Menu
S'identifier
Production

Pourquoi la défaillance de Small Planet Airlines n’impacte pas les TO


Publié le : 18.12.2018 I Dernière Mise à jour : 18.12.2018
{ element.images.0.titre }}
La compagnie charter lituanienne a déposé le 13 décembre une demande de procédure de faillite devant le tribunal de Vilnius. I Crédit photo Wikimedia

Auteur

  • Pascale Filliâtre

La compagnie charter lituanienne, déclarée en faillite, était appréciée des TO français. Mais tous avaient anticipé sa défaillance.

"Les vols de Small Planet Airlines ne sont plus opérés". Sur son site internet, la compagnie charter lituanienne, qui a déposé le 13 décembre une demande de procédure de faillite devant le tribunal de Vilnius, officialise l’arrêt de son activité. En octobre et novembre derniers, ses filiales polonaise et allemande avaient déjà jeté l’éponge. Faute d’investisseurs, la maison mère connaît donc le même sort.

Small Planet Airlines était bien connue sur le marché français. Elle y avait opéré pour la première fois quelques mois en 2013 et Thalasso N°1 avait été, à l’époque, l’un de ses premiers TO affréteurs.

Après avoir stoppé ses opérations, la compagnie, très critiquée pour son service et sa politique sociale, était revenue en France en 2016 avec notamment un appareil basé à Paris CDG. Les co-affrètements, gérés par le courtier Air Partner, étaient principalement à destination du bassin méditerranéen.

Les TO ont mis en place d’autres solutions

Héliades a ainsi beaucoup travaillé avec le transporteur vers la Grèce et le Cap Vert. "C’est une compagnie qu’on appréciait beaucoup", commente Jean Brajon, directeur général du TO. "Elle proposait de bons tarifs. On est déçu de cette défaillance mais on l’avait anticipée et elle n’a du coup aucun impact pour nous", indique-t-il.

Sur la saison d’hiver, Héliades a remplacé Small Planet Airlines par Air Travel Service vers le Cap Vert. A partir de Noël, la compagnie espagnole Albastar viendra en renfort aussi sur cet axe.

Même sérénité chez Jet tours. "Nous n’avions aucun contrat direct avec Small Planet Airlines, juste quelques co-affrètements pour l’été, rien de plus, que nous avons reporté ailleurs", explique François Malcuit, directeur transport de Thomas Cook.

De son côté, ÔVoyages/Thalasso N°1 ne collaborait plus avec Small Planet Airlines. De même, depuis son intégration au sein de TUI, Look Voyages avait cessé tout affrètement auprès de la compagnie.

Jointe à plusieurs reprises, la direction d’Air Partner n’était pas disponible au moment de la mise en ligne de notre article.  

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format