitative avec des tarifs dégressifs, développer des offres avec des packages en incluant des services. Ou avoir des activités au sein même de l’établissement : créer un escape game, louer des vélo électriques, rajouter un spa, avoir un prestataire de massage, intégrer un espace cuisine…

 

Vous avez un autre site dédié aux professionnels ?

N. S. : « Oui, esprit-insolite.com pour aider les professionnels dans leurs démarches, pour leur apporter toutes les clefs pour développer leur projet : le terrain, les banques, trouver la bonne information sur ce marché… C’est très vaste, c’est de l’opérationnel avec des problématiques du quotidien : par exemple, on a travaillé avec un juriste sur la question de la Sacem.

On travaille aussi avec des institutionnels et les territoires. On l’a lancé en novembre 2021 et ça cartonne. »

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format